La Jordanie a demandé lundi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU pour discuter des plans israéliens de construction des implantations juives à Jérusalem Est, ont indiqué des diplomates.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Nasser Judeh à Amman a déclaré que cette décision était une violation des engagements pris par Israël et repoussait les efforts de paix.

Cette décision représente une « énorme claque au visage des efforts déployés pour relancer les négociations israélo-palestiniennes visant à l’incarnation d’une solution à deux Etats fondée sur des références internationales bien connues et sur l’Initiative de paix arabe », a indiqué le ministère dans un communiqué, selon l’agence de presse koweïtienne KUNA.

La Jordanie, un membre du Conseil de sécurité, a présenté la demande d’une réunion d’urgence lundi soir et demeure en attente d’une réponse de l’Argentine, qui préside le conseil de 15 membres, afin de fixer une date.

Un porte-parole de la mission jordanienne auprès des Nations unies a déclaré que son pays allait demander une réunion d’urgence au Conseil de sécurité des Nations unies au nom des Palestiniens, qui ont écrit au président du Conseil à propos d’une « escalade de tensions dangereuse » à Jérusalem Est.

Laith Ibrahim Obeidat a confirmé la demande dans un message lundi et a déclaré que son pays, membre du conseil, allait demander au président du Conseil de fixer une date.

Les diplomates ont fait savoir à l’AFP que la réunion aurait peu de chances de se tenir mardi ou mercredi.

Judeh a également eu des entretiens avec les Etats-Unis, l’ONU et ses homologues européens afin de faire pression sur Israël pour « violations commises » sur le mont du Temple, a rapporté l’agence de presse jordanienne Petra.

La demande du membre du Conseil de sécurité jordanien suit les traces d’une demande palestinienne présentée lundi par Mahmoud Abbas.

Une lettre de l’ambassadeur palestinien Riyad Mansour adressée au président du conseil, a appelé lundi la communauté internationale à exiger d’Israël qu’il « cesse immédiatement toutes ses activités de colonisation illégales » à Jérusalem Est et ailleurs.