Le Parlement canadien a voté une motion condamnant formellement le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

La motion a été votée lundi par 229 voix en faveur et 51 contre, a annoncé CIJ News. Introduite la semaine dernière par des membres de l’opposition du Parti conservateur, la motion a également remporté le soutien du Parti libéral au pouvoir.

Elle appelle le gouvernement canadien à « condamner toute tentative d’associations canadiennes, de groupes ou d’individus de promouvoir le mouvement BDS, à la fois ici et à l’étranger ».

De plus, la motion souligne la « longue histoire d’amitié ainsi que les relations diplomatiques et économiques » entre le Canada et Israël. La motion affirme que le mouvement BDS « promeut la diabolisation et la délégitimation de l’Etat d’Israël ».

S’exprimant en faveur de cette motion la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a déclaré que « le monde ne gagnera rien à boycotter Israël mais se privera lui-même des ses talents et de son inventivité ».

Les associations juives canadiennes avaient salué la motion. Dans un communiqué de la semaine dernière, Shimon Fogel, le président du centre pour Israël et les affaires juives, a déclaré, selon la presse juive européenne, que « le mouvement de boycott ne contribue pas à la paix et n’est pas pro-palestinien. C’est de la discrimination basée sur la nationalité, et cela nuit à la fois aux Israéliens et aux Palestiniens en éloignant les deux parties. Le mouvement BDS est un mouvement marginal et à l’extérieur des réels efforts de paix. »

Répondant au vote dans un communiqué de presse, le conseil national des relations arabo-canadiennes a déclaré que la motion anti-BDS allait « contre l’esprit de la liberté d’expression, un droit garanti par la charte des droits et des libertés du Canada. »

Le groupe a décrit le BDS comme une « campagne non violente qui soutient des méthodes éprouvées d’objection de conscience pour encourager Israël à respecter le droit international. »