Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé mardi la condamnation internationale des projets de construction de nouveaux logements à Jérusalem Est, estimant que ce sont ces critiques, et non les constructions elles-mêmes, qui éloignent les chances d’aboutir à la paix.

Netanyahu, qui s’exprimait depuis le port d’Ashdod, a fait savoir que selon lui, ces critiques portant sur la construction d’environ 1 000 unités de logement à Jérusalem Est étaient « détachées de la réalité. »

Il a ajouté qu’il n’acceptait pas ce tollé par rapport au silence international sur l’incitation palestinienne.

« Nous avons construit à Jérusalem, nous construisons à Jérusalem et nous continuerons de construire à Jérusalem, » a déclaré Netanyahu, selon un communiqué de son bureau.

« J’ai entendu une affirmation selon laquelle nos constructions dans les quartiers juifs de Jérusalem éloignent les perspectives de paix. Ce sont ces critiques qui éloignent la paix. Ces mots sont détachés de la réalité. Ils ne font que favoriser de fausses déclarations de la part des Palestiniens. »

Lundi, Netanyahu a donné son feu vert pour la création d’environ 600 logements dans le quartier de Ramat Shlomo et 400 autres à Har Homa, des quartiers juifs de Jérusalem situés sur la Ligne verte.

Prenant la parole à la Knesset plus tard le même jour, le Premier ministre a promis de continuer à construire dans la capitale.

« Les Français construisent à Paris, les Anglais à Londres, les Israéliens construisent à Jérusalem. Devrions-nous dire aux Juifs de ne pas vivre à Jérusalem, car cela peut créer des tensions ? » a demandé le chef de l’exécutif.

L’annonce a attiré de vives critiques des Etats-Unis, de l’UE, de la Jordanie et des Palestiniens.

La construction continuelle des Israéliens à travers la Ligne verte est « incompatible avec leur volonté affirmée de vivre dans une société pacifique, » a déclaré lundi la porte-parole du département d’Etat Jen Psaki.

Le ministre des Affaires étrangères jordanien a déclaré que le mouvement représentait une « énorme claque au visage de efforts déployés pour relancer les négociations israélo-palestiniennes » selon l’agence de news koweïtienne KUNA.

Amman a également demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies à la demande des Palestiniens.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a mis en garde quant au fait que les nouvelles constructions incitent Ramallah à avancer vers la mise en place de son propre Etat.

Mardi, Netanyahu a déclaré que les critiques mondiales montraient bien qu’il y a un « double standard ».

« Quand Abbas incite au meurtre de Juifs, la communauté [internationale] reste silencieuse, mais lorsque nous construisons à Jérusalem, pour cela ils sautent immédiatement [au plafond]. »

Netanyahu a blâmé la semaine dernière les Palestiniens pour leur incitation, qui a conduit à l’attaque terroriste de la station de tramway à Jérusalem, tuant une jeune femme équatorienne et un bébé de trois mois.

L’annonce de la construction a également produit des critiques en interne, avec certains ministres dont Yair Lapid, ministre des Finances, rappelant que cela pourrait nuire aux liens avec Washington, considéré comme le plus important allié d’Israël.