10 membres du FPLP, soutenus par l’Iran et le Hezbollah, arrêtés en Cisjordanie
Rechercher

10 membres du FPLP, soutenus par l’Iran et le Hezbollah, arrêtés en Cisjordanie

Pour le service de sécurité, Téhéran et ses mandataires ont formé et financé les Palestiniens pour mener des attaques sur des cibles israéliennes et kidnapper des soldats

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Yazen Abu Salah, (à gauche), et Muhammad Abu Salah, (à droite), qui, selon le Shin Bet, faisaient partie d'une cellule terroriste du Front populaire pour la libération de la Palestine planifiant des attaques sur des cibles israéliennes en Cisjordanie et en Israël, sur des photographies non datées. (Shin Bet)
Yazen Abu Salah, (à gauche), et Muhammad Abu Salah, (à droite), qui, selon le Shin Bet, faisaient partie d'une cellule terroriste du Front populaire pour la libération de la Palestine planifiant des attaques sur des cibles israéliennes en Cisjordanie et en Israël, sur des photographies non datées. (Shin Bet)

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté 10 membres de deux cellules terroristes du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) qui prévoyaient de mener des attaques en Cisjordanie avec le financement et la formation de l’Iran et du Hezbollah, a déclaré mardi le service de sécurité du Shin Bet.

Selon le Shin Bet, les cellules avaient prévu de mener des attaques terroristes contre des cibles israéliennes en Cisjordanie et en Israël, « y compris une attaque dans la ville [au nord d’Israël] de Harish et l’enlèvement d’un soldat pour l’utiliser comme monnaie d’échange pour faire libérer des prisonniers des prisons israéliennes ».

Le service de sécurité a déclaré que l’un des chefs des deux cellules – Yazen Abu Salah, 23 ans, d’Arraba dans le nord de la Cisjordanie – a acheté des armes pour les attaques et a recruté plusieurs des membres pour les exécuter. Une des cellules serait basée dans la région de Samarie, au nord de la Cisjordanie, et l’autre à Ramallah.

Abu Salah a été arrêté en avril et interrogé par le Shin Bet, fournissant aux enquêteurs des informations sur les autres membres des cellules, ainsi que sur les liens de son organisation avec l’Iran et ses mandataires, a déclaré le service de sécurité.

Selon le Shin Bet, l’un des principaux points de contact était une organisation civile palestinienne – la Jeunesse nationaliste arabe – que les cellules du FPLP utilisaient comme façade pour leurs activités. La Jeunesse nationaliste arabe opérait sous la direction d’une organisation militante connue sous le nom de Garde nationaliste arabe, basée en Syrie, qui luttait aux côtés des militaires syriens contre l’État islamique et les groupes terroristes de Jabhat al-Nusra.

« Pendant l’interrogatoire de Yazen, il est apparu qu’il prévoyait de se rendre au Liban pour un entraînement militaire, notamment pour apprendre à tirer, à fabriquer des armes, à faire fonctionner des drones et bien d’autres choses encore », a déclaré le service de sécurité.

Suite à l’interrogatoire d’Abu Salah, le Shin Bet et l’armée israélienne ont arrêté son cousin, Muhammad Abu Salah, qui était apparemment impliqué dans la cellule de Ramallah.

« Pendant l’interrogatoire de Muhammad, il est apparu que l’organisation a mené des exercices conjoints avec des responsables en Iran, ainsi qu’avec le Hezbollah et l’armée syrienne, et qu’ils finançaient également les activités de l’organisation », a déclaré le Shin Bet.

Assad al-Amili, qui, selon le Shin Bet, aurait dirigé une cellule terroriste du Front populaire pour la libération de la Palestine planifiant des attaques sur des cibles israéliennes en Cisjordanie et en Israël, sur une photographie non datée. (Shin Bet)

Selon le service de sécurité, les activités des cellules du FPLP ont été dirigées par Assad al-Amili, qui est basé au Liban et « travaille entièrement pour le compte des responsables iraniens en Syrie ».

Après Yazen et Muhammad Abu Salah, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté huit autres membres des cellules qui étaient « impliqués dans la planification d’attaques contre des cibles israéliennes », a déclaré le Shin Bet.

Les noms des huit autres suspects n’ont pas été divulgués. On ne sait pas encore quand ils ont été arrêtés.

Le Shin Bet a longtemps accusé l’Iran d’encourager les attaques terroristes contre des cibles israéliennes en Cisjordanie et en Israël.

En mars, le service de sécurité a arrêté un ressortissant israélien qui, selon lui, travaillait pour le compte des services de renseignement iraniens, à la fois pour recueillir des informations sur des sites stratégiques israéliens et pour mener des attaques terroristes en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...