Rechercher

15 candidats en lice pour les élections du Consistoire de Paris ce dimanche

Le vote se déroulera de 9 à 17 heures dans 49 bureaux de vote situés dans différents lieux de culte d’Île de France, et 13 administrateurs seront élus au suffrage universel direct

Joël Mergui, alors président du Consistoire central, l'instance représentative du judaïsme en France, devant le nouveau Centre européen du judaïsme, situé place de Jérusalem, à proximité de la porte de Courcelles, dans le 17e arrondissement de Paris. (Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP)
Joël Mergui, alors président du Consistoire central, l'instance représentative du judaïsme en France, devant le nouveau Centre européen du judaïsme, situé place de Jérusalem, à proximité de la porte de Courcelles, dans le 17e arrondissement de Paris. (Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP)

Des élections partielles auront lieu ce dimanche 21 novembre au Consistoire de Paris. Le conseil doit être renouvelé de moitié, et 15 candidats sont en lice.

13 de ces candidats se présentent sous la liste « AJC 2021 », dirigée par Joël Mergui, président sortant, qui brigue un nouveau mandat. Outre Joël Mergui, sont présents sur la liste : Jordan Bailleul-Segueve, Philippe Besnainou, Alex Buchinger, Joëlle Cernes, Dov Elbilia, Albert Elharrar, Murielle Gordon-Schor, Jonathan Guedj, Philippe Meyer, Corinne Nakache, Elisabeth Steiner et Sarah Tellouk (leurs professions de foi sont à retrouver sur le site de leur liste).

Sous le slogan « L’Expérience pour Bâtir ; La Passion pour Agir ; Le Dévouement pour Servir », la liste présente « 13 engagements pour un nouvel élan ».

Parmi ces propositions : « défendre la vie juive et
sa place dans la cité », « renforcer la digitalisation
des services consistoriaux », « affirmer toujours la solidarité avec les communautés les plus fragiles », ou encore « promouvoir l’éducation et la jeunesse pour une transmission vivante du judaïsme ».

Le scrutin compte deux autres candidatures : celles de Evelyne Gougenheim et de Fanfan Sitruk.

Le vote se déroulera de 9 à 17 heures dans 49 bureaux de vote situés dans différents lieux de culte d’Île de France, et 13 administrateurs seront élus au suffrage universel direct. Ils auront pour mission de servir la communauté juive parisienne pour les huit prochaines années.

Les électeurs voteront pour au minimum 7 candidats, et pour 13 au maximum. Chaque titulaire d’une carte d’électeur du Consistoire de Paris pourra participer au vote.

Le Consistoire de Paris et d’Île-de-France, région où vivent 60 % des Français juifs, est de loin le plus important des 16 Consistoires régionaux, avec une centaine de synagogues et un budget annuel (26 millions d’euros) bien supérieur à celui du Consistoire central (2 millions).

Elie Korchia, 50 ans, avocat au barreau de Paris, vice-président du Consistoire de Paris depuis 2010 et président du conseil des communautés juives des Hauts-de-Seine depuis 25 ans, le 18 octobre 2021. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)

Le mois dernier, Elie Korchia a été élu nouveau président du Consistoire central. Seul candidat, il a obtenu 184 voix sur 205 présents, soit 89,8 % des suffrages exprimés. Il succédait à Joël Mergui.

Établie par Napoléon en 1808, l’institution consistoriale, qui incarne le courant traditionaliste voire orthodoxe du judaïsme français, est considérée comme représentative du culte israélite, même si toutes les sensibilités (libérales et massorti notamment) ne sont pas sous sa tutelle.

Elle s’occupe des affaires religieuses, de l’entretien et la sécurité des synagogues à la formation des rabbins, de la célébration des mariages et du règlement des divorces, de l’accompagnement des défunts, des cours de Talmud-Torah, de l’harmonisation des règles alimentaires de la casheroute, etc.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...