150 députés démocrates exigent que Biden réintègre l’accord nucléaire iranien
Rechercher

150 députés démocrates exigent que Biden réintègre l’accord nucléaire iranien

Une lettre de députés indique que le président-élu a la majorité au Congrès pour réintégrer le pacte de 2015 dont l'administration Trump s'est retirée

Le président américain désigné Joe Biden au Queen Theater à Wilmington, Delaware, le 23 décembre 2020. (Carolyn Kaster/AP)
Le président américain désigné Joe Biden au Queen Theater à Wilmington, Delaware, le 23 décembre 2020. (Carolyn Kaster/AP)

WASHINGTON (JTA) – Une lettre soutenant le projet du président-élu Joe Biden de réintégrer l’accord nucléaire iranien sans nouvelles conditions a recueilli 150 signatures de Démocrates de la Chambre – suffisamment pour empêcher toute tentative du Congrès de bloquer ce projet.

Les sentiments exprimés dans la lettre sont en contradiction directe avec les demandes du groupe de pression israélien AIPAC, d’autres membres de la communauté de centre-droit pro-Israël et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Ces organisations souhaitent que M. Biden renégocie au moins certains éléments de l’accord, voire en établisse un nouveau, avant d’envisager réintégrer le pacte de 2015. Le Plan d’action global conjoint a allégé les sanctions contre l’Iran en échange de restrictions, contrôlées par des observateurs extérieurs, sur le programme nucléaire du pays.

« Nous soutenons fermement votre appel pour que l’Iran revienne à un respect strict de l’accord nucléaire, que les États-Unis réintègrent l’accord et que des négociations de suivi aient lieu par la suite », indique la lettre, qui a conclu sa phase de collecte de signatures mercredi et qui doit être envoyée à M. Biden.

L’objectif de cette lettre est de rassurer Biden, qui était vice-président sous le président Barack Obama lorsque l’accord a été négocié par les États-Unis, sur le fait qu’il peut revenir à l’accord sans crainte de représailles. La lettre dépasse les 146 noms, le nombre nécessaire pour briser la majorité des deux tiers dont auraient besoin les opposants au retour de l’accord pour passer outre le veto de Biden à toute législation visant à bloquer le retour.

M. Biden dit vouloir renégocier certains éléments de l’accord une fois que les États-Unis seront de retour, notamment les dates auxquelles les restrictions sur l’enrichissement de l’uranium par l’Iran prendront fin. Il veut également négocier des limites au développement de missiles par l’Iran et à son aventurisme dans la région tout en répondant aux préoccupations de l’Iran concernant les actions des alliés américains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...