Rechercher

181 millions de shekels alloués à la police suite à la vague terroriste

"Une police forte équivaut à un État d'Israël fort", a dit Bennett ; plus d'équipement, de réservistes, et la création d'une nouvelle brigade de réserve de la police des frontières

Le Premier ministre Naftali Bennett, à gauche, avec le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev lors d'une cérémonie de la police à Tel Aviv, le 9 novembre 2021. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett, à gauche, avec le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev lors d'une cérémonie de la police à Tel Aviv, le 9 novembre 2021. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)

Israël va allouer des millions de shekels de financement d’urgence à la police dans l’espoir de renforcer les efforts pour mettre fin à la vague terroriste qui frappe le pays, a déclaré jeudi le bureau du Premier ministre Naftali Bennett.

Les 181 millions de shekels (51 millions d’euros) iront au recrutement immédiat de 200 sous-officiers de la police des frontières, à la création d’une compagnie de réserve de la police des frontières, ainsi qu’à l’achat de 6 500 gilets pare-balles, 4 000 casques et 40 motos, a déclaré le cabinet du Premier ministre.

Le financement servira également à renforcer les membres bénévoles de la police.

« Une police forte équivaut à un État d’Israël fort. Nous travaillons avec tous les outils et dans tous les domaines pour rétablir la sécurité et le sentiment de sécurité pour tous les citoyens d’Israël », a déclaré Bennett dans le communiqué.

Le cabinet du Premier ministre a déclaré que 111 millions de shekels (31,3 millions d’euros) seraient transférés immédiatement, et le reste d’ici la fin août.

Le financement est inférieur à ce que le ministre de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev, aurait demandé mercredi lors d’une réunion de ministres suite à la vague terroriste.

Selon le site d’information Walla, Bar-Lev a déclaré que la police avait besoin de 250 millions de shekels (70,5 millions d’euros) de financement d’urgence pour la police.

« Nous [la police] sommes très contents, mais le cabinet doit prendre une décision – soit nous le faisons, soit nous ne le faisons pas », a déclaré Bar-Lev.

Néanmoins, il a salué l’arrivée des fonds supplémentaires jeudi, affirmant qu’il s’agissait d’une « étape sans précédent » et d’une preuve de confiance envers la police.

« C’est vraiment une bonne nouvelle pour augmenter la sécurité personnelle des citoyens », a déclaré Bar-Lev dans le communiqué.

Les forces de police israéliennes à Jérusalem, le 30 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le commissaire de police Kobi Shabtai a qualifié cela « d’augmentation importante et significative du budget et des ressources en ce moment, alors que les policiers israéliens protègent physiquement les citoyens du terrorisme avec un déploiement sans précédent dans tout le pays ».

Le financement d’urgence s’ajoute au déploiement de 1 000 soldats en renfort des forces de police, qui a été ordonné mercredi par le ministre de la Défense Benny Gantz.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, donne une conférence de presse au siège du Commandement central de Tsahal, le 30 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Nous prenons des mesures offensives et défensives », a déclaré Gantz lors d’une conférence de presse à la suite d’une évaluation de la sécurité avec le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi et le chef du commandement central, le général de division Yehuda Fuchs.

« J’ai ordonné [à la Défense] d’aider la police israélienne sous forme d’équipement, de main-d’œuvre et de personnel supplémentaire », a déclaré Gantz.

« Si nécessaire, nous recruterons des milliers de réservistes qui inonderont les rues et opéreront partout où cela sera nécessaire », a ajouté Gantz. Israël appelle rarement des réservistes, sauf à des fins de formation.

« Quoi qu’il en soit, nous briserons cette vague de terreur. Nous ramènerons la paix et la stabilité de manière énergique, intelligente et responsable », a-t-il déclaré.

Des bénévoles de Zaka nettoient le sang dans une rue où un homme armé a ouvert le feu, tuant cinq personnes au total, à Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Les responsables de la sécurité s’activent pour réagir après la vague d’attentats terroristes de la semaine dernière, dont une fusillade mardi à Bnei Brak qui a tué cinq personnes. Le tireur palestinien a été tué par la police sur place.

Dimanche, deux agents de la police des frontières ont été tués dans une fusillade à Hadera. Les tireurs arabes israéliens étaient affiliés au groupe djihadiste État islamique.

Cinq jours plus tôt, quatre personnes avaient été tuées dans une attaque terroriste dans la ville de Beer Sheva. Le terroriste – précédemment reconnu coupable d’avoir tenté de rejoindre l’EI – a été abattu par des passants. Il était également citoyen israélien.

Au moins 12 Palestiniens ont été tués dans de violents affrontements avec les troupes israéliennes ces dernières semaines. Certains sont morts dans des fusillades avec des soldats israéliens en Cisjordanie, d’autres lors de tentatives d’attaques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...