Rechercher

2 roquettes tirées depuis Gaza vers Tel-Aviv tombent en mer

Pas de blessés ; une vidéo montre une explosion en mer près de Jaffa ; le Dôme de fer n'a pas été activé car il ne s'agit pas d'une zone peuplée

Explosion au large de Jaffa, le 1er janvier 2021 (Crédit : capture d'écran/Télégram)
Explosion au large de Jaffa, le 1er janvier 2021 (Crédit : capture d'écran/Télégram)

Deux roquettes tirées depuis l’enclave palestinienne de Gaza sont tombées samedi matin vers 7 heures en mer Méditerranée, au large de la ville de Tel-Aviv, a indiqué l’armée israélienne.

Les sirènes n’ont pas été déclenchées et le système d’interception des roquettes du Dôme de fer n’a pas été actionné car il ne s’agissait pas d’une zone peuplée, a précisé l’armée dans un communiqué.

Selon des médias en hébreu, la deuxième roquette a atterri en mer au large de Palmachim, au sud de la ville de Rishon Lezion.

« Plus tôt ce matin, deux roquettes tirées de la bande de Gaza sont tombées en Méditerranée au large de la ville de Tel-Aviv », a écrit l’armée. La bande de Gaza est dirigée par le mouvement terroriste islamiste du Hamas mais d’autres groupes palestiniens armés y sont également bien implantés, comme le Jihad islamique palestinien.

Des factions armées à Gaza ont déclaré que les tirs de roquettes avaient été « causés par les conditions météorologiques ». Ce n’est pas la première fois que cette excuse est utilisée pour tenter d’expliquer un tir de projectiles vers Israël. Des groupes terroristes avaient par le passé déclaré que des éclairs avaient été responsables du déclenchement de roquettes.

Des sources anonymes au sein de Tsahal ont déclaré que le message envoyé depuis Gaza était que les roquettes avaient été « involontairement » tirées et que le chef d’état-major Aviv Kohavi devait procéder à des évaluations sur la question.

La Douzième chaîne d’information a rapporté que l’Egypte avait immédiatement entamé une médiation entre Israël et les groupes terroristes de Gaza pour tenter d’empêcher une escalade de la violence.

Jeudi, la chaîne qatarie Al-Jazeera a fait état d’un exercice du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza simulant l’enlèvement d’un soldat israélien et des attaques contre des cibles militaires israéliennes.

Le Middle East Media Research Institute (MEMRI), qui a fourni une vidéo de l’exercice, cite le commandant du Hamas, Muhammad Abu Nasira, qui a déclaré que l’exercice faisait partie de la préparation d’une « guerre de libération ».

Mercredi, un civil israélien a été blessé par des tirs près de la frontière avec Gaza, provoquant des frappes de représailles dans l’enclave contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Mardi, le Hamas a fustigé le chef de l’Autorité palestinienne (AP) car il a rencontré le ministre de la Défense israélien, Benny Gantz à son domicile, qualifiant l’initiative de « répréhensible et condamnable ».

« C’est une attaque contre le soulèvement qui a lieu actuellement en Cisjordanie », avait déclaré Hazim Qasim, porte-parole du groupe, une référence apparente aux attaques récentes qui ont été commises contre des soldats et des civils israéliens.

Le ministre de la Défense Benny Gantz (à gauche) assiste à une conférence dans la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, le 13 juillet 2021. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prononce un discours au sujet de la COVID-19, au siège de l’Autorité palestinienne, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 5 mai 2020. (Crédit : Flash90)

Depuis l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu fragile conclu après l’opération Gardien des murs de mai dernier, cinq projectiles (roquettes ou obus) ont été tirés depuis Gaza vers le territoire israélien, selon un rapport annuel de l’armée publié le 29 décembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...