3e dose : Sur 600 000 Israéliens, moins de 50 signalent des effets secondaires
Rechercher

3e dose : Sur 600 000 Israéliens, moins de 50 signalent des effets secondaires

Le ministre des Finances est le dernier responsable à s'exprimer contre le confinement, affirmant que le pays doit apprendre à vivre avec le COVID-19 comme avec la grippe

Une femme israélienne de plus de 60 ans reçoit une troisième injection de vaccin contre le coronavirus dans une clinique de santé Clalit à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Une femme israélienne de plus de 60 ans reçoit une troisième injection de vaccin contre le coronavirus dans une clinique de santé Clalit à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Sur les quelque 600 000 premiers Israéliens ayant reçu une troisième dose du vaccin contre le coronavirus, moins de 50 ont déclaré avoir ressenti des effets secondaires, a indiqué lundi soir le ministère de la Santé. 

Les symptômes signalés étaient tous légers – comme des douleurs au point d’injection, de la fièvre et des nausées – et ont disparu rapidement, a précisé le ministère dans un communiqué. 

Le gouvernement n’en est qu’aux premiers stades de la distribution des injections de rappel, et seul un nombre restreint de groupes tels que les Israéliens immunodéprimés, le personnel de santé et les personnes âgées de plus de 60 ans peuvent actuellement recevoir une troisième dose. 

Les autorités ont tenté d’encourager les Israéliens à recevoir les vaccins dans l’espoir qu’une masse critique de vaccinations dans les semaines à venir pourrait éviter un confinement pour endiguer la propagation de la variante Delta ultra-contagieuse du coronavirus. 

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, est le dernier haut responsable à s’être prononcé lundi contre l’imposition d’un confinement. Aucun haut responsable ne s’est prononcé en faveur de cette mesure extrême à ce stade, et les responsables de la santé insistent sur le fait que l’objectif est d’éviter de l’imposer. Cependant, certains ont déclaré qu’elle pourrait être inévitable si le nombre de cas continue à augmenter. 

Lors d’un point-presse, M. Liberman a déclaré que l’objectif de faire fonctionner l’économie au milieu de la pandémie n’est pas un nouveau défi et que « nous devons faire un effort et faire tout ce que nous pouvons pour éviter un confinement. »


Le ministre des Finances Avigdor Liberman s’exprime lors d’une réunion de faction de son parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 26 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’est pas clair qu’il y ait une corrélation entre les confinements et la diminution du nombre de cas et de patients gravement malades, mais il est clair qu’il y a une corrélation entre les confinements et les dommages économiques », a déclaré le ministre des Finances. 

M. Liberman a ensuite comparé la pandémie de COVID-19 à la grippe, affirmant que tout comme les Israéliens « savent comment vivre avec la grippe, il devrait en être de même avec le coronavirus ».

Il a fait valoir qu’il y a suffisamment d’Israéliens vaccinés, ainsi que de personnes qui se sont remises du coronavirus, pour permettre au pays de continuer à fonctionner sans un autre confinement. 

M. Liberman a déclaré que le gouvernement était prêt à mettre en place un certain nombre de mesures afin d’éviter un confinement, qu’il s’agisse de « renforcer le système hospitalier, d’inciter le plus grand nombre de personnes à se faire vacciner, de proposer des tests rapides de dépistage du coronavirus ou de mettre en œuvre le pass vert [restrictions sur la foule] ». 

Il a affirmé que ces mesures ont fonctionné au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens et qu’elles peuvent également fonctionner en Israël. 

Lundi, le Premier ministre Naftali Bennett a demandé au ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, et au commissaire de la police israélienne, Kobi Shabtai, d’intensifier l’application des mesures contre les contrevenants aux restrictions liées au coronavirus au cours des huit prochaines semaines, y compris au détriment d’autres opérations, afin d’éviter qu’Israël n’entre dans une quatrième période de confinement depuis le début de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...