4 soldats blessés après l’entrée accidentelle d’un bus militaire à Qalandiya
Rechercher

4 soldats blessés après l’entrée accidentelle d’un bus militaire à Qalandiya

L'armée enquête pour savoir pourquoi le bus est entré au nord de Jérusalem. Les soldats ont tiré en l'air et ont été mis en sécurité après l'arrivée de la police des frontières

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un bus militaire israélien après son entrée accidentelle dans le camp de Qalandiya en Cisjordanie, dans le nord de Jérusalem, le 16 septembre 2018 (Crédit : Twitter)
Un bus militaire israélien après son entrée accidentelle dans le camp de Qalandiya en Cisjordanie, dans le nord de Jérusalem, le 16 septembre 2018 (Crédit : Twitter)

Des Palestiniens ont attaqué un bus militaire israélien entré accidentellement dans le camp de réfugiés de Qalandiya, dimanche soir. Trois soldats et un garde-frontière ont été blessés, ont indiqué les responsables.

Le bus est entré dans Qalandiya, au nord de Jérusalem, peu avant 19 heures pour des raisons encore inconnues.

Le véhicule militaire a été rapidement entouré par les résidents qui ont commencé à lui jeter des pierres, a fait savoir l’armée.

En réponse, les soldats israéliens ont tiré en l’air pour effrayer la foule.

Un contingent de garde-frontières stationné à proximité a été appelé au camp en renfort. Ils ont fait un « important usage » de gaz lacrymogènes et d’autres moyens de dispersion anti-émeutes afin de mettre un terme aux échauffourées, a précisé un porte-parole de la police.

Une soldate, deux soldats et un garde-frontière ont été blessés par des jets de pierre et pris en charge au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem pour y être soignés. Il n’y aurait, selon les informations actuellement disponibles, pas de blessés du côté palestinien.

Après quelques minutes, le bus a été escorté hors de Qalandiya.

Les garde-frontières ont arrêté trois Palestiniens, soupçonnés d’avoir participé à ces émeutes.

Selon un porte-parole de la police, l’un des suspects est de Qalandiya, un autre est de la ville voisine de Ramallah tandis que le troisième n’était pas en possession de ses papiers d’identité au moment de son arrestation.

L’armée a ouvert une enquête pour déterminer la raison pour laquelle le bus était entré dans le camp de réfugiés.

Ces dernières années, un certain nombre de véhicules militaires sont accidentellement entrés dans les villes et les cités palestiniennes, provoquant souvent des affrontements avec les résidents locaux.

Un grand nombre de ces incidents ont été reliés à des soldats s’appuyant sur des applications de circulation, comme Waze, sur Google, au lieu d’apprendre le bon itinéraire comme l’exige le protocole militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...