42 mois de prison pour un Arabe israélien qui a transféré des fonds au Hamas
Rechercher

42 mois de prison pour un Arabe israélien qui a transféré des fonds au Hamas

Prétextant des voyages d'affaires en Turquie, Dara'am Jabarin a fait parvenir jusqu'à 300 000 euros en Israël pour le groupe terroriste palestinien

Dara'am Jabarin (à gauche) et Zaher Jabarin. Dara'am Jabarin a été arrêté en janvier 2018 pour avoir transféré des fonds depuis la Turquie pour le compte du Hamas. (Crédit : Shin Bet)
Dara'am Jabarin (à gauche) et Zaher Jabarin. Dara'am Jabarin a été arrêté en janvier 2018 pour avoir transféré des fonds depuis la Turquie pour le compte du Hamas. (Crédit : Shin Bet)

Un Arabe israélien a été condamné à trois ans et demi de prison pour avoir aidé le groupe terroriste palestinien du Hamas à transférer des fonds depuis la Turquie vers Israël afin de financer les activités du groupe armé, a indiqué un communiqué du ministère de la Justice lundi.

Dans le cadre d’une négociation de peine, le tribunal de Jérusalem a condamné Dara’am Jabarin, résident de la ville arabe d’Umm al-Fahm, pour avoir entretenu des contacts avec un agent étranger, avoir proposé ses services à une organisation terroriste, avoir fait un usage interdit de sa propriété à des fins terroristes, et avoir procédé à des transactions interdites, entre autres infractions.

En début d’année, cette affaire à mené les services de sécurité du Shin Bet à accuser la Turquie d’aider le groupe terroriste, basé à Gaza, à récolter et à blanchir des fonds pour ses activités terroristes à l’encontre d’Israël.

Les procureurs ont déclaré que Jabarin avait acheminé 300 000 euros en Israël pour le compte du Hamas pendant des voyages d’affaires, depuis et vers la Turquie au cours des deux dernières années.

Il a également écopé d’une peine de prison avec sursis et d’une amende de 20 000 shekels (4 790 euros). 560 000 shekels (134 000 euros) ont été saisis par l’État, précise aussi le communiqué du ministère.

Selon l’acte d’inculpation, Jabarin mène des activités commerciales en Turquie. En 2016, il a rencontré deux membres du Hamas, Zaher Jabarin et Salamah Marahei, qui ont profité de ses nombreux voyages entre les deux pays pour transférer de l’argent du Qatar vers le territoire israélien, et de là, aux agents locaux du Hamas (il semblerait que Zaher et Dara’am ne soient pas de la même famille; Jabarin est un patronyme courant.)

Dara’am Jabarin importait les liquidités en Israël et les déposait dans le lieu de son choix. Il photographiait ensuite l’endroit choisi, et envoyait ces clichés à des membres du Hamas en Turquie qui s’organisaient pour que des agents locaux récupèrent cet argent et le transfèrent en Cisjordanie.

Des membres armés du Hamas participent à un défilé dans les rues de Gaza City pour marquer le premier anniversaire d’un accord déterminant l’échange de 1027 prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit, le 18 octobre 2012 (Crédit : Wissam Nassar/Flash90)

A quatre reprises, Jabarin a fait entrer des sommes allant de 50 000 à 100 000 euros.

Au moment de son arrestation en janvier 2018, et de celle du ressortissant turc Cemil Tekeli, il avait apporté 300 000 euros en Israël au total.

Le 21 janvier, date à laquelle Jabarin a été arrêté, les forces de sécurité ont saisi 91 000 euros à son domicile. Le Shin Bet a par la suite indiqué que ces fonds étaient en attente de transfert vers la Cisjordanie.

Zaher Jabarin, figure importante parmi les membres du Hamas qui gèrent les finances du groupe terroriste, a fait partie du millier de terroristes palestiniens relâchés des prisons israéliennes dans le cadre de l’accord de libération de 2011, en échange du soldat captif Gilad Shalit. Comme d’autres prisonniers libérés dans le cadre de cet accord, il s’est installé en Turquie.

En février, le Shin Bet a déclaré dans un communiqué que pendant les enquêtes, « il est devenu évident que le Hamas est en contact direct avec les autorités turques ».

Le service de sécurité a déclaré à l’époque que le citoyen turc Tekeli avait révélé durant son interrogatoire que l’argent et le matériel avaient été donnés au Hamas via la société SADAT, établie par Adnan Basha, proche des responsables de l’administration turque.

Selon le communiqué du Shin Bet, les activités susmentionnées « se sont déroulées publiquement, alors que les responsables turcs ferment les yeux, et parfois les encouragent, avec l’aide de ressortissants turcs, dont certains sont proches du gouvernement ».

Tekeli est suspecté d’avoir aidé des membres du Hamas à créer des commerces en Turquie, à obtenir des autorisations de séjour, à acheter des biens commerciaux, des maisons et des voitures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...