Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

500 000 Israéliens pourraient développer un TSPT post-7 octobre – étude non-publiée

La prévision s'appuie sur des études réalisées dans des situations similaires pour créer un modèle prédictif ; un expert de renom s’interroge sur la méthodologie, et estime les chiffres "exagérés"

Le surintendant principal Avi Amar, quelques heures avant qu'il ne soit tué, réconfortant un soldat de l'armée israélienne désemparé, à proximité du kibboutz Kfar Aza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Police israélienne)
Le surintendant principal Avi Amar, quelques heures avant qu'il ne soit tué, réconfortant un soldat de l'armée israélienne désemparé, à proximité du kibboutz Kfar Aza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Police israélienne)

Une nouvelle étude établit que plus d’un demi-million d’Israéliens risquent de développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT) à la suite des attaques menées par le Hamas le 7 octobre et de la guerre qui s’en est suivie contre le groupe terroriste palestinien dans la bande de Gaza.

L’étude, fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem, de l’Université de Columbia, du Centre de santé mentale Shalvata à Hod HaSharon et de l’organisation Effective Altruism, conclut que quelque 520 000 personnes – soit 5,3 % de la population – pourraient développer un TSPT à la suite de la crise actuelle.

L’étude, qui n’a pas encore fait l’objet d’une évaluation par des pairs, se concentre uniquement sur le sud et le centre du pays et ne tient pas compte des tirs de roquettes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et des attaques de drones sur le nord, qui ont commencé peu après le 7 octobre et se poursuivent encore aujourd’hui.

En outre, l’étude n’est pas le résultat d’entretiens avec des Israéliens traumatisés, mais plutôt une méta-analyse basée sur un examen de la littérature scientifique existante sur la prévalence du trouble de stress post-traumatique après une exposition à la guerre et au terrorisme. Une partie de la littérature se rapporte à des événements passés en Israël, mais la plus grande partie est basée sur des expériences vécues dans d’autres pays.

« Toute la population n’a pas été exposée de la même manière. C’est pourquoi nous avons créé un modèle statistique différentiel qui dépend du niveau et de l’étendue de l’exposition au traumatisme. Nous avons divisé la population en six groupes différents en termes d’exposition et le modèle estime la possibilité de prévalence du TSPT pour chacun d’entre eux », a expliqué l’auteure principale, Dana Katsoty, candidate au doctorat en psychologie à l’Université hébraïque.

Le premier groupe est constitué de personnes qui ont été directement exposées aux attaques terroristes du 7 octobre, en particulier celles qui se trouvaient au festival de musique à proximité du kibboutz Reïm et dans les localités situées aux alentours de la bande de Gaza et dans les villes avoisinantes. Le modèle prédit que 31 % des membres de ce groupe développeront un TSPT.

Dana Katsoty, doctorante en psychologie à l’Université hébraïque. (Crédit : Autorisation)

Le deuxième groupe est celui des personnes qui se trouvaient à proximité des attaques terroristes. Il s’agit des personnes qui se trouvaient dans des communautés et des quartiers de villes qui n’ont pas été infiltrés par les terroristes du Hamas. Cependant, les résidents ont perçu comme une grave menace l’invasion des zones voisines et la forte probabilité que les auteurs de l’attentat envahissent leurs maisons. Ces civils se cachaient dans des miklatim – abris anti-atomiques – et des mamadim – les pièces sécurisées – pendant des heures, voire des jours.

« Il s’agit de l’un des deux groupes pour lesquels nous n’avons pas pu trouver suffisamment de documentation sur laquelle nous appuyer pour notre modèle. Nous avons donc prévu pour ce groupe la même probabilité de 10 % de développer un TSPT que pour les personnes soumises à de violentes attaques à la roquette. Nous avons décidé de procéder ainsi parce que les personnes qui se trouvaient à proximité des attaques terroristes subissaient également de violents bombardements à la roquette », a expliqué Katsoty.

« Toutefois, il est important de noter qu’il s’agit d’une sous-estimation, car une telle exposition devrait entraîner une probabilité plus élevée de TSPT. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous considérons que le modèle est conservateur », a-t-elle ajouté.

Le troisième groupe est composé de soldats du Corps d’infanterie et de soutien au combat, de la force régulière et de la réserve. Certains de ces militaires ont été envoyés à Gaza pour combattre, tandis que d’autres sont restés du côté israélien de la frontière. On prévoit que 8 % des membres de ce groupe développeront un TSPT.

Le quatrième groupe est constitué de civils vivant dans des conditions d’exposition intense aux tirs de roquettes.

L’étude s’appuie sur des données du Commandement du Front intérieur de Tsahal indiquant que les villes et autres communautés situées jusqu’à 40 kilomètres de la bande de Gaza ont été les plus exposées pendant la guerre. Les personnes vivant à cette distance de la frontière ne disposent que d’une minute ou moins pour se mettre à l’abri lorsqu’une sirène de roquettes retentit. Selon le modèle, 10 % des membres de ce groupe présenteront des signes de stress post-traumatique.

Le cinquième groupe est constitué de civils qui vivent à une distance de 40 à 80 km de la frontière de Gaza et qui sont modérément exposés aux tirs de roquettes. Ces résidents ont entre une minute et une minute et demie pour se mettre à l’abri.

Le sixième groupe est composé de personnes vivant dans des communautés situées à plus de 80 km de Gaza. Bien que les sirènes de roquettes aient retenti dans certaines de ces localités, les roquettes ont eu moins d’impact sur la vie quotidienne.

Des Israéliens se mettant à l’abri alors qu’une sirène retentit pour avertir de l’arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza, à Rehovot, en Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Dor Kedmi/AP)

« Pour le sixième groupe, notre prédiction est de 2 %, mais nous n’avons pas pu trouver de littérature suffisamment pertinente pour nous permettre d’établir une prédiction pour le cinquième groupe. Nous avons attribué la moyenne des groupes quatre et six au groupe cinq, soit 6 % », a expliqué Katsoty.

Katsoty a déclaré que l’objectif du modèle prédictif est de fournir des informations importantes aux décideurs politiques et aux responsables des systèmes de soins de santé afin qu’ils puissent se préparer à traiter le grand nombre d’Israéliens susceptibles de développer des troubles post-traumatiques.

« Déjà avant la guerre, le pays ne disposait pas d’un nombre suffisant de psychologues, dont ceux qui étaient formés pour traiter les traumatismes et le trouble de stress post-traumatique. Ces chiffres élevés indiquent que le système de santé publique doit réfléchir à de nouveaux paradigmes pour traiter le TSPT », a souligné Katsoty.

« Tout le monde ne pourra pas bénéficier d’une thérapie individuelle. Nous devons également envisager des interventions à grande échelle comprenant des thérapies de groupe, des programmes communautaires et d’autres interventions générales basées sur le système qui permettent d’atteindre un plus grand nombre de personnes dans le besoin. Cela est nécessaire non seulement pour le TSPT, mais aussi pour d’autres troubles mentaux tels que l’anxiété et la dépression qui résultent des traumatismes et de la guerre », a-t-elle déclaré.

Yaïr Bar-Haïm, directeur du Centre national pour le stress traumatique et la résilience à l’Université de Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Université de Tel Aviv)

L’étude est en pré-impression, ce qui signifie qu’elle est ouverte à l’examen par les pairs avant d’être soumise pour publication dans une revue. Le Times of Israel a donc demandé à un expert qui n’a pas participé à la recherche de donner son avis sur l’exactitude et l’utilité des informations fournies par l’étude pour les décideurs politiques et les administrateurs des soins de santé mentale.

Bien que le professeur Yaïr Bar-Haïm, directeur du nouveau Centre national pour le stress traumatique et la résilience de l’Université de Tel Aviv, ait salué l’étude de Katsoty et de ses collègues pour avoir mis en évidence la nécessité de planifier le traitement du TSPT, il a remis en question la méthodologie et les résultats de l’étude.

Dans une interview accordée au Times of Israel, Bar-Haïm a déclaré qu’il pensait qu’un chiffre plus réaliste était d’environ 30 000 nouveaux cas de TSPT parmi les Israéliens à la suite des attaques terroristes du 7 octobre et de la guerre. Bar-Haïm a précisé que son analyse de la littérature existante et de l’expérience israélienne indiquait que seuls 10 % des quelque 150 000 soldats et 150 000 civils directement traumatisés par les attaques terroristes du 7 octobre ou les bombardements intensifs depuis Gaza risquaient de souffrir d’un TSPT.

« C’est une étude intéressante, mais elle présente quelques problèmes », a-t-il déclaré à propos du travail effectué par Katsoty et son équipe.

En utilisant des termes mathématiques, Bar-Haïm a fait remarquer qu’avec des études épidémiologiques telles que celle-ci, « tout se résume à ce que vous avez dans le numérateur et ce que vous avez dans le dénominateur ».

« En ce qui concerne le dénominateur, j’ai des problèmes avec le fait qu’ils ont divisé la population arbitrairement pour les groupes liés à l’exposition des civils aux attaques de roquettes », a déclaré Bar-Haïm.

« La répartition en groupes d’environ 5 millions de personnes – la moitié de la population israélienne – de la frontière de Gaza à Herzliya ne fonctionne pas. On ne peut pas classer toutes les expériences de ces personnes dans trois catégories seulement. Par exemple, les villes de Yavne et de Rehovot sont dans le même groupe dans l’étude. Yavne a peut-être une sirène par jour, tandis que de nombreuses sirènes retentissent à Rehovot et qu’une roquette s’est écrasée sur un immeuble résidentiel », a-t-il expliqué.

Bar-Haïm n’est pas non plus d’accord avec l’idée de combiner les soldats qui ont été stationnés ou ont combattu à l’intérieur de Gaza avec ceux qui sont restés en Israël le long de la frontière, même s’ils appartenaient tous au même bataillon. Il a fait remarquer qu’il se serait attendu à ce que ceux qui étaient à Gaza aient un risque considérablement plus élevé de développer un syndrome de stress post-traumatique que ceux qui n’y étaient pas.

Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 2 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Selon lui, si l’on veut connaître la prévalence du trouble de stress post-traumatique ou le risque qu’il se manifeste chez les personnes traumatisées (« le numérateur »), le meilleur moyen est de procéder à un échantillonnage actif au sein de la population.

« Supposons que l’on dispose des six groupes étudiés dans cette étude. Il faudrait alors se rendre auprès d’une population suffisamment représentative et procéder à des échantillonnages répétés tous les quelques mois au sein de ces populations pour voir combien de cas sont recensés », a déclaré Bar-Haïm.

« L’équipe qui a réalisé l’étude s’est appuyée sur des études et des méta-analyses, dont la plupart n’ont pas été réalisées en Israël. Dans certains cas, ils n’avaient tout simplement pas d’informations, et ils ont donc avancé un chiffre », a-t-il ajouté.

Bar-Haïm a insisté sur le fait que la prévision de l’étude de plus de 500 000 nouveaux cas de TSPT était très exagérée.

« Prédire l’avenir est une entreprise difficile. Ce n’est probablement pas la meilleure façon de mener une étude épidémiologique », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.