500 ans après l’Inquisition, 10 000 Juifs séfarades tiennent à leur citoyenneté
Rechercher

500 ans après l’Inquisition, 10 000 Juifs séfarades tiennent à leur citoyenneté

Certains veulent la citoyenneté portugaise et espagnole en souvenir de racines familiales, mais la plupart voient les aspects économiques et ce qu'un passeport européen peut offrir

Mordechai Ben Abir dévoile la plaque d'une rue rebaptisée en l'honneur de ses ancêtres expulsés d'Espagne dans la ville de Falset, Espagne, lors d'une cérémonie, le 16 mai 2016. (Capture d'écran Youtube)
Mordechai Ben Abir dévoile la plaque d'une rue rebaptisée en l'honneur de ses ancêtres expulsés d'Espagne dans la ville de Falset, Espagne, lors d'une cérémonie, le 16 mai 2016. (Capture d'écran Youtube)

PORTO, Portugal – Quelque part dans un coin poussiéreux des bâtiments de la communauté juive de Porto, au Portugal, il y a des boîtes et des boîtes de vieilles photographies et d’arbres généalogiques, qui font partie des quelque 15 000 demandes présentées par des personnes qui tentent de prouver leur origine juive sépharade afin d’obtenir la citoyenneté portugaise.

Bien qu’un faible pourcentage seulement des demandes se termine effectivement par l’obtention d’un passeport portugais, ces boîtes représentent l’un des effets secondaires inattendus de la loi permettant aux descendants de juifs sépharades d’obtenir la citoyenneté portugaise ou espagnole : une mine d’informations et un intérêt renouvelé pour l’histoire des familles séfarades.

A partir de 2015, le Portugal et l’Espagne ont annoncé que toute personne pouvant prouver qu’elle descend de Séfarades – Juifs expulsés de la péninsule ibérique à partir de 1492 à la suite de l’Inquisition – pouvait demander la citoyenneté.

Le processus espagnol est plus compliqué, et après octobre, l’Espagne n’acceptera plus de nouvelles demandes de citoyenneté. Pour cette raison, la plupart des Israéliens optent pour la voie de la citoyenneté portugaise.

Les fidèles prient dans la synagogue Kadoorie – Mekor Haim à Porto, au Portugal, en mai 2014. (Crédit : communauté juive de Porto/JTA)

Presque du jour au lendemain, des publicités Internet aux couleurs vives ont été diffusées sur les réseaux sociaux, promettant un parcours facile pour se procurer un passeport portugais. Ceux qui ont participé au processus disent qu’il ne s’agit pas d’une description exacte.

« Ce n’est pas comme un guichet automatique avec lequel vous payez et vous obtenez un passeport qui sort immédiatement », a déclaré Leon Amiras, un avocat spécialisé dans les demandes de citoyenneté qui travaille en étroite collaboration avec la communauté juive du Portugal à Porto.

Depuis 2015, Amiras estime que 15 000 personnes ont demandé à être reconnues comme Juifs Sépharades par la communauté juive portugaise, ce qui constitue la première étape du processus. Beaucoup de gens ne vont pas au-delà de cette étape, bloqués par les montagnes de documents nécessaires, y compris les arbres généalogiques, les contrats de mariage (ketoubot), les documents notariés, les photos des pierres tombales, et les anciens documents de voyage, qui doivent tous être traduits en portugais.

Le coût moyen d’une demande est d’au moins 12 000 shekels (3 000 euros) en frais d’avocat et de traduction. La plupart des dossiers de candidature finissent par coûter beaucoup plus cher, selon le type de documents et de traductions requis. Il faut au moins 18 à 24 mois de délai de traitement.

Le ministère portugais de l’Intérieur a refusé de publier des chiffres sur le nombre d’Israéliens qui ont obtenu avec succès des passeports portugais ou qui sont en train de le faire, mais M. Amiras a déclaré que seuls quelques milliers ont franchi la première étape qui est la demande officielle de reconnaissance auprès de la communauté juive.

Photo au Musée juif de Porto de Juifs brûlés sur le bûcher au Portugal lors de l’Inquisition à Porto, Portugal, le 28 janvier 2016. (Rachel Delia Benaim/The Times of Israel)

Le journal espagnol El Pais a rapporté qu’entre 2015 et 2018, l’Espagne a naturalisé 8 365 candidats en raison de leur ascendance juive, et plus de 5 600 demandes sont toujours en cours de traitement. Le journal portugais Lusa a rapporté que 1 713 personnes ayant des racines séfarades ont été naturalisées en 2017.

Selon El Pais, le plus grand nombre de citoyens espagnols nouvellement naturalisés entre 2015 et 2018 est venu de Turquie et du Venezuela, avec 2 693 nouveaux citoyens de Turquie et 1 487 du Venezuela. Israël avait le troisième groupe en importance, avec 860 Juifs séfarades ayant obtenu la citoyenneté espagnole.

Cela signifie que partout dans le monde, y compris dans des pays comme la Turquie, qui peuvent être hostiles au judaïsme, les candidats deviennent de facto des généalogistes et des historiens qui plongent dans l’histoire et la culture séfarades. Alors que les Juifs d’Europe de l’Est sont maintenant en Israël et ont souvent un lien direct et vivant avec leur pays ancestral, les Juifs sépharades doivent creuser beaucoup plus profondément pour prouver qu’ils descendent de Juifs qui ont été expulsés du Portugal ou d’Espagne. Originaires de la péninsule ibérique, ces familles se sont disséminées dans le monde, et de là, elles ont peut-être à nouveau déménagé dans un troisième ou un quatrième pays, rendant les liens plus difficiles à établir.

L’avocat Leon Amiras, qui assiste la communauté juive de Porto ainsi que les juifs sépharades cherchant à obtenir la citoyenneté portugaise. (Avec l’aimable autorisation de Leon Amiras)

« Beaucoup de gens ont dû se rendre à leur boydem [stockage ou grenier] pour ressortir de vieilles photos et faire des arbres généalogiques », dit Amiras. « Beaucoup de gens collectionnent de vieux passeports, de vieilles photos et des notes. Le monde universitaire devrait vraiment en profiter ».

À l’heure actuelle, il n’y a aucun programme pour présenter ou collecter ces informations, mais cela pourrait changer si les universitaires manifestent leur intérêt, a dit M. Amiras.

La collecte des documents encourage souvent les gens à commencer à fouiller dans l’histoire de leur famille et à acquérir des connaissances qui, autrement, seraient perdues. Amiras a eu des clients qui se sont rendus au Maroc pour prendre des photos de pierres tombales dans des cimetières juifs, ou qui se sont rendus à Londres pour consulter des contrats de mariage conservés dans des archives locales.

« Certaines personnes viennent me voir et me disent : ‘Je ne sais rien d’autre que le nom de ma grand-mère’, tandis que d’autres ont des passeports originaux en noir et blanc ou un arbre généalogique qui remonte à sept ou huit générations », dit-il. « C’est vraiment excitant. Je me demande comment les gens peuvent-ils remonter si loin ? »

Boucler la boucle

Dans une petite ville espagnole, un demandeur revendiquant le droit de naissance de sa famille est devenu une cause célèbre.

Mordechai Ben Abir, l’oncle de Leon Amiras, a attrapé le virus de la généalogie alors qu’il étudiait pour son doctorat en littérature et histoire espagnole, qu’il a terminé à l’Université de Barcelone l’année dernière, à l’âge de 82 ans.

« L’âge n’est pas une limite », a déclaré Ben Abir au sujet de sa décision de déménager de sa maison de Beer Sheva à Barcelone, en Espagne, pour sa première année d’études, quand il avait 75 ans. Au cours de ses études, axées sur l’histoire juive sépharade, Ben Abir a retracé le parcours de ses ancêtres jusqu’à la ville de Falset, un village situé à deux heures au sud de Barcelone.

Lorsque l’occasion s’est présentée de demander un passeport espagnol, Ben Abir a sauté sur l’occasion, même s’il avait déjà un passeport argentin et israélien.

« Je voulais boucler cette boucle de 600 ans dans la ville d’où mes ancêtres sont partis, en particulier là où ils ont vécu leur vie », a-t-il dit. « C’est très symbolique, mes ancêtres ont été forcés de partir sans papiers. Je reviens avec un passeport. C’est le symbolisme, c’est la partie passionnante de l’histoire. Je reviens en leur nom. »

L’obtention du passeport de Ben Abir est devenue un mini-festival à Falset. Le maire de Falset l’a personnellement escorté pour récupérer son nouveau passeport et a organisé une cérémonie pour renommer une rue en l’honneur d’un membre de la famille de Ben Abir, qui était le rabbin local il y a 600 ans.

Ben Abir, un ingénieur qui a émigré d’Argentine il y a 65 ans, a dit qu’il peut retracer son arbre généalogique sur des centaines d’années en utilisant le nom Caballero. « Abir » est le mot hébreu pour chevalier, ou Caballero en espagnol. Les parents de Ben Abir sont venus en Argentine de Turquie, où la branche Caballero de la famille s’est installée après son expulsion d’Espagne.

Regarder vers l’avenir, pas vers le passé

Ben Abir est une exception dans le flot des demandes de passeport. La plupart des demandeurs se tournent moins vers le passé que vers l’avenir que peut offrir un passeport européen.

Les groupes Facebook tels que « Get Portuguese Citizenship » ou « Easy Nationality » ont des milliers de membres qui partagent des conseils et astuces pour accélérer le processus. Des publicités promettant la « citoyenneté portugaise instantanée » avec de jeunes Israéliens souriants ont suscité des critiques ainsi que des inquiétudes quant aux escrocs qui en profitent.

Une capture d’écran d’une publicité trompeuse sur Internet pour une nationalité portugaise facile. En réalité, le processus nécessite des milliers de shekels et des années pour être mené à terme. (Capture d’écran)

Shai Carmel, 22 ans, de Kfar Saba, est le profil type des personnes qui font une demande de passeport portugais.

« Je viens de finir l’armée et j’ai l’impression que ça ne va pas aller mieux en Israël, alors je veux avoir quelque chose en poche, et c’est le passeport européen le plus facile à obtenir », a dit Carmel. « Ça ne veut pas dire que je vais m’y installer, mais avec ce passeport, je peux aller partout en Europe ».

Carmel espère étudier l’informatique à Londres. La sœur de Carmel, qui a également obtenu un passeport portugais, étudie également à Londres. Carmel a d’abord présenté une demande de reconnaissance à la communauté juive de Porto en janvier. Jusqu’à présent, il a dépensé environ 18 000 shekels en honoraires et traductions, avec l’aide d’un avocat local au Portugal.

Carmel est un juif séfarade du côté de sa mère, originaire de Turquie. Sa mère et sa grand-mère parlent le ladino, bien que Carmel ne parle pas lui-même l’ancienne langue sépharade juive. La famille de son père est originaire d’Iran et n’est pas considérée comme sépharade, car peu de juifs séfarades sont allés en Perse après l’Inquisition.

Pour reconstituer l’arbre généalogique, Carmel s’est assis avec sa grand-mère maternelle pour retracer quelques générations en arrière. Sa famille est originaire d’Ankara, en Turquie, une destination connue pour les Juifs séfarades après l’Inquisition. Carmel a dit que même si la conversation était intéressante, il s’intéresse moins à l’histoire et plus aux possibilités futures en Europe, où les études universitaires ne représentent qu’une fraction du coût des études en Israël.

« Pour quelqu’un d’une vingtaine d’années, cela peut vraiment lui ouvrir tant d’autres opportunités », dit-il. « Si vous avez ce passeport, vous pouvez travailler à l’étranger, et vous êtes en règle. Si vous travaillez dans le high-tech, vous pouvez facilement déménager dans un autre pays. »

L’avocat Amiras a déclaré que même si la plupart des dossiers qu’il traite sont israéliens, il y a un regain d’intérêt de la part des gens du Royaume-Uni, inquiets à propos du Brexit qui veulent aussi avoir un passeport pour l’ensemble de l’Europe.

La loi sur la nationalité permet aux demandeurs d’obtenir un passeport portugais ou espagnol, d’ouvrir un compte bancaire local, d’obtenir une assurance maladie et d’étudier, de vivre et de travailler partout dans l’Union européenne (UE).

Réparer un tort historique

Tout au long du Moyen Âge, la péninsule ibérique comptait une communauté juive florissante et illustre, dont le nombre atteignait environ un quart de million à son apogée. La majorité des Juifs vivaient en Espagne, mais des milliers vivaient aussi au Portugal. Dans les deux cas, ils dirigeaient souvent des entreprises et faisaient partie intégrante de l’élite urbaine.

En 1492, le roi Ferdinand et la reine Isabelle d’Espagne ont mis en œuvre l’Inquisition, destinée à déclarer une fois pour toutes l’identité catholique de l’Espagne en expulsant ou en convertissant tous les non-catholiques. La majorité des Juifs d’Espagne qui refusaient la conversion ou de cacher leur identité juive ont quitté le pays. Des milliers de personnes ont traversé la frontière vers le Portugal où les communautés juives existantes les ont absorbées, explique le Dr Or Hasson, professeur et chercheur au Département d’études espagnoles et latino-américaines de l’Université hébraïque. Cet afflux soudain a triplé la communauté juive du Portugal.

Membres de la communauté juive de Porto dans la synagogue Kadoorie Mekor Haim, le 2 septembre 2016. (Crédit : AFP/Miguel Riopa)

En 1496, le roi Manuel du Portugal avait épousé Isabella, fille du roi Ferdinand et de la reine Isabella d’Espagne (Isabella avait également été mariée au roi précédent du Portugal, le roi Afonso, décédé en 1491 dans un accident d’équitation). L’une des conditions exigées par Isabella pour son mariage royal était que le Portugal mette en place sa propre inquisition des Juifs et des non-catholiques. Mais la communauté juive portugaise était très considérée et profondément enracinée dans la vie commerciale et culturelle du Portugal. Les autorités avaient procédé à une « conversion de masse » peu enthousiaste de la communauté juive et l’avaient laissé largement tranquille, avait dit Hasson.

Ce n’est qu’en 1536 que les autorités portugaises ont commencé à réprimer la vie communautaire juive, entraînant un exode – majoritairement vers l’Afrique du nord mais également vers d’autres parties de l’Europe.

A partir de là, les Juifs séfarades se sont propagés dans des endroits reculés du monde, notamment en Inde, en Turquie, en Argentine et dans toute l’Afrique du nord.

Les candidats n’ont pas besoin de visiter le Portugal pour obtenir la citoyenneté portugaise, mais ceux qui désirent avoir la nationalité espagnole doivent obligatoirement se rendre en Espagne et réussir un examen de langue et d’histoire.

La synagogue Kadoorie à Porto, la plus importante synagogue de la péninsule ibérique (Crédit : Wikipedia/Bricking/CC BY-SA)

Amiras explique que certains de ses clients commencent le processus avec l’espoir d’obtenir un passeport européen mais finissent par construire une réelle connexion avec le pays.

Certains Israéliens songent même sérieusement à vivre une partie de l’année au Portugal.

Malgré l’intérêt porté à la citoyenneté portugaise, la loi sur la nationalité n’a pas eu beaucoup d’effet sur la communauté juive locale, estiment les responsables locaux, même s’ils apprécient le geste en leur faveur qui, selon eux, vient corriger une injustice historique.

« La loi sur la nationalité de l’Etat portugais est un souci de justice à l’égard des Juifs séfarades », déclare Michael Rothwell, membre du conseil d’administration de la communauté juive de Porto. Il dit dans un courriel que la communauté trouve « gratifiant » le nombre de Juifs qui, dans le monde, s’intéressent à cette possibilité de renouer le lien avec leurs racines portugaises.

« Il y a un lien d’amitié fort entre les peuples du Portugal et d’Israël », ajoute Rothwell. « Et ça se voit dans la croissance énorme du tourisme entre ces pays ».

Le porte-parole de la communauté juive de Porto, Michael Rothwell, posant devant l’arche dans la synagogue Mekor Haim à Porto, au Portugal, le 28 janvier 2016 (Crédit : Rachel Delia Benaïm / Times of Israël)

Le tourisme israélien au Portugal a augmenté de presque 15 % entre 2016 et 2017 avec un total de 120 218 touristes israéliens venus dans le pays en 2017, selon le ministère du Tourisme portugais. Ce nombre a légèrement baissé en 2018 suite à un ralentissement global du tourisme au Portugal cette année-là mais il semble bien reprendre en 2019, selon des statistiques préliminaires du ministère du Tourisme.

La ville pittoresque de Porto, dans le nord du pays, accueille chaque année plus de 10 000 visiteurs dans ses deux synagogues pour Shabbat et pour les fêtes religieuses, explique Rothwell. Au cours des dernières années, il y a eu une augmentation des visiteurs vivant au Portugal ou ayant récemment obtenu la nationalité du pays qui ont pris le temps de s’y arrêter – mais ils ne sont pas devenus une part majeure de la communauté juive existante.

« Même si nous avons deux synagogues, deux rabbins, des services religieux et que nous célébrons les fêtes, ce ne sont manifestement pas tous les Juifs arrivant d’Israël qui sont prêts à parcourir des centaines de kilomètres pour venir à nos offices », dit Rothwell.

« Ils avaient déjà tout ça en Israël ! », s’exclame-t-il.

Ben Abir note que seulement peu de personnes parmi ceux qui réclament aujourd’hui un passeport le font pour des raisons purement historiques ou religieuses.

« Je suis sûr que si vous demandez à 100 personnes, vous obtiendrez 100 réponses différentes », dit-il. « Les jeunes pensent qu’avoir un passeport étranger leur donnera des opportunités dont ils ne jouissent pas en Israël ».

Amiras dit espérer que les jeunes qui se portent candidat à la citoyenneté prendront un moment pour apprécier la recherche de documents anciens, ou les conversations avec leurs proches plus âgés.

« Nous sommes nés dans une génération où nous avons l’Etat d’Israël, c’est notre patrie et nous n’en avons pas d’autre », clame Amiras.

Oui, ça peut être formidable pour les opportunités de voyage et de travail, continue-t-il.

« Mais si quelqu’un se sent connecté à ce monde de la communauté juive séfarade et que pour lui, obtenir la citoyenneté se construit là-dessus, alors il s’agit d’une connexion émotionnelle qui est substantielle » à l’histoire des Juifs séfarades, explique Amiras – une connexion qui vient corriger une injustice vieille de 500 ans.

« C’est une opportunité qu’ils n’avaient pas eue », dit-il. « Mais nous l’avons maintenant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...