Rechercher

7 cas du variant Omicron confirmés en Israël, 27 cas suspects

2 cas confirmés sont entièrement vaccinés avec le vaccin Pfizer ; sur les 8 personnes vaccinées qui étaient des cas confirmés ou suspects, une seule a présenté des symptômes

A medic collects a swab sample from an Israeli border guard at a COVID-19 drive-through testing site in Jerusalem, on November 29, 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)
A medic collects a swab sample from an Israeli border guard at a COVID-19 drive-through testing site in Jerusalem, on November 29, 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)

Vendredi matin, le ministère de la Santé a déclaré avoir recensé sept cas confirmés du variant Omicron de la COVID-19 en Israël.

Le ministère a précisé que deux des malades avaient reçu trois doses du vaccin Pfizer (un voyageur d’Afrique du Sud, l’autre du Royaume-Uni) et qu’une personne en provenance du Malawi avait reçu le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca.

Les quatre autres cas étaient des personnes qui avaient voyagé depuis l’Afrique du Sud et n’étaient pas vaccinées.

Le ministère a indiqué que 27 autres cas de coronavirus n’avaient pas encore été confirmés comme étant la souche Omicron, mais que les responsables avaient une « forte suspicion » qu’il s’agissait du nouveau variant.

Sur ces 27 cas, huit avaient récemment voyagé à l’étranger ou avaient été en contact avec quelqu’un qui l’avait fait.

Mais 19 cas suspects n’avaient pas récemment voyagé, ce qui suscite des inquiétudes quant à une éventuelle propagation communautaire de la souche.

Un médecin prélève un échantillon par écouvillonnage sur un enfant dans un site de dépistage en voiture COVID-19 à Jérusalem, le 29 novembre 2021. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Toujours parmi ces 27 personnes, 26 n’ont pas été vaccinées ou déjà été malades de ce virus. Dans ce groupe, 10 personnes sont symptomatiques et 16 sont asymptomatiques.

Sur les huit personnes qui ont été vaccinées, une seule présente des symptômes, tandis que les sept autres sont asymptomatiques.

Jeudi, un scientifique sud-africain de haut niveau a déclaré que les personnes infectées par des variants antérieurs de la COVID ne semblaient pas être protégées contre Omicron, bien que la vaccination permette de prévenir une forme grave de la maladie.

Un enfant israélien reçoit un vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 du personnel médical des services de santé Clalit à Tel Aviv, le 23 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Aucun autre détail n’a été donné sur l’état de santé des personnes cas confirmés ou suspects.

En outre, le ministère a déclaré qu’il y avait 14 autres cas définis comme des cas limites et de « faible suspicion » qu’ils étaient de la souche Omicron, et ces échantillons ont été envoyés pour des tests supplémentaires.

Les tests PCR sont censés pouvoir identifier les cas Omicron en signalant la présence ou non d’un certain gène. Cependant, les responsables de la santé continuent de s’appuyer sur le séquençage génétique, qui peut prendre plusieurs jours, pour confirmer la souche du coronavirus dont est porteur un patient.

L’annonce de vendredi a marqué une augmentation de quatre cas confirmés dans la nuit.

Un cas a été confirmé jeudi soir – un médecin qui participait à une conférence à Londres.

Le ministère n’a pas nommé le troisième porteur, mais ses coordonnées correspondent à celles du Dr. Elad Maor, cardiologue à l’hôpital Sheba, qui a déclaré en début de semaine avoir été testé positif au variant.

Dr. Elad Maor (Crédit : hôpital Sheba)

Le Dr. Maor a déclaré mercredi aux médias internationaux qu’il soupçonnait avoir contracté la variante alors qu’il assistait récemment à une conférence médicale à Londres, ce qui a suscité des inquiétudes quant à la possibilité que le variant soit plus répandu au Royaume-Uni que ce que l’on sait.

« J’ai eu l’Omicron à Londres, c’est certain », a déclaré Maor au Guardian. « C’est intéressant parce que c’était il y a 10 jours à Londres – vraiment, vraiment tôt. »

Il a déclaré avoir été testé négatif à son retour en Israël le 23 novembre, mais qu’il a ensuite commencé à ressentir de légers symptômes et que l’on a confirmé qu’il était atteint de la COVID-19 quatre jours plus tard.

Selon les dernières données du ministère, 478 nouveaux cas de coronavirus ont été diagnostiqués jeudi, ce qui porte à 5 369 le nombre total de cas actifs en Israël. Seuls 0,54 % des échantillons testés jeudi se sont révélés positifs.

On dénombre 112 patients dans un état grave et le nombre de décès depuis le début de la pandémie s’élève à 8 199.

Selon les données du ministère de la santé, environ 60 % des 9,4 millions d’habitants du pays sont entièrement vaccinés.

Le ministère a déclaré que, depuis le lancement de la campagne de vaccination des jeunes enfants la semaine dernière, 5,6 % des enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu leur première dose.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...