A Auschwitz-Birkenau, les brumisateurs controversés sont de retour
Rechercher

A Auschwitz-Birkenau, les brumisateurs controversés sont de retour

Installés sur un parking pour rafraîchir les visiteurs, ils sont critiqués car ressemblant aux douches utilisées par les nazis pour assassiner les juifs

Des brumisateurs installés au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, en août 2016. (Crédit : Facebook/Rafi Ostroff)
Des brumisateurs installés au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, en août 2016. (Crédit : Facebook/Rafi Ostroff)

OSWIECIM, Pologne – Les brumisateurs ressemblant à des douches sont de retour à Auschwitz-Birkenau, un an après le retrait d’une telle installation rafraichissante après un scandale.

Installés pour aider les visiteurs à lutter contre la chaleur sur le site de l’ancien camp d’extermination nazi en Pologne, les brumisateurs entraînent à nouveau des plaintes sur leur forme rappelant les « douches » utilisées par les nazis pour assassiner les juifs.

Vendredi, le rabbin Rafi Ostroff, qui dirige le département des services religieux du Gush Etzion, en Cisjordanie, a publié sur Facebook des photos des brumisateurs, qui ont été installés dans un parking d’Auschwitz-Birkenau pour rafraîchir vendredi les visiteurs, quand la température a atteint 31°.

« Des douches à l’entrée du parking de Birkenau, a écrit Ostroff. Je ne sais pas pour vous, mais je suis très mal à l’aise à l’idée de passer par une douche à l’entrée d’un camp d’extermination. »

Des brumisateurs installés devant le musée mémorial d'Auschwitz en 2010 pour rafraichir les visiteurs. (Crédit : Facebook)
Des brumisateurs installés devant le musée mémorial d’Auschwitz en 2010 pour rafraichir les visiteurs. (Crédit : Facebook)

Pendant l’Holocauste, les victimes de la machine meurtrière industrialisée des nazis, incluant des millions de juifs, devaient se déshabiller avant d’entrer dans des chambres à gaz, dont ils pensaient qu’elles étaient des douches.

« Certes, ils voulaient bien faire (pour soulager de l’intense chaleur) mais, allons, montrez un peu de sensibilité, a écrit Ostroff. Ou est-ce que j’imagine, à nouveau, que l’insensibilité à l’histoire juive fait partie de la direction du musée ? »

En septembre de l’année dernière, après des remarques similaires, la direction du musée d’Auschwitz avait déclaré à la Dixième chaîne israélienne qu’elle avait enlevé les brumisateurs, mais avait affirmé que la raison de leur retrait était la chute des températures, et pas la prise en considération des sentiments des visiteurs qui les trouvaient perturbants.

« Parmi les visiteurs, beaucoup de gens viennent de pays où des températures aussi élevées que celles que nous avons cet été en Pologne n’existent pas », avait déclaré sur Facebook l’année dernière le département de communication avec les médias du musée, en réponse aux plaintes. « Quelque chose doit être fait, et nous avons noté des cas d’évanouissement parmi le public, et d’autres situations dangereuses. »

Meir Schwartz, propriétaire de l’hebdomadaire Olam Katan, pour les jeunes juifs pratiquants en Israël, a écrit vendredi sur Facebook que les objections soulevées par Ostroff et d’autres étaient infondées.

« Ce qui compte c’est de faire en sorte d’obtenir que le maximum de personnes visitent Birkenau, a-t-il écrit. Tout n’est pas un rappel immédiat [de la Shoah]. Laissons la vie continuer, souvenons-nous du passé, mais regardons le futur. »

Mais Jonny Daniels, fondateur du groupe de commémoration de l’Holocauste ‘Depuis les profondeurs’, a déclaré que l’installation des brumisateurs après la controverse de l’année dernière était « imprudente » de la part du musée.

« Ils auraient simplement pu poser une fontaine à eau, a-t-il déclaré à JTA. S’il y a un endroit que les gens trouvent extrêmement sensible, c’est ici, où les visiteurs viennent pleurer leurs morts. »

Les personnes dirigeant le musée « ne peuvent pas perdre de sensibilité », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...