À Davos, Netanyahu appelle à la révision de l’accord sur le nucléaire iranien
Rechercher

À Davos, Netanyahu appelle à la révision de l’accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre a rencontré les dirigeants allemand, canadien, belge, suisse et azerbaïdjanais, en marge du Forum économique mondiale

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre la chancelière allemande Angela Merkel à Davos, en Suisse le 4 janvier 2018 (Crédit : Amos Ben Gershon/ GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre la chancelière allemande Angela Merkel à Davos, en Suisse le 4 janvier 2018 (Crédit : Amos Ben Gershon/ GPO)

DAVOS, Suisse – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a entamé une série de rencontres avec des chefs d’état, en marge du Forum économique mondial qui se déroule à Davos, en Suisse, au lendemain de son arrivée.

Il les a exhortés à réviser l’accord sur le nucléaire iranien, et a assuré qu’Israël ne permettrait pas à l’Iran d’établir des bases militaires en Syrie.

Netanyahu a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le Premier ministre belge Charles Michel, le président suisse Alain Berset, et le président d’Azerbaïdjan Ilham Aliyev.

Les cinq rencontres ont eu lieu à huis clos.

Netanyahu a qualifié ses échanges avec Merkel d’ « importants ».

« Nous avons parlé de l’accord sur le nucléaire iranien. Je lui ai dit, qu’à mon avis, la seule option valable pour le monde est d’introduire des amendements réels, pas seulement esthétiques, qui empêcheront la nucléarisation de l’Iran, qui est actuellement garantie par l’accord », a déclaré Netanyahu, avant d’ajouter qu’il « a montré son appréciation pour l’engagement de la chancelière envers la sécurité d’Israël ».

Netanyahu a ajouté que Merkel a « réitéré son engagement et a déclaré qu’elle comprenait nos préoccupations au sujet de l’accord sur le nucléaire. Elle n’est pas nécessairement d’accord avec la façon dont nous voulons le gérer… mais elle comprend que cela est dû à nos inquiétudes sur les menaces qui pèsent sur notre existence, qu’elle s’est engagée à [préserver]. »

Netanyahu a soulevé la question de l’Iran au cours d’autres entretiens également.

À chacun des entretiens, Netanyahu a appelé les chefs d’État à « profiter de l’opportunité créée » par l’annonce du président américain Donald Trump, qui a indiqué qu’il ne certifierait plus l’accord sur le nucléaire, qui lève les sanctions contre l’Iran, selon un communiqué du bureau du Premier ministre.

« Le Premier ministre a déclaré qu’il ne tolèrerait pas que l’Iran établisse des bases militaires en Syrie, et qu’Israël œuvrait pour les en empêcher », poursuit le communiqué.

Durant une séance photo qui a suivi son entretien avec Michel, Netanyahu s’est excusé de ne pas l’avoir rencontré l’an dernier, lors de son séjour à Bruxelles.

Le bureau du Premier ministre n’évoque pas le reportage de la Dixième chaîne, selon lequel la Belgique aurait l’intention de reconnaître la Palestine comme un état indépendant le mois prochain.

Poignée de main entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, au Forum économique mondial à Davos, en Suisse le 4 janvier 2018 . (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Selon le reportage, la Belgque sera rejointe par le Luxembourg, l’Irlande et la Slovénie. Le ministre des Affaires étrangères slovène a déjà confirmé l’intention de son pays.

En ce qui concerne la question palestinienne, Netanyahu a déclaré qu’il ne « ferait pas de compromis sur les besoins sécuritaires d’Israël dans le cadre d’un futur accord de paix », indique le communiqué.

Lors de la rencontre entre Netanyahu et Berset, les deux chefs d’États se sont mis d’accord sur « la création de nouvelles voies de coopération économique », rapporte le communiqué.

Avec son homologue canadien Trudeau, le Premier ministre a parlé de commerce et les deux leaders ont accepté d’intensifier leurs relations bilatérales, selon le communiqué.

Poignée de main entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le président suisse Alain Berset, au Forum économique mondial à Davos, en Suisse le 4 janvier 2018 . (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Netanyahu les a tous deux invités à venir en Israël.

En fin de journée, le Premier ministre rencontrera le président ukrainien Petro Porenshenko, le président rwandais Paul Kagame, et le président français Emmanuel Macron, ainsi que le PDG de la multinationale allemande SAP, Bill McDermott.

Jeudi après midi, il rencontrera le président américain Donald Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...