Rechercher

A la TV israélienne, un conseiller de Zelensky jure que l’Ukraine ne se rendra pas

S'exprimant en hébreu, Vladislav Roitberg a accusé la Russie de cibler et de tuer des civils et a qualifié l'attaque contre la région de Babi Yar « d'illogique »

Le principal conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Vladislav Roitberg, dans une interview accordée à la Douzième chaîne, le 1er mars 2022. (Crédit: capture d'écran)
Le principal conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Vladislav Roitberg, dans une interview accordée à la Douzième chaîne, le 1er mars 2022. (Crédit: capture d'écran)

Un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que le peuple ukrainien se tiendrait fort face à l’invasion de la Russie et ne se rendrait pas face à la « folie personnelle » du président russe Vladimir Poutine.

« Nous sommes un peuple très fort et nous sommes très déterminés, nous ne le laisserons pas [Poutine] avancer, nous ne reculerons pas d’un pas », a déclaré Vladislav Roitberg en hébreu lors d’une interview mardi avec la Douzième chaîne israélienne.

« Tout le monde est prêt pour n’importe quel scénario, pour n’importe quelle avancée de l’armée [russe]. Nous voyons déjà des civils repousser leur armée. Nous voyons leurs pertes, qui ont déjà dépassé les 5 000 hommes. C’est une vraie guerre. »

Roitberg a également accusé l’armée russe de cibler des zones civiles.

« Ils ont frappé des bâtiments peuplés, il y a des gens qui y ont été blessés, il y a des gens qui ont été tués, il y en a qui sont piégés à l’intérieur des décombres », a-t-il dit.

« Ils bombardent la place principale de Kharkiv, l’une des plus grandes places principales d’Ukraine et d’Europe. Cela n’a aucun sens. Ils bombardent des jardins d’enfants et des orphelinats. »

La Cour pénale internationale a annoncé cette semaine qu’elle avait ouvert une enquête sur d’éventuels crimes de guerre russes lors de son invasion. L’Ukraine a déclaré que plus de 350 civils, dont 14 enfants, ont été tués dans le conflit.

Un homme regarde les restes éventrés de véhicules militaires russes sur une route de la ville de Bucha, près de la capitale Kiev, Ukraine, le mardi 1er mars 2022. (Crédit : AP Photo/Serhii Nuzhnenko)

« Nous avons ici une guerre qui a non seulement franchi toutes les lignes rouges possibles, mais qui commence également à sentir la Haye », a déclaré Roitberg, faisant référence à la Cour pénale internationale.

Commentant la frappe aérienne de mardi sur la principale tour de télévision de Kiev, qui a tué cinq personnes et également endommagé le parc du mémorial de Babi Yar, Roitberg a déclaré qu’il ne pouvait pas comprendre une telle action.

« En tant que Juif et le président étant juif, nous avons toujours dit ‘jamais plus’, et 80 ans plus tard, il y a une frappe direct sur Babi Yar », a-t-il dit. « Ils ont tout détruit là-bas avec un missile qui est entré dans le monument. Cela me semble illogique. »

Des pompiers ukrainiens travaillent pour éteindre un incendie dans un bâtiment du cimetière juif situé sur le site commémoratif de la Shoah de Babyn Yar à Kiev, le 1er mars 2022. (Crédit : Service d’urgence de l’État ukrainien)

Interrogé sur la position d’Israël sur le conflit, Roitberg n’a pas directement répondu, mais a déclaré qu’il était « reconnaissant à tous les pays du monde d’avoir envoyé de l’aide ».

Israël, qui entretient de bonnes relations avec Kiev et Moscou, s’est largement abstenu de commenter la crise dans le but apparent de maintenir la coordination militaire en Syrie où Jérusalem cherche à empêcher l’Iran et ses mandataires de s’implanter.

Roitberg a juré à la fin de l’interview que l’Ukraine finirait par gagner la guerre, malgré les avantages militaires de la Russie.

« Nous vaincrons tout le monde parce que nous sommes déterminés et nous pensons que nous réussirons à nous défendre », a déclaré Roitberg. « C’est un pays qui n’a aucun grief contre aucun autre pays au monde, c’est le pays le plus démocratique qui soit. Nous voulons que chaque centimètre carré reste intact afin que personne n’entre ici et ne nous dicte des lois. Nous voulons être souverains, nous nous battrons pour notre souveraineté jusqu’au bout. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...