A voir : Netanyahu à l’AIPAC exhorte les Palestiniens à des pourparlers directs
Rechercher

A voir : Netanyahu à l’AIPAC exhorte les Palestiniens à des pourparlers directs

Le Premier ministre a évoqué la défense israélienne, l'apologie du terrorisme palestinien et la relation avec son plus proche allié lors d'une vidéoconférence diffusée à l'AIPAC

Lors de la dernière session de la conférence politique 2016 de l’AIPAC, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est adressé à la conférence pro-Israël via une liaison satellite.

Netanyahu est intervenu devant 18 000 personnes. Le dirigeant de l’AIPAC, Bob Cohen, l’a présenté sous une pluie d’applaudissements.

Netanyahu a commencé son discours en présentant ses condoléances pour les attaques de Bruxelles.

« La série d’attaques de Paris à San Bernardino, d’Istanbul à la Côte-d’Ivoire et maintenant à Bruxelles, et les attaques quotidiennes contre Israël, ceci est une agression continue sur nous tous. Dans tous ces cas, les terroristes ont pas de revendications valables ».

« Ce qu’ils cherchent, c’est notre destruction totale », a-t-il ajouté. « Nous ne laisserons pas cela se produire ».

Netanyahu a ensuite remercié Obama pour son soutien « y compris pour la défense contre les missiles balistiques » [iraniens].

« Israël l’apprécie profondément et nous apprécions également et profondément le soutien bipartisan fort pour Israël au Congrès… et parmi le peuple américain », a-t-il affirmé.

Il a affirmé que la question d’Israël ne doit jamais diviser les Américains mais que c’est une cause qui doit au contraire réunir les Américains.

Netanyahu a montré une réplique d’une pointe de flèche trouvée sur un site archéologique à Yodfat dans le nord d’Israël, où les Juifs ont combattu les Romains il y a 2 000 ans.

« Nous avons réalisé des succès remarquables ; mais il est vrai, nous faisons face à des défis ».

Il a déclaré qu’Israël fait face à deux tendances, une tendance positive avec des acteurs internationaux intéressés par l’amitié avec Israël pour renforcer leur sécurité, qui viennent en particulier d’Asie et pour stimuler leurs économies. Il a ajouté qu’Israël a des relations diplomatiques avec 161 pays, plus que tout dans l’histoire des pays.

Mais il a aussi ajouté qu’il y a une tendance négative. « Si Israël est embrassé par les nations individuelles, il y a ceux qui cherchent à diffamer Israël parmi les nations ».

Il a expliqué qu’à l’ONU, Israël est calomnié comme « aucun autre pays sur la terre ».

« Seul Israël est traqué par les organismes des Nations unies », a-t-il dit et a accusé l’instance d’avoir un « bilan honteux pour sa singularisation d’Israël pour le réprimander ».

Alors, pourquoi pourrait-on penser que l’ONU puisse décider d’une paix juste pour Israël ?

Il a ajouté qu’un accord de paix imposé par l’ONU serait « une empilation [de stipulations] » contre Israël et persuaderait les Palestiniens qu’ils peuvent « poignarder pour obtenir un Etat… un Etat à la place d’Israël ».

Il a précisé qu’une résolution du Conseil de sécurité pourrait tuer les chances pour la paix et a demandé aux Etats Unis de rejeter une telle résolution à l’ONU.

Netanyahu a affirmé que les pourparlers directs sont le seul moyen de parvenir à un accord à deux Etats et a appelé les Palestiniens à reconnaître l’Etat juif.

« Je suis prêt à accepter des pourparlers immédiatement, sans conditions préalables, à tout moment et partout », a-t-il ajouté.

Mais il a accusé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de ne pas être disposé à le faire.

« Il y a une volonté politique ici à Jérusalem mais pas la volonté politique là-bas, à Ramallah », a-t-il dénoncé, accusant Abbas d’inculquer aux Palestiniens la haine meurtrière d’Israël.

Netanyahu a ensuite montré aux participants de l’AIPAC une compilation de vidéo, qui dit-il, prouve que les Palestiniens incitent à « la violence meurtrière ».

La vidéo comprenait des images d’enfants palestiniens appelant à tuer des Juifs.

« Cela est une blague, c’est inexcusable », a-t-il dénoncé.

« Cette petite fille n’est pas née pour haïr, elle a appris à haïr », a-t-il déploré.

Il a accusé le Fatah de louer le tueur de l’étudiant Taylor Force et a affirmé que les Palestiniens payaient des terroristes.

« Si la communauté internationale veut vraiment demander la paix, il doit exiger que les Palestiniens arrêtent d’empoisonner l’esprit de leurs enfants », a-t-il affirmé.

« Je suis convaincu qu’au fil du temps la tendance d’embrasser Israël surmontera la tendance de calomnier Israël », a-t-il estimé

Le Premier ministre a également évoqué l’Iran. Il a affirmé que ceux qui ont soutenu l’accord sur le programme nucléaire avec l’Iran devrait mettre un terme à l’agression de l’Iran.

Il a accusé l’Iran de continuer à pousser à des attaques contre Israël et a mentionné ses essais de missiles balistiques.

« Je crois que ceux qui ont soutenu l’accord nucléaire et ceux qui s’y opposent peuvent au moins travailler ensemble pour arrêter l’agression et la terreur de l’Iran et de tenir l’Iran responsable de ses transgressions ».

« L’avertissement n’est pas placardé sur le mur, c’est sur le missile », a-t-il dit d’un missile iranien où était écrit : « Israël doit être effacé », a-t-elle écrit.

Il a ajouté qu’Israël va se défendre « avec force » contre toute menace et a montré une vidéo du système de défense anti-missile balistique Arrow.

Il a terminé son allocution en remerciant les Etats-Unis et l’AIPAC pour leur soutien à l’élaboration du programme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...