Abbas : le drapeau palestinien brandi à Tel Aviv « ne fait pas avancer la paix »
Rechercher

Abbas : le drapeau palestinien brandi à Tel Aviv « ne fait pas avancer la paix »

Les dirigeants de la communauté arabe et druze, qui ont rencontré le chef de l'AP, ont déclaré qu’il avait prévenu que le fait de brandir le drapeau "contrarie les Juifs"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'une réunion avec le Conseil central palestinien à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 août 2018. (AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'une réunion avec le Conseil central palestinien à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 août 2018. (AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré jeudi que le drapeau palestinien ne devrait pas être brandi à Tel-Aviv, selon trois dirigeants de la communauté israélienne qui l’ont rencontré plus tôt cette semaine.

Les trois dirigeants communautaires ont dit au Times of Israël qu’Abbas, 83 ans, a déclaré que le drapeau palestinien ne devrait pas être brandi à Tel Aviv, mais chacun d’eux l’a cité avec une légère variante.

Abbas a fait ces commentaires après que plusieurs politiciens israéliens ont critiqué une manifestation samedi dernier à Tel Aviv contre la loi quasi-constitutionnelle de l’État-nation, où un petit nombre de manifestants ont agité des drapeaux palestiniens.

« Il nous a dit très clairement que nous ne devrions pas brandir le drapeau palestinien à Tel Aviv et que nous devrions plutôt faire tomber le drapeau israélien dans les territoires palestiniens », a déclaré Thabet Abu Ras du Fonds Abraham, qui promeut la coexistence entre Juifs et Arabes en Israël.

« Il a également souligné que notre lutte en Israël ne devrait pas être une lutte nationale, mais plutôt une lutte civile pour l’égalité et le plein exercice des droits. »

Des arabes Israéliens avec des banderoles lors d’une manifestation de protestation contre la loi de l’État-nation à Tel-Aviv le 11 août 2018. (AFP/ Ahmad GHARABLI)

Abbas a rencontré, Abu Ras ; Hatem Hasson, un militant social druze ; Nazir Majali, un journaliste ; Rassem Khamaisi, un professeur à l’Université de Haïfa ; et Taleb el-Sana, un ancien membre de la Knesset, au siège présidentiel de l’AP à Ramallah lundi.

Le quotidien Haaretz a rapporté mercredi qu’Abbas n’était « pas intéressé » par des drapeaux palestiniens qui flottent à Tel Aviv.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé la manifestation de dimanche, critiquant les drapeaux palestiniens.

« Hier, nous avons vu des drapeaux de l’OLP au cœur de Tel Aviv », a déclaré Netanyahu. « Beaucoup de manifestants veulent la loi du retour, annuler l’hymne national, abaisser notre drapeau et annihiler Israël en tant qu’État-nation du peuple juif et le transformer – comme l’ont dit leurs portes-paroles – en un État israélo-palestinien, alors que d’autres encore veulent : Un état pour tous les citoyens. »

« C’est précisément pour cela que nous avons adopté la loi de l’État-nation », a-t-il ajouté.

La loi sur l’État-nation, que la Knesset a adoptée par 62-55 voix le 19 juillet, a consacré Israël en tant que « foyer national du peuple juif » et a déclaré que « le droit d’exercer l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est propre au peuple juif ». Elle a également reconnu les fêtes juives, les journées de commémoration, et l’hébreu comme langue nationale de l’État et s’est engagée à encourager l’implantation juive.

La législation ne fait aucune référence à l’égalité de tous les citoyens israéliens et semble accorder à la langue arabe un statut inférieur à celui de l’hébreu.

Hasson, un activiste, a également confirmé qu’Abbas avait déclaré que le drapeau palestinien ne devrait pas être brandi à Tel Aviv.

« Il a dit que nous ne devrions pas brandir le drapeau palestinien en Israël parce que cela ne nous profite pas et ne fait pas avancer le processus de paix », a déclaré Hasson. « Il a également mentionné que cela aidera la droite en Israël, qui veut délégitimer la protestation contre la loi de l’État-nation.

Rencontre entre Abbas et les dirigeants de la communauté israélienne à Ramallah le lundi 13 août 2018. (Capture d’écran / Youtube)

Lors de la manifestation de samedi, il y avait des dizaines de milliers de manifestants et plusieurs dizaines de drapeaux palestiniens.

Les organisateurs ont demandé aux manifestants de ne pas apporter de drapeaux à la manifestation, selon Mohammed Barakeh, un dirigeant de longue date du parti de gauche Hadash qui dirige actuellement le Haut Comité de surveillance arabe.

Quatorze pour cent des Arabes israéliens s’identifient principalement comme Palestiniens, selon un sondage publié par le Israel Democracy Institute en novembre 2017.

Majali, le journaliste, a confirmé qu’Abbas a déclaré que le drapeau palestinien ne devrait pas être brandi à Tel-Aviv, mais a ajouté que le président de l’AP a également déclaré que si certaines personnes souhaitaient le faire, ils devraient le brandir accompagné du drapeau israélien.

« Il nous a dit qu’il était fier du drapeau palestinien et que c’est le drapeau de notre peuple, mais que l’agiter à Tel-Aviv contrariait les Juifs », a dit M. Majali.

Un fonctionnaire palestinien qui a assisté à la réunion entre Abbas et les dirigeants de la communauté israélienne lundi n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...