Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Accusations de viol taguées devant la maison du rabbin Zvi Tau soupçonné d’agression

"Le rabbin Tau m'a violée ! Et ma mère et ma sœur", "Vous avez tué mon âme" ont été inscrits sur les murs du domicile du chef spirituel du parti d'extrême droite Noam à Jérusalem

Le rabbin Zvi Tau assiste à une manifestation d'activistes juifs contre une conférence de chrétiens devant le centre Davidson dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 28 mai 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le rabbin Zvi Tau assiste à une manifestation d'activistes juifs contre une conférence de chrétiens devant le centre Davidson dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 28 mai 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Des graffitis ont été peints dans la nuit de lundi à mardi devant le domicile du rabbin Zvi Tau, chef spirituel d’un grand nombre de nationalistes orthodoxes israéliens, sur qui la police a ouvert une enquête à la suite d’allégations d’agressions sexuelles, y compris de viols.

« Le rabbin Tau m’a violée ! Et ma mère et ma sœur », est un des messages qui ont été gravés dans la cage d’escalier située à l’extérieur du domicile du rabbin Tau à Jérusalem.

Y figuraient aussi les inscriptions « Vous avez assassiné mon âme » et « Vous nous avez tués ».

La Treizième chaîne a publié une vidéo non sourcée où l’on voit un groupe de femmes quitter l’immeuble de Tau, après avoir, à en croire les apparences, peint les messages sur le mur.

Une enquête a été ouverte par la police israélienne.

Tau, 85 ans, est le chef de l’influente Yeshiva Har Hamor à Jérusalem ainsi que le chef spirituel du parti politique anti-LGBTQ Noam. Il a été accusé par de nombreuses femmes d’abus sexuels et de viols commis il y a quelques dizaines d’années ; deux accusations ont été rendues publiques à ce jour.

L’avocat de Tau, Adi Carmeli, a dénoncé les graffitis comme des « actes de violence méprisable » liés aux allégations d’agression sexuelle, a rapporté la Treizième chaîne.

« Depuis que la police a annoncé la conclusion de l’enquête et son intention de clore l’affaire, nous avons été témoins de plusieurs tentatives de solliciter de faux plaignants contre le rabbin et ce soir nous avons même assisté à des actes de violence méprisable », a déclaré Carmeli dans un communiqué.

Il a ajouté que l’identité des auteures était connue et que celles-ci avaient été signalées à la police, avec des preuves photographiques.

La semaine dernière, la police a déclaré qu’une enquête de six mois portant sur les allégations d’agression sexuelle était terminée et que Tau était soupçonné de viol, d’agression aggravée, d’enlèvement et d’attentat à la pudeur sur des mineurs.

Les éléments de l’enquête ont été transmis aux procureurs du district de Jérusalem pour qu’ils décident s’il y a lieu d’engager des poursuites.

La police n’a pas rendu publiques ses recommandations dans l’affaire, mais Carmeli a déclaré que selon les officiers, l’affaire devrait être classée, comme l’avait rapporté le site d’information Walla.

Selon la radio de l’armée, Tau a été confronté pendant son interrogatoire à l’une de ses accusatrices, Nechama Teena.

Nechama Teena a fait une déclaration publique en août de l’année dernière, mais ses allégations avaient été largement ignorées à l’époque par la police et les médias.

Suite aux manifestations de Teena devant la Knesset, qui accuse Tau de l’avoir violée, elle et d’autres femmes, et demande à savoir pourquoi la police israélienne refusait d’enquêter, au moins une autre femme s’est manifestée depuis, et a diffusé un témoignage vidéo enregistré à son domicile.

Ces accusations n’auront, cependant, probablement pas d’incidence directe et immédiate sur l’enquête, étant donné que le délai de prescription a expiré.

Plusieurs autres femmes ont également parlé de leurs accusations aux médias sous le couvert de l’anonymat ou à des responsables rabbiniques.

Ces allégations ont suscité un vif débat au sein du monde religieux national, Tau étant la dernière d’une série de figures rabbiniques très en vue au sein de cette communauté à être accusée de viol et d’abus sexuels ces dernières années.

Plusieurs personnalités rabbiniques ont demandé que Tau fasse l’objet d’une enquête, mais d’autres l’ont soutenu, rejetant les allégations et les qualifiant de rumeurs et de ragots. Tau n’a pas encore répondu officiellement aux allégations portées contre lui.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.