Adel Djemai : « A l’époque, on ne savait pas du tout qui était Bilal Hassani »
Rechercher

Adel Djemai : « A l’époque, on ne savait pas du tout qui était Bilal Hassani »

L'acteur français de la série israélienne "Douze points" parle de son personnage et de ses ressemblances avec le candidat français à l'Eurovision

Asaf Zelicovitch et Yoav Hebel ont créé Douze Points une série en trois épisodes qui sera diffusée en Israël parallèlement à l’Eurovision, auquel la série fait d’ailleurs référence.

L’acteur français Adel Djemai incarne TJ, le personnage principal. Dans les colonnes de 20 Minutes il le décrit ainsi :

« Mon personnage est un jeune chanteur français, d’origine maghrébine, homosexuel et qui va représenter la France à l’Eurovision à Tel Aviv, » raconte l’acteur.

« Il se retrouve malgré lui dans une histoire d’attentat commandité par Daesh. Voilà le point de départ de l’histoire, contrairement à ce que j’ai pu lire dans plusieurs médias, il ne s’agit pas d’un ‘terroriste qui se déguise en gay pour commettre un attentat à l’Eurovision' ».

Alors que son personnage fait écho à l’artiste Bilal Hassani qui représentera la France lors de l’Eurovision, Adel Djemai dément toute volonté de la production israélienne de caricaturer ou même simplement de faire allusion à Hassani.

« Douze points a été mis en chantier en juin 2018, un mois après la victoire de Netta Barzilai à l’Eurovision (…). Les castings ont été lancés en septembre et je suis arrivé sur le projet fin novembre. A l’époque, on ne savait pas du tout qui était Bilal Hassani ».

« Il ne faut pas oublier, précise-t-il, que cette série est avant tout une comédie dans laquelle tout le monde en prend pour son grade : mon personnage, Daesh, les agents du Mossad [l’une des trois agences de renseignement de l’Etat hébreu] dépeints comme des idiots.

Et contrairement à ce qui a été relayé par des médias, la France n’a jamais menacé de boycotter le concours musical – une fake news que l’ambassadrice de France en Israël a rejeté dans un récent tweet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...