Rechercher

Adir Miller pour apaiser les querelles de la coalition avant le vote du budget

Bennett exhorte les députés à cesser d'étaler leur linge sale et à résoudre leurs différends à huis clos. Shaked se serait excusée pour ses propos injurieux sur Lapid et Gantz

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid passe son bras autour du Premier ministre Naftali Bennett lors d'un événement visant à apaiser la coalition à Modiin, le 29 octobre 2021. (Autorisation)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid passe son bras autour du Premier ministre Naftali Bennett lors d'un événement visant à apaiser la coalition à Modiin, le 29 octobre 2021. (Autorisation)

Vendredi, c’est dans un domaine viticole de Modiin que le Premier ministre israélien, Naftali Bennett a convoqué des membres de huit des neuf partis de sa coalition. Objectif : renforcer l’esprit d’équipe et mettre de côté leurs différences.

« Cet événement visant à consolider l’équipe nous surprend à un moment particulièrement bruyant. Le moment [de ce bruit de fond] était prévisible, mais avant tout, je veux mettre les choses en proportion : dans toute coalition, il y a du bruit », a déclaré Bennett, en référence au prochain vote du budget.

« Nous avons des jours critiques devant nous. L’autre camp n’a qu’une seule mission : nous empêcher d’adopter un budget », a-t-il ajouté. « Dans cette mission qui est la leur, tous les moyens sont casher – aucun coup ne sera tenté sur nous, aucune fausse histoire ne sera racontée, aucune pirouette ne sera diffusée. »

La majorité de la coalition était présente à l’événement de vendredi, qui comprenait un spectacle de stand-up de l’humoriste Adir Miller. L’homme s’est notamment moqué de certaines des gaffes de la coalition.

L’artiste israélien Adir Miller lors d’une performance le 11 novembre 2019. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90

Un événement nécessaire après la multiplication de luttes intestines, particulièrement vives cette semaine.

Parmi elles, la diffusion d’enregistrements de la ministre de la Justice par la Douzième chaîne israélienne. Ayelet Shaked y qualifiait le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, de « superficiel », affirmant qu’il commettait des « gaffes diplomatiques » que Naftali Bennett devait constamment réparer, tandis que le ministre de la Défense, Benny Gantz, était « encore pire que Yair Lapid ».

Des querelles étalées sur la place publique au grand dam de Naftali Bennett. « Je vous demande à tous… S’il y a un incident, parlez à huis clos, disputez-vous un peu, réconciliez-vous et passez à autre chose, vous n’avez pas besoin d’un public – Ayelet et Yair », a-t-il déclaré vendredi.

Des désaccords ont également eu lieu au sein du parti Yamina lorsque le député Abir Kara a temporairement quitté le groupe WhatsApp de la faction après avoir déclaré qu’il s’agissait d’un « parti d’idiots ». Le différend portait sur l’affirmation d’Abir Kara, lors d’une audition à la Knesset mercredi, selon laquelle l’imposition d’amendes aux entreprises qui ne sont pas accessibles aux personnes handicapées s’apparente au « communisme ». Un commentaire qualifié de “populiste de bas étage” par sa collègue, Shirley Pinto sur Twitter.

Abir Kara, député du parti Yamina, à la Knesset le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)

Le même jour, des déclarations contradictoires ont été faites par le parti travailliste et le parti Kakhol lavan au sujet de la décision de Benny Gantz de mettre sur la liste noire six organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme et de faire avancer les plans de construction d’environ 3 000 maisons dans les implantations israéliennes.

Alors que la cheffe du parti travailliste, Merav Michaeli, a critiqué le manque de coordination de ces mesures, le parti de Gantz l’a appelé à ne pas s’immiscer dans les questions de sécurité.

Des désaccords qui, vendredi, semblaient oubliés… Du moins à en croire les sourires des membres de la coalition.

L’improbable camaraderie qui a rassemblé la coalition malgré de grandes différences idéologiques pour remplacer le Premier ministre de longue date Benjamin Netanyahu en juin a été écornée ces dernières semaines alors que la date limite pour l’adoption d’un nouveau budget approche.

Ayelet Shaked a été aperçue en train d’embrasser Benny Gantz et Yair Lapid. Selon les médias, elle se serait excusée auprès d’eux. Elle aurait expliqué avoir tenu ces commentaires après avoir pensé que Yair Lapid était responsable d’une série d’informations négatives à son sujet.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked s’exprime à la Knesset de Jérusalem, le 5 juillet 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

Mais cette réunion n’efface pas les craintes de nouvelles frictions… Malgré les efforts, l’image de la coalition a plusieurs fois été ébranlée depuis sa formation.

L’étape redoutée reste à venir. Le budget doit être adopté d’ici le 14 novembre.

Si la coalition échoue, des élections anticipées seront organisées. Un scénario catastrophe que Naftali Bennett espère bien éviter.

« Nous avons des jours critiques devant nous. L’autre camp n’a qu’une seule mission : nous empêcher d’adopter un budget », a-t-il déclaré vendredi. Comme lui, Yair Lapid s’est dit déterminé à ne pas perdre l’objectif de vue : « Les querelles, les fuites et les enregistrements ne nous intéressent pas maintenant ».

Seul absent à l’événement : les membres du parti islamiste Raam qui assistaient à une cérémonie gouvernementale marquant le 45e anniversaire du massacre de Kafr Qasim, au cours duquel la police des frontières a brutalement tué 48 hommes, femmes et enfants arabes qui avaient violé un couvre-feu en 1956.

Le président Isaac Herzog y a prononcé un discours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...