Rechercher

« Un parti d’idiots » : un député Yamina quitte le groupe WhatsApp puis y revient

Abir Kara se heurte à un collègue au sujet des règles d'accessibilité pour les personnes handicapées ; Bennett le convoque pour une réunion

Abir Kara de Yamina à la Knesset le 5 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitousi/Flash90)
Abir Kara de Yamina à la Knesset le 5 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitousi/Flash90)

Un législateur du parti Yamina a brièvement quitté le groupe WhatsApp de sa faction mercredi, après avoir qualifié avec colère les membres de la plateforme de droite du Premier ministre Naftali Bennett de « parti d’idiots ».

Le député Abir Kara, du parti Yamina, a ensuite rejoint le groupe après avoir été apaisé par ses collègues, selon la Douzième chaîne. Kara a également été invité à une réunion avec Bennett pour résoudre le problème.

Le différend portait sur l’affirmation de Kara, lors d’une audience de la Knesset mercredi dernier, selon laquelle l’imposition d’amendes aux entreprises qui ne sont pas accessibles aux personnes handicapées s’apparentait au « communisme ». Sa collègue, Shirley Pinto, législatrice du parti Yamina, a vivement critiqué son commentaire sur Twitter, le qualifiant de « populisme de bas étage ». Mme Pinto est elle-même malentendante.

Kara se fait le défenseur des petites entreprises et est entré à la Knesset après être devenu une figure de proue d’un groupe défendant les droits de ces entreprises.

Le désaccord entre Kara et Pinto s’est étendu au groupe de messagerie interne du parti, ce qui a conduit à son emportement.

« Un parti d’idiots », s’est emporté Kara avant de quitter le groupe. Il est revenu plus tard.

Après la réunion avec Kara, Bennett a déclaré qu’il était « sain que nous ayons un parti de personnes ayant des principes qui leur tiennent à cœur, et qui se battent pour eux.

« Heureux que tout le monde ait intériorisé la nécessité d’être patient et de coopérer vers l’objectif commun », a ajouté le Premier ministre, selon les médias israéliens.

L’incident survient dans un contexte de tensions accrues au sein de la coalition composée de partis de droite, de gauche et centristes, ainsi que d’un parti islamiste. L’étroite coalition gouvernementale doit adopter un budget pour 2021 d’ici le 14 novembre, et Bennett et d’autres ministres ont mis en garde contre toute agitation à l’approche de ce vote. Si le budget tant retardé – ce serait le premier budget de l’État à être approuvé depuis plus de trois ans – n’est pas adopté à la date limite, la coalition sera automatiquement dissoute, ce qui déclenchera de nouvelles élections.

La coalition aura besoin de l’appui de tous ses législateurs pour approuver le budget.

Shirley Pinto, la première membre sourde de la Knesset, lors d’une cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres du parlement israélien à la Knesset, le 16 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La coalition a récemment été mise à rude épreuve par l’approbation de milliers de nouvelles unités d’implantation et la désignation de six groupes de la société civile palestinienne comme organisations terroristes. Ces décisions ont été accueillies avec indignation par le flanc gauche du gouvernement.

Le gouvernement formé en juin a été surnommé le « gouvernement du changement » parce qu’il a chassé du pouvoir Benjamin Netanyahu, du parti Likud, en s’engageant à changer le discours politique et à n’avancer que les mesures approuvées par tous les partis disparates de la coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...