Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Affaire 1000 : Milchan a donné à Sara 20 bouteilles de champagne pour la « consoler »

Suite du procès pour corruption de Netanyahu sur les cadeaux offerts au couple, qui demandaient de l'alcool même sans occasions spéciales, selon un responsable de la police

Sara Netanyahu arrivant pour une audience au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 12 juin 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Sara Netanyahu arrivant pour une audience au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 12 juin 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’enquêteur en chef de la police sur les allégations de corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu a témoigné mercredi que l’épouse du Premier ministre avait un jour reçu 20 bouteilles de champagne en une semaine du magnat d’Hollywood Arnon Milchan, faisant partie d’une « ligne d’approvisionnement » de cadeaux sans raison particulière.

L’avocat de la défense représentant le Premier ministre aurait répondu que les bouteilles avaient été offertes en cadeau pour exprimer la sympathie de Milchan à Sara Netanyahu, qui venait de faire l’objet d’une enquête policière.

Le commissaire adjoint Shlomo Meshulam a été interrogé par l’avocat de Netanyahu, Amit Hadad, sur les cadeaux offerts par Milchan et le milliardaire australien James Packer. Le Premier ministre a nié qu’il y ait eu un approvisionnement continu en cadeaux, affirmant au contraire qu’ils n’avaient été offerts que lors d’occasions spéciales.

Cet interrogatoire s’inscrivait dans le cadre de l’affaire 1000, qui porte sur les cadeaux de luxe offerts à Netanyahu et à sa famille par ces magnats, et sur les contreparties que le Premier ministre est accusé d’avoir accordées en retour. L’acte d’accusation contre Netanyahu allègue qu’il a aidé Milchan pour des questions de visa américain et des avantages réglementaires et fiscaux liés à ses intérêts commerciaux.

« Avez-vous vérifier si, en pratique, les livraisons étaient bien liées à des occasions, ou si elles étaient faites sans raison particulière ? » a demandé Hadad à Meshulam.

L’enquêteur a répliqué qu’ils avaient procédé à deux vérifications avec plusieurs autres témoins, dont Milchan, son assistante Hadas Klein, et Sara Netanyahu.

Arnon Milchan (à gauche) et Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse à la Knesset, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)

« Je tiens à citer un exemple auquel nous avons confronté Sara Netanyahu, sur une semaine particulière durant laquelle ils ont reçu 20 bouteilles de champagne, et elle a confirmé qu’il n’y avait pas eu de célébrations cette semaine-là. Ce n’est qu’un exemple pour vous montrer que nous ne parlons pas d’occasions spéciales », a déclaré Meshulam.

En réponse, Hadad a affirmé que Milchan avait offert le champagne en signe de « commisération » suite à une enquête de police sur des irrégularités commises à la résidence du Premier ministre. On ignore si l’avocat faisait référence à l’enquête sur l’utilisation abusive de fonds publics par l’épouse du Premier ministre ou aux accusations de mauvais traitements infligés au personnel.

Klein avait affirmé par le passé que Netanyahu avait dit à Milchan qu’il était « fier de la manière dont sa femme avait géré l’enquête ». Il avait ensuite appelé Sara, qui lui avait alors demandé de lui envoyer les bouteilles de champagne.

Lorsque le magnat d’Hollywood a dit à la femme du Premier ministre qu’il serait difficile de livrer les bouteilles parce que son chauffeur était en vacances, elle a répondu que cela « pouvait attendre jusqu’à dimanche », selon le témoignage.

L’avocat de l’opposition Benjamin Netanyahu, Amit Hadad, à son arrivée à la cour de district de Jérusalem pour une audience consacrée au dossier de son client, ex-Premier ministre israélien, le 12 septembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Hadad a également suggéré à Meshulam que le fait que Netanyahu avait occasionnellement acheté ses propres cigares contredisait l’existence d’une « ligne d’approvisionnement ».

« Même si Netanyahu achetait les siens, cela s’ajoutait à la ligne d’approvisionnement de Milchan », a déclaré Meshulam au tribunal.

« Le témoignage [des événements] de Netanyahu contient de nombreuses contradictions « , a-t-il ajouté.

Meshulam a également déclaré qu’alors que Netanyahu prétendait entretenir une amitié avec Milchan, le magnat aurait déclaré que le premier ministre lui « compliquait la vie ».

Hadad a également demandé à Meshulam pourquoi les chauffeurs des Netanyahu n’avaient pas été interrogés lors de l’enquête initiale.

Le haut fonctionnaire de police a répondu que cela n’avait pas semblé nécessaire dans un premier temps, car le Premier ministre et son épouse n’ont jamais nié avoir reçu des cadeaux.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara participent à une célébration de la Mimouna juive marocaine à Or Akiva, le 21 avril 2014. (Avishag Shaar Yashuv/POOL/FLASH90)

On a appris dimanche que, le procès pour corruption n’étant pas près de s’achever, les procureurs et les équipes de défense étaient sur le point de parvenir à un accord pour ne pas procéder aux dizaines de témoignages prévus au tribunal et ainsi raccourcir de manière significative la durée de la procédure.

Le procès a été entamé il y a trois ans et, dans l’état actuel des choses, il est peu probable que la procédure, y compris les appels probables, s’achève avant 2028-2029.

Il y a plusieurs semaines, un article indiquait que l’un des trois juges du procès avait demandé au ministère public et aux équipes de la défense d’envisager un processus de « médiation pénale » non contraignant, parce que les procédures s’avéraient si longues.

Les avocats de Netanyahu « ont accepté l’idée », selon l’article, et le juge Oded Shaham a demandé à l’État de l’examiner. La procureure générale Gali Baharav-Miara devra donc décider si elle souhaite donner suite à cette option.

La médiation se déroule généralement devant un juge en exercice (qui n’est pas l’un des juges du procès), qui n’entend pas de témoins et ne relance pas le procès. Le juge tente plutôt de parvenir à ce qui s’apparente à un accord de peine potentiel.

Netanyahu est jugé dans trois affaires, pour un chef d’accusation de corruption et trois chefs d’accusation de fraude et d’abus de confiance. Il nie tout acte répréhensible et accuse la police, les procureurs et les médias d’être de mèche contre lui.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.