Affrontements en Cisjordanie : un émeutier Palestinien aurait été tué
Rechercher

Affrontements en Cisjordanie : un émeutier Palestinien aurait été tué

Selon le ministère palestinien de la Santé, un émeutier de 24 ans, a été tué près de Qalqilya dans le nord de la Cisjordanie

Illustration : des manifestants Palestiniens lancent des bombes incendiaires en directions des soldats israéliens durant des affrontements à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 janvier 2018. (Crédit : AFP/ ABBAS MOMANI)
Illustration : des manifestants Palestiniens lancent des bombes incendiaires en directions des soldats israéliens durant des affrontements à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 janvier 2018. (Crédit : AFP/ ABBAS MOMANI)

Un Palestinien a été tué lundi par des tirs de l’armée israélienne lors de heurts avec l’armée israélienne en Cisjordanie, ont indiqué le ministère palestinien de la Santé et l’agence officielle Wafa.

Ahmad Salim, 24 ans, a été tué à Jayyous, près de Qalqilya dans le nord de la Cisjordanie.

L’armée israélienne a confirmé que l’armée à ouvert le feu, mais n’a pas confirmé la mort de Salim.

L’armée a indiqué que des dizaines de Palestiniens ont pris part à la manifestation et ont lancé des pierres en direction des militaires.

« Les soldats ont riposté avec des moyens anti-émeutes et des tirs réels, qui ont permis de disperser la foule », a déclaré l’armée dans un communiqué. « Les informations selon lesquelles un Palestinien aurait été tué dans cette émeute font l’objet d’une enquête. »

L’agence de presse Wafa a indiqué que Salim serait mort après avoir reçu une balle dans la tête. Un témoin oculaire a indiqué au site Ma’an que de « légers » heurts ont éclatés au moment de la mort de Salim.
Le témoin a confié à Ma’an que les forces de sécurité ont ouvert le feu à distance de moins de 20 mètres.

Selon l’article, Salim avait passé trois ans dans une prison israélienne et a été relâché en 2016. L’article ne précise pas le motif de son incarcération. Salim était, selon l’article, secrétaire du Front démocratique pour la Libération de la Palestine (DFLP) à l’université ouvert Al Quds, à Qalqilya.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...