Âge de Fer : dommages irréversibles après des travaux sur un site cultuel
Rechercher
Archéologie

Âge de Fer : dommages irréversibles après des travaux sur un site cultuel

Des travaux routiers de l'Autorité palestinienne près du site juif situé en zone B, contrôlée par l'AP, divisent la droite et le centre

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

"L'autel de Josué" sur le site archéologique du Mont Ebal, 15 février 2021. (Autorisation de Shomrim Al Hanetzach)
"L'autel de Josué" sur le site archéologique du Mont Ebal, 15 février 2021. (Autorisation de Shomrim Al Hanetzach)

Le 26 janvier, Shuki Levine a été témoin des répliques de ce qu’il décrit comme une « attaque terroriste ».

Sur un site archéologique extrêmement rare du début de l’âge du Fer, situé sur le mont Ebal, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, un mur extérieur qui avait tenu pendant plus de 3 000 ans a été endommagé à plusieurs reprises lors de travaux routiers de l’Autorité palestinienne, causant des dommages irréversibles.

Alors que l’interprétation de ce à quoi servait exactement ce site cultuel – et par qui – est encore sujette à débat, un consensus d’archéologues le date aux alentours du 11e siècle avant l’ère commune, ou lorsque les Israélites ont manifestement commencé à s’installer sur la terre de Canaan.

Plus de trois millénaires plus tard, le site est devenu le point central d’une campagne menée par des résidents des implantations qui veulent qu’Israël joue un rôle plus actif dans la préservation des sites archéologiques dans les zones contrôlées par les Palestiniens, et qui ont peut-être fini par se nuire eux-mêmes en tentant secrètement de « réparer » l’ancien mur.

La question a rapidement fait boule de neige et s’est transformée en un combat politique qui a fait la une des journaux et a suscité des accusations au langage très chargé, soulignant la délicate opposition entre science et politique autour des fouilles archéologiques en Cisjordanie.

Le saccage du précieux ancien site israélite du mont Ebal s’est produit lors de travaux routiers approuvés par l’Autorité palestinienne pour relier Naplouse au village voisin d’Asira al-Shamilya. Le maire d’Asira al-Shamilya a déclaré que les dégâts étaient accidentels.

Le site connu par les locaux sous le nom de « Al-Burnat », ou « chapeau haut de forme » en arabe, est considéré comme une illustration extrêmement rare et significative des débuts du peuplement israélite, la seule de ce type dans la région.

« C’est un site important, qui appartient à la vague de peuplement des hautes terres au début de l’âge du Fer », a déclaré le professeur Israel Finkelstein, l’un des plus grands chercheurs au monde sur le peuplement de la région à l’âge du Fer.

« Pour autant que je puisse en juger, il date du 11e siècle avant notre ère. En tant que tel, il peut être considéré comme représentant les groupes qui ont établi le royaume d’Israël (le Royaume du Nord) au 10e siècle avant notre ère. En d’autres termes, c’est un site des premiers Israélites », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Le professeur Aren Maeir de l’université Bar Ilan a déclaré au Times of Israel que le site était probablement significatif « à l’échelle mondiale – un site important du patrimoine culturel pour quiconque s’intéresse à l’histoire et à la culture de cette région ».

Le site est également vénéré par certains chrétiens et juifs comme étant le lieu où Josué a construit un autel, comme l’ordonne le Deutéronome 29:11, qui est décrit dans Josué 8:31 comme « un autel de pierres non taillées, sur lequel personne n’avait levé de fer ». Dans les années 1980, le professeur Adam Zertal a proposé l’explication de l’autel après y avoir entrepris plusieurs saisons de fouilles.

La communauté archéologique scientifique a largement rejeté cette identification biblique, mais les chercheurs sont unanimes sur sa signification, qu’il s’agisse du site de l’autel de Josué ou non.

Même sans accepter l’interprétation de Zertal, il s’agit d’un site extrêmement important, qui représente non seulement la toute première phase de « l’installation des Israélites » au début de l’âge du Fer, mais aussi l’un des rares sites cultuels liés à ce phénomène », souligne Maeir de Bar Ilan.

Levine, un ancien professionnel de la sécurité devenu guide touristique, qui a également travaillé avec Zertal comme fouilleur, a découvert les dégâts occasionnés au muret qui délimite la limite extérieure du site de l’âge de Fer lorsqu’il a amené un groupe de dirigeants des implantations au mont Ebal.

« Je m’y suis rendu avec une équipe du Conseil régional de Samarie, pour leur faire connaître les différents sites de la montagne », a déclaré Levine au Times of Israel. Il a constaté qu’à plusieurs endroits le long du mur frontalier vieux de 3 000 ans environ, des machines lourdes avaient « arraché » des parties de la barrière de pierre, dit-il. De plus, quelque huit piles de pierres à l’ouest du mur, qui faisaient partie de ce qui était un village de l’âge de Fer, ont également été détruites, a-t-il dit.

« L’autel de Josué », sur le site archéologique du Mont Ebal, le 15 février 2021. (Autorisation de Shomrim Al Hanetzach)

Le cœur du site, qu’il considère comme étant l’autel basé sur l’analyse et l’interprétation des fouilles de Zertal, n’a pas été touché, a-t-il confirmé.

Levine a déclaré au Times of Israel qu’en 1997, après avoir travaillé sur le site pendant plusieurs saisons, Zertal l’a promu superviseur de la partie conservation de la fouille, « pour être sûr que les Arabes qui sont venus faire la sauvegarde du site ont bien travaillé selon les ordres de Zertal ».

Aujourd’hui, Levine est l’un des principaux gardiens de facto du site, et il emmène souvent les pèlerins juifs et chrétiens faire des visites guidées de l’autel controversé.

Résident de longue date de l’implantation de Karnei Shomron en Cisjordanie, qui a récemment déménagé dans la ville de Raanana, Levine explique la vision de Zertal à chaque occasion, poursuivant l’héritage de l’archéologue biblique mort en 2015. Il a déclaré qu’il avait lancé une opération de nettoyage l’année dernière, y compris l’envoi de 110 balles de terre de rebut pour être tamisées par voie humide au Shaveh Shomrom Midrasha sous les auspices du Dr Scott Strippling, un fouilleur de Shiloh. Il a également affirmé avoir payé de sa poche l’année dernière pour que les coordonnées de modélisation 3D soient prises par une équipe d’archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités. (L’IAA a déclaré que, si elles ont été effectuées, les mesures ont été prises par des archéologues à titre privé).

Le guide touristique Shooki Levine sur le site archéologique du Mont Ebal. (Autorisation)

Levine a de grands projets pour améliorer la signalisation du site en anglais, hébreu et arabe (tous les panneaux précédents ont été volés, dit-il), et pour installer des clôtures afin de délimiter ses frontières. La conservation du site a besoin d’une mise à jour et il est préoccupé par le fait que les gens peuvent tomber facilement – et faire tomber les pierres.

Anatomie d’une tempête médiatique

Immédiatement après avoir assisté à la destruction rampante du muret sur le mont Ebal, Levine a alerté le groupe militant Shomrim al HaNetzach (Préserver I’éternité), qui est aligné avec l’ONG de droite Regavim, et travaille à la protection des sites archéologiques en Cisjordanie, y compris ceux situés sur les terres contrôlées par l’Autorité palestinienne.

Le site du Mont Ebal fait partie des dizaines de vestiges archéologiques importants situés dans la zone B de la Cisjordanie, et donc sous les auspices de l’Autorité palestinienne, qui est censée maintenir et protéger les sites du patrimoine conformément aux accords d’Oslo. La gouvernance de l’AP comprend un ministre du Tourisme et de l’Archéologie, mais elle ne dispose pas d’une solide équipe d’archéologues chargée de la garde et de l’entretien des dizaines de sites qui parsèment le territoire. Selon les chercheurs, l’AP n’assure pas non plus de surveillance archéologique régulière pendant les travaux routiers et les travaux d’infrastructure. Le ministre de l’AP et d’autres responsables du gouvernement palestinien ont refusé les demandes répétées de commentaires du Times of Israel.

Les activistes israéliens de droite ont longtemps accusé les Palestiniens de ne pas préserver correctement les sites du patrimoine, et ils ont rapidement transformé les dégâts du Mont Ebal en un cri de ralliement pour leur cause.

Rapidement, Guy Derech, coordinateur des opérations de Shomrim al HaNetzach, a trouvé une vidéo d’une équipe de construction de la ville voisine d’Asira al-Shamilya qui entreprenait des travaux routiers près du site, qui a été publiée sur la page Facebook de la municipalité. Le groupe d’activistes l’a traduite en hébreu et l’a diffusée auprès de certains médias israéliens de droite, où elle a rapidement attiré l’attention des principaux médias israéliens.

אתר המזבח בהר עיבל בסכנה!לפני מספר חודשים הגישה חה''כ מיכל שיר – Michal Shir שאילתה דחופה לגבי עבודות שמבצעת הרשות…

Posted by ‎שומרים על הנצח‎ on Wednesday, February 10, 2021

Finalement, la saga et la « destruction de l’autel de Josué » ont atteint les plus hauts niveaux politiques : Le président Reuven Rivlin a demandé à l’armée israélienne de protéger le site, déclarant : « Notre terre regorge de lieux saints d’une immense valeur religieuse, historique et archéologique. Ces sites, dont l’autel de Josué au Mont Ebal, sont des sites patrimoniaux d’une valeur nationale et universelle incalculable ». Le député Zvi Hauser a demandé une visite de la commission des Affaires étrangères et de la Défense.

Mais le ministre de la Défense Benny Gantz a répondu que le site archéologique lui-même n’avait pas été endommagé et qu’il n’enverrait pas de soldats de Tsahal car une telle démarche serait « de nature politique ». (Un groupe d’archéologues de haut niveau a envoyé une lettre ferme affirmant que le mur est, en effet, une partie du site du début de l’âge de Fer).

D’autres, à droite, se sont également saisis de la question à des fins politiques, notamment certains qui accusent les Palestiniens d’une « attaque terroriste » contre l’archéologie.

Le chef de Yamina Naftali Bennett a posté une vidéo de lui-même sur le site avec le chef du Conseil régional de Samarie Yossi Dagan soulignant les liens « bibliques » avec le lieu et accusant l’Autorité palestinienne d’un « acte de type État islamique ».

La saga a atteint son paroxysme le 11 février lorsque, dans un moment fait pour Hollywood, une opération secrète de « restauration » a été lancée par Dagan, sans aucune supervision par un conservateur archéologique qualifié.

« Mettant finalement la main à la poche », comme le dit Levine, le Conseil régional de Samarie a financé un entrepreneur privé juif pour « restaurer » le mur. Cependant, le travail n’a pas été supervisé par des archéologues et les ouvriers de l’entrepreneur ont prélevé des pierres au hasard dans la région par mesure de précaution. Bien que les brèches aient été « fermées », selon M. Levine, les nouvelles sections ne semblent pas authentiques et ne constituent pas une « restauration », mais plutôt une « réparation », a-t-il déclaré. (Il a l’intention d’amener un archéologue sur le site cette semaine).

De gauche à droite : Yossi Dagan, chef du Conseil de Samarie, Naftali Bennett, chef de Yamina, Davidi Ben Zion, numéro 2 de Dagan, au Mont Ebal, le 14 février 2021. (Autorisation)

« Je ne sais pas ce qui est le plus tragique », a déclaré le Dr Assaf Avraham, dont l’expertise porte sur les constructions du début de l’âge du Fer, « la destruction originale ou la tentative de reconstruction ».

Site et « site »

Pour les non-initiés, le mur frontalier bas qui entoure le site de « l’autel de Josué » du mont Ebal ressemble à un certain nombre de murs en terrasse que l’on trouve partout en Terre d’Israël et qui ont été créés par l’enlèvement de pierres par les agriculteurs dans les champs cultivés au cours des siècles.

Les premiers dégâts semblent avoir eu lieu en décembre, lors des travaux de pavage d’une nouvelle route reliant Asira al-Shamilya et Naplouse. Au lieu de transporter par camion du gravier qui devait servir de première couche de la route, l’entrepreneur palestinien a fait appel à une machine conçue pour mâcher la pierre sur le site et cracher du gravier qui servira de couche de fondation de la route.

Dans ce que la plupart considèrent comme une « erreur innocente », selon Avraham et une demi-douzaine d’autres personnes interrogées pour cette histoire, l’entrepreneur a pris le muret construit au début de l’âge de Fer pour une terrasse commune. Les archéologues pensent que le mur a été construit comme un moyen de délimiter l’espace sacré du site cultuel, mais pour de nombreux visiteurs, le « site » est en fait l’autel, situé à plusieurs mètres de distance à l’intérieur de l’ancien mur frontalier bas.

Dans un entretien avec le Times of Israel, le maire d’Asira al-Shamilya, Hazem Yassin, a nié que la nouvelle route ait utilisé des pierres provenant du site archéologique, et a insisté sur le fait que le site n’avait pas été endommagé par les travaux routiers.

Destruction d’un muret en pierre du début de l’âge de fer sur le site archéologique du Mont Ebal, le 10 février 2021. (Avec l’aimable autorisation de Shomrim Al Hanetzach)

« Nous avons construit la route en partie pour faciliter l’accès au site archéologique. Pourquoi l’aurions-nous détruit ? » a déclaré Yassin.

Interrogé spécifiquement sur l’apparente référence au sanctuaire dans une vidéo de la municipalité montrant la construction qui a été diffusée par Shomrim al HaNetzach, M. Yassin a déclaré que l’accusation reposait sur un malentendu.

« Les résidents locaux désignent toute la région par ce nom, et pas seulement le site. Les pierres que nous avons utilisées pour la route ne provenaient pas du site, en particulier. Al-Burnat est une zone qui s’étend sur 800 dunams », [80 hectares], a déclaré M. Yassin.

Nous avons construit la route en partie pour faciliter l’accès au site archéologique. Pourquoi l’aurions-nous détruit ?

Mais Yassin a reconnu que certains résidents avaient pris des pierres d’un mur proche du site, qui, selon lui, était « à 300 mètres ». Il a dit qu’il avait été approché après coup par des officiers israéliens qui ont dit que cela faisait partie du site.

« Ils ont dit que c’était le mur du site, mais nous considérons qu’il s’agit d’un vieux mur qui sépare une zone d’une autre. Nous pensons que cela n’a rien à voir avec le site. S’il y a des problèmes, nous serons heureux de collaborer et de reconstruire », a déclaré Yassin au Times of Israel.

Vous êtes dans la zone B

S’adressant à Gantz et au maire d’Asira al-Shamilya qui affirment que le muret frontalier ne faisait pas partie du site du début de l’âge de Fer, Avraham a déclaré sans ambages : « Le mur qui a été détruit fait partie du site, du complexe. C’est comme si une partie du mur Occidental avait été détruit – il fait partie de l’espace sacré ».

Avraham a expliqué que si le mur n’est clairement pas conçu pour la fortification, il est de la même époque et semble être une forme de frontière. « La raison pour laquelle ils l’ont construit et à quoi il a servi est toujours en discussion », a déclaré Avraham.

Le mur qui a été détruit fait partie du site, de l’enceinte. C’est comme si une partie du mur Occidental avait été détruit – il fait partie de l’espace sacré

M. Avraham a déclaré que s’il peut comprendre les motivations de la reconstruction hasardeuse, il y voit une occasion manquée de mener de nouveaux tests archéologiques qui n’étaient pas disponibles lors de la fouille de Zertal, comme la luminescence stimulée optiquement (OSL) et même le carbone14 sur des échantillons organiques in situ. La reconstruction non supervisée a potentiellement éliminé cette fenêtre, bien qu’il ait dit qu’il avait l’intention de visiter le site et peut-être de participer à un effort pour sauver ce qui pourrait l’être.

« Tout le problème est, » dit Avraham, « que c’est la zone B et qu’il n’y a pas de protection israélienne. »

« L’autel de Josué » sur le site archéologique du Mont Ebal, le 15 février 2021. (Autorisation de Shomrim Al Hanetzach)

Ce vide d’autorité et de responsabilité est la motivation fondatrice du groupe Shomrim Al HaNetzach, selon Derech, qui étudie pour sa licence en archéologie à l’université de Bar Ilan.

« La restauration est belle et esthétique, mais les dégâts qui ont été faits sont irréversibles », a déclaré M. Derech. « Il ne suffit pas de reconstruire, nous devons être certains que des incidents de cette nature ne se reproduiront plus à l’avenir ».

Il ne suffit pas de reconstruire, mais nous devons être certains que des incidents de cette nature ne se reproduiront plus à l’avenir

Derech a affirmé qu’il existe des dizaines d’autres sites patrimoniaux qui ne sont pas préservés par l’AP.

« Nous demandons au gouvernement d’Israël d’assumer la responsabilité globale de tous les sites qui souffrent – en Judée et en Samarie, ainsi que dans les zones A, B et C. De ne pas attendre qu’il y ait destruction et de tenter de la réparer, mais plutôt de l’éviter pour commencer », a-t-il déclaré.

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), l’unité du ministère de la Défense israélien qui engage l’Autorité palestinienne sur les questions civiles, a déclaré qu’il n’avait aucune autorité dans la zone B de la Cisjordanie, qui est sous contrôle civil palestinien conformément aux accords d’Oslo. « Comme on le sait, l’Administration civile est chargée de l’exercice des pouvoirs civils dans la zone C uniquement, et travaille donc dans cette seule zone pour préserver les sites archéologiques, ainsi que pour prévenir le vol et la destruction des antiquités ».

Derech a affirmé qu’il y a un précédent à l’étape unilatérale de reprise du contrôle par Israël : « A Oslo, il est également écrit que l’armée israélienne ne doit pas entrer dans la zone A. Mais lorsqu’il y a eu des attaques terroristes [pendant la seconde Intifada], et qu’une partie n’a pas respecté ses obligations, alors Israël est entré », a déclaré Derech.

En ce qui concerne les opérations de sécurité, a déclaré M. Derech, « il est très facile pour Israël de prendre ces mesures. Dès qu’il s’agit de notre héritage, la base de notre existence, ils hésitent. Là où il y a une autorité sans responsabilité, l’autre partie doit prendre la cause en main ».

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...