Rivlin demande à l’armée de protéger un site de Cisjordanie endommagé par l’AP
Rechercher

Rivlin demande à l’armée de protéger un site de Cisjordanie endommagé par l’AP

Des ouvriers palestiniens construisant une route ont endommagé une partie du complexe archéologique du mont Ebal, que beaucoup considèrent comme l'autel biblique de Josué

Des ouvriers de l'Autorité palestinienne ont détruit une partie du mur de soutènement d'un complexe archéologique de Cisjordanie qui abriterait un autel construit par le personnage biblique Josué, le 11 février 2021. (Screencapture/twitter)
Des ouvriers de l'Autorité palestinienne ont détruit une partie du mur de soutènement d'un complexe archéologique de Cisjordanie qui abriterait un autel construit par le personnage biblique Josué, le 11 février 2021. (Screencapture/twitter)

Vendredi, le président Reuven Rivlin a demandé au ministre de la Défense Benny Gantz d’enquêter sur les dommages causés à un site archéologique du mont Ebal (Har Eival en hébreu) en Cisjordanie, que beaucoup pensent qu’il contient l’autel biblique de Josué.

« Les informations faisant état de dégâts sur le site de l’autel de Har Eival me préoccupent profondément », a écrit M. Rivlin à Gantz après la diffusion par la Douzième chaîne d’images montrant des ouvriers de l’Autorité palestinienne en train de broyer des pierres du site pour les utiliser comme gravier dans une route en construction entre un village voisin et la ville de Naplouse.

Les responsables du conseil local de l’implantation ont indiqué que les dégâts sur le site ont été causés à 35 mètres d’un mur de soutènement extérieur du complexe et non à l’enceinte de l’autel proprement dite.

« Notre terre regorge de lieux saints d’une immense valeur religieuse, historique et archéologique. Ces sites, dont l’autel de Josué à Har Eival, sont des sites patrimoniaux d’une valeur nationale et universelle incalculable », a écrit M. Rivlin, selon son bureau.

De nombreux archéologues pensent que le complexe du mont Ebal contient l’autel construit par Josué après l’entrée des Israélites en Terre d’Israël et leur victoire à Ai.

Selon la Bible, le site et le mont Gerizim, tout proche, sont les lieux où Dieu a prodigué aux Israélites les bénédictions et les malédictions de la Terre d’Israël.

D’autres, dont les Samaritains, qui ont leur lieu le plus saint sur le mont Gerizim, pensent que l’autel est là.

Ebal et Gerizim se trouvent tous deux dans la zone B de la Cisjordanie, où l’Autorité palestinienne contrôle les affaires civiles avec l’armée israélienne chargée de la sécurité. Les Israéliens qui souhaitent visiter les sites doivent obtenir une autorisation spéciale de l’armée et être escortés.

« En tant que souverains sur notre terre, nous faisons tout ce qui est possible pour assurer la liberté de culte et pour protéger et honorer les lieux saints de toutes les religions qui y vivent », a écrit Rivlin. « Il est inconcevable que nous, qui sommes enracinés dans ces sites du patrimoine dans tout le pays, ne veillions pas à ce que nos sites du patrimoine soient protégés contre toutes sortes de dommages et de préjudices », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...