Allemagne : Des croix gammées à Halle un an après l’attentat antisémite
Rechercher

Allemagne : Des croix gammées à Halle un an après l’attentat antisémite

Une enquête a été ouverte, a indiqué la police de Halle, alors que ces croix gammées, principal symbole du régime nazi d'Adolf Hitler, étaient sur le point d'être effacées

Des gens devant la synagogue de Halle, le 10 octobre 2019 (Crédit : AP Photo/Jens Meyer)
Des gens devant la synagogue de Halle, le 10 octobre 2019 (Crédit : AP Photo/Jens Meyer)

Des croix gammées ont été peintes sur une série de graffitis à la mémoire des deux victimes liées à l’attentat avorté contre une synagogue de Halle (est) dont l’Allemagne commémore le premier anniversaire, a annoncé la police vendredi.

Des dizaines de graffitis portant les prénoms des deux victimes, Jana et Kevin, avec la mention : « Ne jamais oublier » avaient été peints à différents endroits de cette ville de l’ex-RDA par un groupuscule d’extrême gauche « Antifa Halle », selon le quotidien Bild.

Mais certains de ces graffitis ont été recouverts de croix gammées rouges jeudi soir, à la veille du premier anniversaire de cette attaque qui avait choqué une Allemagne hantée par son passé.

Une enquête a été ouverte, a indiqué la police de Halle à l’AFP, alors que ces croix gammées, principal symbole du régime nazi d’Adolf Hitler et aujourd’hui interdites, étaient sur le point d’être effacées.

Plusieurs cérémonies, dont l’une avec le président de la République Frank-Walter Steinmeier, doivent se tenir ce vendredi à Halle, pour commémorer cet attentat manqué dont l’auteur présumé, Stephan Balliet, est jugé depuis l’été.

Il avait tenté de pénétrer dans la synagogue remplie de fidèles le jour de Yom Kippour, la plus grande fête juive, le 9 octobre 2019.

Faute d’avoir pu forcer la solide porte de l’édifice, l’assaillant avait tué une passante puis un jeune homme dans un snack.

Stephan Balliet, qui est accusé d’avoir abattu deux personnes après avoir tenté de prendre d’assaut une synagogue à Halle, arrive dans la salle d’audience avant son procès, le 21 juillet 2020, au tribunal de district de Magdebourg, en Allemagne de l’Est. (Crédit : RONNY HARTMANN / diverses sources / AFP)

Devant ses juges, Stephan Balliet a estimé ne pas avoir commis de faute.

Cette attaque avait été immédiatement et fermement condamnée par Angela Merkel, qui s’était rendue le soir même dans la principale synagogue de Berlin.

Les autorités allemandes s’alarment depuis quelques années déjà de la résurgence de l’antisémitisme en Allemagne.

Le nombre des crimes et délits à caractère antisémite ou islamophobe, en grande majorité commis par des sympathisants d’extrême droite, a augmenté en 2019, selon les derniers chiffres, rendus publics le 27 mai par le gouvernement.

Il y a eu l’en dernier plus de 2 000 actes d’insulte et attaques contre des Juifs, 13 % de plus que l’année précédente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...