Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Allemagne : La Banque centrale fait face à son passé nazi

Une étude de la Deutsche Bundesbank montre comment son prédécesseur, la Reichsbank, a financé les efforts de guerre d'Hitler, notamment en exploitant l'or et les devises des déportés

Vue générale de la fondation du nouveau bâtiment de la Reichsbank par le Dr. Hjalmar Schacht, vue depuis le toit de l'ancienne Reichsbank, à Berlin, le 5 mai 1934. (Crédit : AP Photo)
Vue générale de la fondation du nouveau bâtiment de la Reichsbank par le Dr. Hjalmar Schacht, vue depuis le toit de l'ancienne Reichsbank, à Berlin, le 5 mai 1934. (Crédit : AP Photo)

La Bundesbank allemande, la Banque centrale allemande, a fait face au passé nazi de son prédécesseur dans une nouvelle étude publiée vendredi et a promis qu’elle ne tolérerait plus jamais l’antisémitisme ou la discrimination.

La Bundesbank a publié une version abrégée d’une série de volumes à venir, à un moment où l’extrême-droite progresse en Allemagne, déclenchant des manifestations nationales dans un pays encore marqué par son histoire du XXe siècle.

Les recherches, qui ont porté sur la Banque centrale d’Allemagne entre 1924 et 1970, ont montré comment la Reichsbank finançait les efforts de guerre d’Adolf Hitler, avait contribué à l’exploitation des territoires occupés et avait participé à la confiscation, à l’expropriation et à la vente d’actifs juifs.

Elle a également exploité l’or et les devises étrangères provenant des prisonniers assassinés dans les camps de concentration et d’extermination nazis.

« La Reichsbank a joué le rôle de faire-valoir et de receleur de biens volés dans le contexte de l’holocauste financier », a déclaré Albrecht Ritschl, professeur d’histoire économique à la London School of Economics et l’un des auteurs de l’étude.

Fondée à Francfort en 1957, la Bundesbank avait peu de choses en commun avec la Reichsbank, basée à Berlin, qui a été liquidée après la fin de la Seconde Guerre mondiale et initialement remplacée par la Bank deutscher Länder.

Le président de la Deutsche Bundesbank, Joachim Nagel, s’exprimant lors d’une conférence de presse après la réunion des ministres des Finances du G20, à Sao Paulo, au Brésil, le 29 février 2024. (Crédit : Nelson Almeida/AFP)

L’or de la Reichsbank, par exemple, a été confisqué par les Alliés. Cependant, une partie de son personnel et surtout des cadres moyens ont été embauchés par les nouvelles institutions après avoir subi un processus connu sous le nom de « dénazification ».

Imposés par les Alliés à la fin de la guerre, les critères de dénazification se sont relâchés après 1948, à mesure que l’Allemagne s’intégrait davantage à l’Ouest et que la Banque centrale s’efforçait de trouver du personnel qualifié, ont constaté les chercheurs.

« Le degré de continuité de ce que nous pourrions appeler l’élite fonctionnelle est donc comparable à celui observé dans les ministères et autres institutions publiques », a déclaré Magnus Brechtken, directeur adjoint de l’Institut d’histoire contemporaine de Munich, l’un des auteurs de l’étude.

Le président de la Bundesbank, Joachim Nagel, espère que ce dossier d’une centaine de pages touchera le grand public et s’est engagé à en tirer des enseignements lors d’une conférence de presse organisée pour présenter les travaux de recherche.

Ce travail universitaire « montre comment les banquiers centraux sont devenus les complices volontaires d’un régime criminel », a déclaré Nagel, cité par la chaîne de télévision Deutsche Welle. « Il montre à quel point ils étaient sensibles au racisme, à l’antisémitisme et à la pensée anti-démocratique. »

« L’antisémitisme ne doit plus jamais exister en Allemagne », a-t-il souligné, reprenant un slogan utilisé lors de récentes manifestations contre l’extrême-droite.

« Jamais plus les minorités ne devraient être exclues et soumises à la tyrannie de l’État, jamais plus les organes gouvernementaux tels que la Banque centrale ne devraient être autorisés à fouler aux pieds les valeurs démocratiques », a ajouté Nagel.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.