Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Allemagne: un membre d’une milice syrienne condamné pour crimes de guerre

L'accusé était membre du Free Palestine Movement et assurait la surveillance d'un checkpoint pour contrôler la distribution de nourriture par une organisation humanitaire

La file interminable de réfugiés lors d'une distribution de nourriture organisée par l'ONU, dans les ruines du camp de réfugiés de Yarmouk, au sud de Damas (Crédit : AFP Photo/HO/UNRWA)
La file interminable de réfugiés lors d'une distribution de nourriture organisée par l'ONU, dans les ruines du camp de réfugiés de Yarmouk, au sud de Damas (Crédit : AFP Photo/HO/UNRWA)

Un homme apatride, membre d’une milice syrienne, a été condamné jeudi à Berlin à la prison à vie pour crimes de guerre et la mort en 2014 d’au moins quatre civils dans le camp de réfugiés de Yarmouk.

Agé de 55 ans, Moafak D. a été reconnu coupable par le tribunal de grande instance de Berlin d’un quadruple meurtre et d’une double tentative de meurtre.

Membre d’une milice gouvernementale, l’accusé a tiré le 23 mars 2014 dans la banlieue de Damas, selon le tribunal, une grenade à l’aide d’une arme antichar dans une foule qui attendait des vivres.

Ses avocats avaient plaidé l’acquittement, assurant que l’accusé n’était pas sur les lieux des faits ce jour-là.

Selon le jugement, tout porte à croire qu’il y a eu « nettement plus » de morts et de blessés que les quatre décès et deux blessés graves finalement retenus par le tribunal. Les faits se sont déroulés dans camp de réfugiés de Yarmouk, dans la banlieue de la capitale syrienne, accueillant à l’origine des Palestiniens.

Des milices à la solde de Bachar al-Assad y ont pris pied entre 2013 et 2015 et bouclé le quartier, privant en partie les habitants de nourriture, d’eau et de soins médicaux.

L’accusé était membre de l’une de ces milices, le Free Palestine Movement (FPM) et assurait le jour des faits la surveillance d’un checkpoint pour contrôler la distribution de nourriture par une organisation humanitaire.

Il aurait tiré dans la foule pour « se venger et punir les habitants sans défense du quartier », selon la juge Delia Neumann, qui a présidé l’audience. Il était « encore en colère » après la mort deux jours plus tôt de son neveu, probablement tué par l’Armée syrienne libre (ASL), selon l’accusation.

L’accusé est arrivé en 2018 dans le cadre d’un regroupement familial en Allemagne, où il a été interpellé plus tard.

Il a été jugé en Allemagne en vertu du principe de compétence universelle en matière de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.