Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Alon Ushpiz : La réforme judiciaire nuira à la réputation d’Israël

Selon l'ancien directeur des Affaires étrangères, Israël ne pourra plus se prévaloir de l'indépendance de son système judiciaire pour se protéger d’un examen de la CIJ

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, lors d'une cérémonie au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, lors d'une cérémonie au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Alon Ushpiz, diplomate chevronné, qui a récemment démissionné de son poste de directeur général du ministère des Affaires étrangères, a prévenu que la refonte judiciaire controversée du gouvernement pourrait avoir un impact considérable sur la réputation internationale d’Israël et lui faire courir le risque de se voir poursuivi devant les tribunaux internationaux.

« Israël a besoin, pour ses relations étrangères, d’un système juridique indépendant et fort », a déclaré Ushpiz dans une interview accordée au quotidien Haaretz et publiée jeudi. « Notre intérêt stratégique est évident à cet égard. »

Ushpiz, qui a démissionné en janvier, est diplomate de carrière depuis 30 ans. Il a été à la tête du ministère pendant plus de deux ans sous les ministres Gabi Ashkenazi et Yair Lapid, lequel vient d’être remplacé par Eli Cohen du Likud.

Selon Ushpiz, si Israël a réussi à échapper pendant si longtemps à la censure des tribunaux internationaux, c’est grâce à son système judiciaire indépendant, et sa capacité à mener des enquêtes sur tout signalement d’abus et de violations.

« Notre capacité à promouvoir et à défendre les intérêts fondamentaux d’Israël en dépend grandement. Ces questions concernent également notre sécurité », a-t-il déclaré.

C’est notamment le cas en matière de protection des soldats de l’armée israélienne contre les accusations de crimes de guerre liés au conflit avec les Palestiniens.

« L’État d’Israël, et ses différents gouvernements, ont toujours compté sur les fonctionnaires de l’État pour assurer la meilleure protection possible à un commandant de peloton ou de compagnie envoyé en mission. Pour que les gens qui vivent ici soient disposés à effectuer ces missions, ils doivent être assurés que des gens comme moi feront tout leur possible pour les protéger face à menace légale, et que ces gens disposent des meilleurs outils pour le faire », a déclaré Ushpiz.

Ushpiz a cité en exemple la barrière de sécurité de Cisjordanie, dont la construction il y a près de vingt ans – officiellement pour empêcher les kamikazes palestiniens de pénétrer en Cisjordanie – avait fait l’objet de nombreuses critiques internationales et d’un examen minutieux par les tribunaux internationaux.

Une section de la barrière de sécurité israélienne divisant les terres des agriculteurs palestiniens et entourant la ville sur trois côtés, dans la ville de Qalqilya, en Cisjordanie, le 5 juillet 2017. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser/Dossier)

« Le fait qu’aucun des avis de la Cour internationale de justice n’ait eu d’incidence sur nos relations avec la communauté internationale dans la pratique vient du fait que la Haute Cour de justice a repris l’examen du tracé de la barrière et a rendu toutes sortes de décisions », a déclaré Ushpiz.

« Même le gouvernement d’Israël, et ce n’était pas un gouvernement de gauche, a accepté d’en modifier le tracé afin de se conformer à la norme [fixée par la Cour]. Depuis lors, nous n’en entendons plus parler et jusqu’à aujourd’hui, ladite barrière permet de protège des vies et il n’y a aucune discussion publique ou internationale à ce sujet avec la communauté internationale.  »

Les critiques d’Ushpiz rejoignent celles d’autres anciens fonctionnaires qui ont averti que la réforme judiciaire proposée saperait la démocratie israélienne et nuirait à son économie et à sa sécurité.

Les réformes, qui sont en passe d’être adoptées par la Knesset depuis plusieurs semaines, prévoient notamment que la nomination des juges, y compris ceux de la Cour suprême, soit entièrement contrôlée par le gouvernement, que l’autorité de la Cour suprême concernant l’examen et l’invalidation des lois soit supprimée et que les politiciens puissent nommer, et limoger, leurs propres conseillers juridiques.

Ces projets ont engendré des manifestations hebdomadaires de masse dans les grandes villes, des mises en garde alarmantes émanant d’universitaires, d’économistes, de juristes et d’entrepreneurs technologiques en Israël et à l’étranger ; ils ont également fait l’objet de critiques virulentes de la part de l’opposition.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.