Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Alors que la guerre coûte des milliards, le déficit budgétaire se creuse à 2,6 %

Les chiffres d'octobre montrent une explosion des dépenses publiques, qui ont atteint 54,9 milliards de shekels en octobre, avec une chute de 15,2 % des recettes fiscales

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Des soldats réservistes israéliens lors d'un entraînement militaire sur le plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des soldats réservistes israéliens lors d'un entraînement militaire sur le plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le déficit budgétaire d’Israël s’est creusé à 2,6 % du PIB, soit 22,9 milliards de shekels, en octobre par rapport aux 12 mois précédents, contre 1,5 % le mois précédent, en raison de l’augmentation des dépenses publiques due à la guerre en cours avec le groupe terroriste palestinien du Hamas et de la baisse des recettes fiscales, selon les chiffres préliminaires publiés par le ministère des Finances mercredi.

Le ministère des Finances indique que ce déficit « anormal » est dû à une augmentation « significative » des dépenses du gouvernement depuis le déclenchement de la guerre le 7 octobre, y compris l’avancement des paiements aux fournisseurs et aux autorités locales.

Les dépenses publiques ont atteint 54,9 milliards de shekels en octobre, contre 41,9 milliards de shekels au cours du même mois de l’année dernière.

Le 7 octobre, le Hamas, soutenu par l’Iran, a brutalement assassiné près de 1 400 personnes, dont une majorité de civils, kidnappé au moins 240 otages, dont des bébés et des personnes âgées, et dévasté des communautés dans le sud du pays lors d’un assaut sous couvert d’un barrage de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

Après la déclaration de guerre d’Israël, qui a juré d’éradiquer le Hamas à la suite de ces atrocités, l’Armée israélienne a rappelé plus de 300 000 réservistes, dont de nombreux professionnels du secteur technologique et des employés de divers secteurs d’activité. En conséquence, de nombreuses entreprises ont dû fermer ou ne sont que partiellement opérationnelles, tandis que d’autres, comme les entreprises de vente au détail, ont mis leurs employés au chômage technique.

L’étendue et la durée de la guerre étant incertaines, Israël va devoir assumer des milliards de shekels de dépenses publiques dans les mois à venir, notamment pour payer les réservistes de l’armée, évacuer des centaines de milliers de résidents du sud et du nord du pays et les reloger dans des hôtels. Ces dépenses s’ajoutent à l’augmentation des dépenses de défense et au coût de la réhabilitation des communautés du sud.

Par ailleurs, les chiffres d’octobre montrent que les recettes de l’État se sont élevées à 32 milliards de shekels, contre 36 milliards de shekels en septembre, soit une baisse de 11 % d’un mois sur l’autre, due en partie à l’octroi de reports d’impôts et en partie aux dommages subis par l’économie pendant la période de guerre. En octobre, les recettes fiscales ont chuté de 15,2 % en glissement annuel.

Un immeuble de Tel Aviv endommagé par des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

La collecte des recettes fiscales de l’État en octobre a totalisé 29,1 milliards de shekels, soit une baisse de 11% par rapport au mois correspondant de l’année dernière, selon les données publiées par l’Autorité fiscale israélienne. Les impôts directs ont baissé d’environ 18% en octobre par rapport au même mois en 2022 et de 10% au cours des 10 premiers mois de cette année par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

Le revenu net l’impôt foncier s’est effondré de 36 % à 1 milliard de shekels en octobre par rapport au même mois en 2022, marquant le sixième mois consécutif de baisse. Les recettes fiscales sur les achats ont chuté de 34 % en octobre en glissement annuel et les recettes fiscales sur la valorisation des biens immobiliers ont chuté de 38 % en glissement annuel.

Même avant le déclenchement de la guerre, le déficit d’Israël avait dépassé l’objectif budgétaire du gouvernement pour cette année, qui était d’environ 1,1 %, en raison de l’augmentation des dépenses publiques et de la baisse des recettes.

En 2022, le gouvernement avait affiché le premier excédent budgétaire en 35 ans, soit 0,6 % du PIB, les recettes de l’État ayant augmenté de 4,8 % pour atteindre 468,5 milliards de shekels, bénéficiant d’une augmentation exceptionnellement élevée de la collecte des recettes fiscales.

Alors que les combats en cours avec le Hamas font des ravages, le département de recherche de la Banque d’Israël a estimé fin octobre que les coûts de la guerre conduiraient à une augmentation du déficit budgétaire d’environ 2,3 % du PIB en 2023, contre une prévision précédente de 1 %, et d’environ 3,5 % en 2024.

Le 23 octobre, la banque centrale a revu à la baisse ses prévisions économiques pour cette année et l’année prochaine. Elle s’attend désormais à un taux de croissance de l’économie de 2,3 % en 2023 et de 2,8 % en 2024, en raison de la baisse au niveau de la consommation privée et des capacités de travail limitées.

Ces chiffres sont inférieurs aux prévisions précédentes, qui tablaient sur une croissance de 3 % pour cette année et l’année prochaine. Les projections sont basées sur l’hypothèse que la guerre se poursuivra au front sud pendant le quatrième trimestre de l’année et qu’il n’y aura pas d’autre escalade dans la région.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.