Amazon lance son interface en hébreu et propose la livraison gratuite
Rechercher

Amazon lance son interface en hébreu et propose la livraison gratuite

Les utilisateurs hébraïsants pourront désormais rechercher des produits et consulter les détails des produits dans leur langue et un service client en hébreu a également été créé

Un chauffeur de United Parcel Service livre des paquets pour Amazon.com à Palo Alto, en Californie, el 30 juin 2011. (AP Photo/Paul Sakuma)
Un chauffeur de United Parcel Service livre des paquets pour Amazon.com à Palo Alto, en Californie, el 30 juin 2011. (AP Photo/Paul Sakuma)

L’hébreu est devenu lundi la huitième langue dans laquelle les internautes peuvent naviguer sur le site du géant du e-commerce, Amazon.com.

Le site a lancé une nouvelle interface en hébreu lundi, avec une promotion spéciale offrant la livraison gratuite vers Israël pour plus de 50 millions de « produits éligibles ».

Dans l’annonce de lundi, la compagnie a déclaré que la nouvelle « expérience de shopping » en hébreu visait aussi bien les Israéliens que les hébraïsants à l’étranger et était disponible sur les versions ordinateur et mobile du site, ainsi que sur l’application mobile.

L’hébreu rejoint ainsi l’anglais, l’espagnol, l’allemand, le portugais, le coréen, et le chinois simplifié et traditionnel comme options de langues pour le site.

« Les clients peuvent désormais naviguer et acheter en hébreu et choisir de payer en différentes devises, y compris en shekel israélien », a déclaré la société.

Capture d’écran de l’interface en hébreu d’Amazon.com, lancée le 11 novembre 2019.

Ceux qui souhaitent une livraison vers et depuis Israël pourront voir « une tarification claire, les frais de port, une estimation des frais de douane. Amazon gère le dédouanement au nom du client, qui n’aura donc aucune surprise au moment de l’achat ni de la livraison. Le retour des marchandises achetées sur Amazon est également facilité avec le lancement des bordereaux de retour prépayés », a promis le site.

Cette démarche témoigne de l’expansion de l’offre Amazon en Israël, après le lancement de ses opérations en septembre. Le lancement, qui était limité, était encore en anglais et la société avait refusé de créer un centre logistique locale, ce qui signifie que les commerçants israéliens qui souhaitaient vendre via le site devaient gérer eux-même la livraison depuis leurs propres entrepôts.

La nouvelle option de traduction du site est un pas en avant qui permettra aux Israéliens d’utiliser l’interface du site, selon la société. Ils pourront désormais rechercher des produits, consulter les détails des produits et un service client en hébreu a également été créé.

Pour contribuer au décollage du site en hébreu, la société a offert une offre limitée de livraison gratuite depuis l’international vers Israël pour les « commandes éligibles et supérieures à 49 dollars ». Les détails de l’offre sont disponibles sur le site d’Amazon.

Les Israéliens qui achètent en ligne sur des sites étrangers ne payent pas de taxe tant que leur commande ne dépasse pas 75 dollars et les commandes inférieures à 500 dollars sont exonérées de frais de douanes, ce qui rend l’offre étrangère intéressante, selon les analystes.

Boîtes se déplaçant le long d’un tapis roulant dans un centre de distribution d’Amazon à Tracy, en Californie, le 19 janvier 2015. (Dossier: AFP PHOTO / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / JUSTIN SULLIVAN)

« Les clients ont demandé un site en hébreu, l’accès aux objets qui peuvent leur être livrés et ceux qui sont disponibles dans leur devise », a déclaré Samir Kumar, vice-président des Exports et de l’Expansion chez Amazon.

Le lancement de septembre était axé sur un site consacré aux « livraisons locales », c’est-à-dire que des sociétés israéliennes pouvaient vendre leurs produits sur Amazon à l’intention des consommateurs israéliens sans passer par de la vente au détail.

Lors du lancement, les analystes avaient décidé que l’impact initial sur l’industrie du commerce israélien ne sera probablement « pas drastique », avait déclaré Ilanit Sherf, directrice de la recherche chez Psagot Brokerage, au Times of Israël. « Il n’y aura pas d’impact majeure, mais cela viendra avec le temps. »

Ilanit Sherf, directrice de la recherche à Psagot Brokerage. (Autorisation)

Si la vente au détail sera impactée, la pénétration d’Amazon dans le marché israélien sera tout de même une bonne nouvelle pour l’économie israélienne, en « offrant aux fabricants israéliens une façon d’atteindre un public international » et les magasins locaux qui ne peuvent pas se permettre d’ouvrir des succursales dans les nouveaux centres commerciaux atteindront également de nouveaux clients, avait expliqué Sherf.

En effet, les Israéliens ont déjà bien profité du commerce sur Amazon, notamment par le biais des plateformes britannique, allemande et américaine, a noté Yaniv Pagot, un économiste et chef de la stratégie
d’Ayalon Group, un fonds d’investissement.

« Amazon est déjà la, et je peux déjà acheter sur Amazaon », a-t-il dit en septembre. « Je ne vois pas comment l’opération locale impactera de manière significative le marché, et je ne pense pas que cela influera de manière significative la fréquentation de nos centres commerciaux et de nos magasins. »

L’entrée d’Amazon sur le marché israélien s’inscrit dans la tendance du shopping en ligne, qui va aller en grandissant, a prédit Sherf.

« La langue est un obstacle majeur » pour Amazon vis-à-vis des Israéliens, avait-elle dit. « Si leur service est plus accessible, leurs interfaces plus adaptées, alors les clients pourront acheter plus facilement, et cela fera tomber une barrière psychologique. »

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...