Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Amichaï Chikli qualifie J Street « d’hostile » dans le cadre d’une querelle

Le ministre de la Diaspora accuse le lobby libéral pro-Israël d'avoir truqué une photo le montrant semblant faire un geste obscène envers des manifestants à New York

Le député Amichai Chikli lors d'une réunion de la commission de la Knesset sur la demande du parti Yamina de le déclarer "transfuge", le 25 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Amichai Chikli lors d'une réunion de la commission de la Knesset sur la demande du parti Yamina de le déclarer "transfuge", le 25 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Diaspora, Amichaï Chikli, a qualifié J Street « d’hostile » à Israël après avoir retweeté une photo du ministre lors de la parade « Celebrate Israel » à New York.

Chikli, qui s’est attiré les foudres de certains segments libéraux du judaïsme américain, a été photographié lors de la parade du 4 juin en train de faire ce qui est apparu à certains comme un geste obscène envers un groupe protestant contre le gouvernement israélien.

Lui et son équipe ont déclaré qu’il faisait signe aux manifestants de sourire et qu’il n’avait pas eu l’intention de faire de geste obscène.

La photo, prise la semaine dernière par le journaliste du Forward Jacob Kornbluh, a alimenté les critiques de Chikli, qui l’ont largement diffusée en ligne comme preuve de son mépris pour les manifestants qui s’opposent au gouvernement israélien et à ses efforts pour radicalement remanier le système judiciaire.

Yaïr Lapid, le chef de l’opposition parlementaire israélienne, a tweeté la photo et écrit : « Ce gouvernement ne cesse de nous mettre dans l’embarras au niveau international ».

J Street a partagé un tweet d’UnXeptable, un mouvement de protestation dirigé par des Israéliens expatriés, qui incluait la photo de Chikli sous le mot « SHAME » (honte), un mot fréquemment repris lors des manifestations anti-gouvernement israéliennes.

Lundi, Chikli a répliqué en déclarant à la chaîne publique israélienne Kan que la photo devenue virale était une « fake news » qui avait été retouchée par J Street et en attaquant les organisations et les personnes qui l’avaient diffusée sur les réseaux sociaux.

J Street est un groupe de pression juif libéral pour le Moyen-Orient qui se dit « pro-Israël et pro-paix » et qui est devenu une cible pour les conservateurs pro-Israël aux États-Unis et en Israël.

« Ce n’est pas une organisation importante, c’est une organisation hostile », a déclaré Chikli lors de son interview sur Kan, citant le plaidoyer de J Street en faveur de l’accord nucléaire de 2015 (JCPOA) avec l’Iran, que les gouvernements israéliens ont détesté. « C’est une organisation hostile qui nuit aux intérêts de l’État d’Israël. »

Mardi, il a réitéré ses allégations contre J Street et le philanthrope et survivant de la Shoah George Soros dans un tweet (en hébreu).

La présentatrice Ayala Hasson a interpellé Chikli, membre du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, en lui demandant pourquoi il n’avait pas expliqué à J Street que la photo avait été mal interprétée.

« Je n’attends rien de J Street, que George Soros a financé à hauteur d’un million de dollars, il n’y a aucune raison de se tourner vers lui », a-t-il déclaré à propos du milliardaire juif libéral qui est devenu le bouc-émissaire des conservateurs politiques.

(Chikli a répondu au tweet de Lapid en expliquant qu’à l’occasion du 75e anniversaire d’Israël, « nous avons le droit de faire la fête et d’être heureux »).

Soros a financé J Street et son organisation caritative, l’Open Society Foundations, a par le passé financé des groupes qui critiquent Israël et, dans certains cas, s’y opposent. Le mois dernier, Chikli a tweeté : « Critiquer Soros, qui finance les organisations les plus hostiles au peuple juif et à l’État d’Israël, c’est tout sauf de l’antisémitisme, bien au contraire ! ».

Le secrétaire d’État Anthony Blinken s’exprimant lors de la conférence nationale de J Street à l’Omni Shoreham Hotel de Washington, le 4 décembre 2022. (Crédit : AP Photo/Carolyn Kaster)

J Street a déclaré que le mandat de Chikli avait été « désastreux ». Depuis sa nomination à la fin de l’année dernière, Chikli s’est attiré des critiques en raison de commentaires antérieurs qui tournaient en dérision le mouvement réformé et les Juifs LGBTQ.

« Des commentaires comme celui-ci montrent à quel point le gouvernement israélien méprise la grande majorité des Juifs américains, qui rejettent leur programme d’extrême-droite et anti-démocratique », a déclaré Logan Bayroff, porte-parole de J Street, à la Jewish Telegraphic Agency. Il est difficile d’imaginer que quelqu’un puisse faire un travail plus désastreux que celui d’Amichaï Chikli pour « construire des liens avec la Diaspora », en recourant à des attaques mesquines et à des insultes contre tous ceux qui ont l’audace de défendre les valeurs juives et démocratiques fondamentales.

Le porte-parole de Chikli n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.