Amnesty International appelle à l’interdiction des produits des implantations
Rechercher

Amnesty International appelle à l’interdiction des produits des implantations

Condamner l'expansion des implantations “n'est pas suffisant” pour le groupe de défense des droits de l'Homme : “il est temps de passer à l'action internationale”

Des vignerons juifs inspectant des raisins dans un vignoble du Gush Etzion, en Cisjordanie, le 8 septembre 2014.  (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Des vignerons juifs inspectant des raisins dans un vignoble du Gush Etzion, en Cisjordanie, le 8 septembre 2014. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Amnesty International a lancé mercredi une campagne pour amener la communauté internationale à interdire les produits fabriqués dans les implantations de Cisjordanie.

Conçue pour coïncider avec le 50e anniversaire de la conquête par Israël de la Cisjordanie et de la bande de Gaza lors de la guerre des Six Jours, la campagne appelle également les états à empêcher le fonctionnement de leurs éventuelles entreprises depuis les implantations.

« Pendant des décennies, le monde est resté là sans rien faire alors qu’Israël détruisait les foyers des Palestiniens et pillait leurs ressources terrestres et naturelles au nom du profit. Tandis que l’économie palestinienne a été retardée par 50 années de politiques abusives, une entreprise prospère de colonisation multimillionnaire a été construite sur l’oppression systématique de la population palestinienne », a déclaré Salil Shetty, le secrétaire général d’Amnesty International.

La communauté internationale considère la Cisjordanie, dont Jérusalem Est, comme un territoire occupé illégalement par Israël, et de nombreuses résolutions de l’ONU ont condamné les activités d’implantations israéliennes comme étant des violations de la loi internationale.

Salil Shetty, secrétaire-général d'Amnesty International (Crédit : CC-BY Rob Brouwe, Amnesty International/Wikipedia)
Salil Shetty, secrétaire-général d’Amnesty International (Crédit : CC-BY Rob Brouwe, Amnesty International/Wikipedia)

Israël s’est unilatéralement retiré de la bande de Gaza en 2005 même si – citant des préoccupations sécuritaires –
le pays a maintenu un blocage aérien, maritime et terrestre sur l’enclave depuis que le groupe terroriste du Hamas a pris le contrôle de la zone au mois de juin 2007.

« Cinquante ans après, condamner tout simplement l’expansion des colonies israéliennes n’est pas suffisant. Il est temps que les états passent à l’action au niveau international pour faire cesser le financement de colonies qui elles-mêmes violent de manière flagrante la loi et qui constituent des crimes de guerre », a déclaré Shetty.

Il a accusé Israël de démolir les maisons palestiniennes, d’exploiter les ressources de base comme les terres fertiles, l’eau, les carrières de pierre et de minéraux au seul bénéfice des implantations, empêchant les Palestiniens de se déplacer comme ils le désirent et « enfermant deux millions de personnes dans une zone qui fait moins de la moitié de la taille de New York » à travers son blocage de Gaza.

Mardi, une commission du ministère israélien de la Défense a présenté les plans portant sur la construction de 1 500 nouvelles unités de logement en Cisjordanie, selon le groupe de gauche La Paix Maintenant, qui suit les activités d’implantations.

Des immeubles en construction dans l'implantation juive de Kiryat Arba, près de Hébron, le 6 juillet 2016. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Des immeubles en construction dans l’implantation juive de Kiryat Arba, près de Hébron, le 6 juillet 2016. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Ces plans incluent des logements pour la toute première nouvelle implantation officielle depuis 25 ans – qui s’appellera Amichai.

Promise par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Amichai hébergera la quarantaine de familles de l’avant-poste illégal d’Amona, évacué sur ordonnance judiciaire au mois de février.

Les constructions de Cisjordanie ont concerné ces dernières années l’expansion des implantations existantes en Cisjordanie, de nombreux pays avertissant qu’elles grignotent petit à petit toute chance d’une solution à deux états avec les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...