Rechercher

Après 2 ans de COVID, l’obligation du port du masque en intérieur est levée

Les Israéliens y étaient soumis depuis avril 2020 ; les masques seront toujours obligatoires dans les hôpitaux, les résidences senior et les avions

Des personnes passent devant un panneau indiquant qu'elles doivent porter un masque dans les lieux fermés, à l'extérieur du Cinema City à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Des personnes passent devant un panneau indiquant qu'elles doivent porter un masque dans les lieux fermés, à l'extérieur du Cinema City à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

L’obligation israélienne de porter un masque à l’intérieur, l’une des dernières restrictions liées au coronavirus encore en vigueur, a été levée samedi à 20 heures.

En début de semaine, le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz avaient convenu que l’obligation de porter un masque, largement bafouée, serait supprimée, invoquant la baisse de la morbidité.

La restriction devait officiellement expirer le 1er mai.

Le bureau du Premier ministre a indiqué dans un communiqué que le port du masque restera obligatoire « dans les lieux à fort potentiel de contagion », parmi lesquels les hôpitaux, les établissements pour personnes âgées et dans les avions.

« Cette année, la Mimouna se fera sans masque », a ensuite tweeté M. Bennett, en référence à la fête populaire juive marocaine qui suit Pessah. Les célébrations de la Mimouna, au cours desquelles les gens organisent de grands rassemblements et se déplacent de maison en maison, sont attendues dans tout le pays samedi soir. Bennett a assisté à l’un de ces événements à Shilat, un moshav près de Modiin, samedi soir.

Depuis que les règles du port du masque ont été imposées pour la première fois en avril 2020, les Israéliens ont été tenus de porter des masques à l’intérieur tous les jours depuis avril 2020, excepté 10 jours en juin de l’année dernière, lorsque le mandat a été brièvement levé avant d’être rapidement réimposé en raison de l’augmentation des cas à l’époque.

L’annonce faite mercredi par le bureau de Bennett est intervenue deux jours après qu’un juge américain a annulé les exigences fédérales en matière de port de masques dans les transports publics, de nombreuses entreprises et agences gouvernementales ayant ensuite annoncé qu’elles n’appliqueraient plus cette obligation.

Le Premier ministre Naftali Bennett manipulant son masque lors d’une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 10 avril 2022. (Crédit : Ronen Zvulun/AP)

Le ministère américain de la justice a déclaré qu’il ne ferait appel de la décision que si le Center for Disease Control and Prevention y était favorable.

La décision de supprimer l’obligation du port du masque à l’intérieur est intervenue alors qu’Israël enregistre une baisse continue de la morbidité, les nouvelles infections, les cas graves et les décès dus au COVID-19 diminuant tous de semaine en semaine.

Selon les chiffres du ministère de la Santé jeudi, il y a actuellement 32 942 cas actifs de coronavirus, dont 221 personnes hospitalisées dans un état grave.

Le nombre de décès s’élève à 10 658, avec une douzaine de décès enregistrés au cours de la semaine dernière.

Le ministère a signalé une légère augmentation du taux de transmission, une mesure clef pour évaluer l’étendue de la propagation du virus, à 0,78. Tout chiffre supérieur à 1 signifie que la pandémie s’accélère, tandis qu’un chiffre inférieur à 1 signifie qu’elle décline.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...