Après 3 ans d’interruption diplomatique, la Turquie invite un ministre israélien
Rechercher

Après 3 ans d’interruption diplomatique, la Turquie invite un ministre israélien

Cette initiative est considérée comme une tentative de renforcer les relations entre les deux pays dans un contexte de conflit sur le gaz naturel en Méditerranée

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Istanbul, le mercredi 5 août 2020. (Présidence turque via AP, Pool)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Istanbul, le mercredi 5 août 2020. (Présidence turque via AP, Pool)

Après une interruption de trois ans, un ministre israélien a été invité en Turquie pour participer à une conférence officielle parrainée par le président du pays, Recep Tayyip Erdoğan.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a adressé une invitation au ministre de l’Énergie, Yuval Steinitz, dans une tentative présumée de réchauffer les relations d’Israël avec la Turquie alors que le Moyen-Orient se bat pour le gaz naturel, a rapporté mercredi le radiodiffuseur public Kan.

Israël a utilisé la diplomatie énergétique pour contribuer à la création d’un bloc visant à contrer les politiques turques dans la région. Mais Steinitz a fait parler de lui en mars lorsqu’il a mentionné, lors d’une conférence de presse à Chypre, qu’Israël serait ouvert à une coopération avec la Turquie dans le domaine du gaz naturel.

En outre, face à l’isolement croissant et aux défis économiques, la Turquie a signalé ces derniers mois son désir de tourner une nouvelle page dans ses relations avec Israël, l’UE, la Grèce et l’Égypte.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (D), son homologue grec Kyriakos Mitsotakis (C) et le Président chypriote Nikos Anastasiadis se serrent la main à Athènes le 2 janvier 2020, avant la signature d’un accord pour le projet de gazoduc EastMed destiné à acheminer le gaz de la Méditerranée orientale vers l’Europe. (Aris Messins/AFP)

En janvier 2020, Israël, la Grèce et Chypre ont signé un accord portant sur un énorme projet de gazoduc destiné à acheminer le gaz de la Méditerranée orientale vers l’Europe, malgré l’hostilité de la Turquie.

La découverte de réserves d’hydrocarbures dans l’est de la Méditerranée a déclenché une ruée vers ces richesses énergétiques et une dispute entre Chypre et la Turquie, qui occupe la partie nord de l’île méditerranéenne.

L’accord EastMed a contré les efforts de la Turquie pour étendre son contrôle à la Méditerranée orientale, après qu’Erdogan a déclaré en novembre 2019 qu’il envisageait des activités conjointes d’exploration énergétique avec la Libye en Méditerranée orientale.

La Grèce a réagi avec colère à l’accord entre la Turquie et la Libye, expulsant l’ambassadeur libyen et demandant instamment aux Nations unies de le condamner. Une partie de l’accord fixe une frontière maritime entre les deux pays, qui, selon la Grèce, ne tient pas compte de l’île grecque de Crète.

La plate-forme de traitement du gaz naturel Leviathan vue depuis la réserve naturelle de Dor Habonim Beach, le 1er janvier 2020. (Flash90)

Israël, puissance énergétique de la région, pompe du gaz pour alimenter la Jordanie et l’Égypte à partir de ses deux immenses champs offshore, Tamar et Leviathan. Ce dernier, dont on estime qu’il contient 22 trillions de pieds cubes de gaz naturel récupérable et qui constitue le plus grand projet énergétique de l’histoire d’Israël, a permis à ce dernier d’établir des relations diplomatiques plus étroites avec ses voisins.

Israël avait considéré un accord gazier avec la Turquie en 2016 comme un rapprochement après que les pays se sont brouillés à cause de l’épisode de la flottille turque vers Gaza.

Israël a ensuite versé 20 millions de dollars à la Turquie à titre de compensation, un pilier essentiel de l’accord signé en juin 2016 pour rétablir les relations après une brouille de six ans.

La Turquie, autrefois un puissant allié musulman d’Israël, est devenue un ennemi géopolitique sous Erdogan.

Le pays a rappelé son ambassadeur d’Israël en mai 2018, après de violentes manifestations à la frontière de Gaza au cours desquelles plus de 60 Palestiniens, dont la plupart étaient considérés comme des membres du Hamas et d’autres groupes terroristes, ont été tués. Après les émeutes, Erdogan a qualifié Israël d’“État terroriste”.

L’invitation de Çavuşoğlu est la première adressée à un ministre israélien depuis.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, s’adresse aux médias, à Ankara, en Turquie, le 28 novembre 2019. (AP Photo/Burhan Ozbilici)

Le ministre des Affaires étrangères, s’adressant aux médias turcs cette semaine, a déclaré, selon Kan : « S’il y a un changement de politique de la part d’Israël, nous serons prêts à envisager un changement de politique de notre part également. Nous avons actuellement des relations économiques, mais le reste de nos relations nécessitera des mesures pour les corriger. »

La conférence diplomatique se tiendra à Antalya en juin.

En décembre 2020, Erdogan a déclaré qu’il souhaitait améliorer les relations avec Israël après des années de critiques. « Nos relations avec Israël en matière de renseignement n’ont de toute façon pas cessé, elles se poursuivent », a déclaré Erdogan lors d’une conférence de presse. « Nous avons quelques difficultés avec les personnes au sommet ».

Le vice-président américain de l’époque Joe Biden, (à gauche), pose pour les photographes avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, (à droite), avant une rencontre au palais Yildiz Mabeyn à Istanbul, le 23 janvier 2016. (Kayhan Ozer/ Service de presse présidentiel, Pool via AP/File)

Il a souligné qu’Ankara « ne peut accepter l’attitude d’Israël à l’égard des terres palestiniennes » et que « nous divergeons d’Israël en termes de compréhension de la justice et de l’intégrité territoriale des pays. »

Mais, a-t-il noté : « Sinon, notre cœur souhaite que nous puissions améliorer nos relations avec eux. »

Après l’élection du président américain Joe Biden, la Turquie a déclaré qu’elle nommerait un nouvel ambassadeur en Israël, dans le but de renforcer les liens avec Washington.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...