Keyes, porte-parole de Netanyahu « prend congé » après une série d’accusations
Rechercher

Keyes, porte-parole de Netanyahu « prend congé » après une série d’accusations

Le conseiller auprès des médias étrangers dit vouloir "blanchir son nom" et décrit les accusations portées contre lui de "fausses et trompeuses"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

David Keyes, (à gauche), accompagne le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 mars 2018. (Marc Israel Sellem/pool)
David Keyes, (à gauche), accompagne le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 mars 2018. (Marc Israel Sellem/pool)

David Keyes, le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu auprès des médias étrangers a annoncé qu’il prenait congé pour blanchir son nom après avoir été accusé d’agressions sexuelles par plus d’une dizaine de femmes.

« Au regard des accusations fausses et trompeuses portées contre moi, et afin de rester concentrer sur les travaux important du Premier ministre, j’ai demandé un congé pour pouvoir blanchir mon nom », a déclaré Keyes dans un communiqué

« Je suis confiant que la vérité émergera », a-t-il dit.

Au moins 12 femmes ont rapporté les avances agressives et les comportements déplacés de Keyes.

La candidate au Sénat de l’État de New York, Julia Salazar, a détaillé mardi sa présumée agression sexuelle par Keyes en 2013. Par la suite, Shayndi Raice, journaliste au Wall Street Journal, répondant à l’allégation de Salazar, a décrit une rencontre « épouvantable » avec Keyes, qu’elle a qualifiée de prédateur. D’autres femmes ont également témoigné sous couvert d’anonymat.

Le bureau du Premier ministre n’a pas commenté ces accusations mais a indiqué avoir accédé à la demande de congé de Keyes.

Quatre députées avaient demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de suspendre David Keyes..

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...