Après le meurtre d’une députée, les élus britanniques optent pour le Krav Maga
Rechercher

Après le meurtre d’une députée, les élus britanniques optent pour le Krav Maga

Les membres du parlement britannique apprennent le Krav Maga pour apprendre comment désarmer puis fuir un possible assaillant

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des soldats de la brigade Golani de Tsahal pendant un entraînement de Krav Maga sur la base militaire de Regavim, le 19 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)
Des soldats de la brigade Golani de Tsahal pendant un entraînement de Krav Maga sur la base militaire de Regavim, le 19 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)

Après le meurtre de la députée Jo Cox juste avant le vote pour le référendum du Brexit en juin, les législateurs britanniques apprennent le Krav Maga israélien afin de se défendre de possibles attaques violentes.

On propose des cours aux membres du Parlement et à leurs personnels pour repousser de possibles assaillants armés de couteaux et d’armes, a annoncé le Daily Mail.

Les leçons sont proposées par Parli-Trainin, une entreprise qui offre normalement des conseils sur le lobby et l’écriture de discours, a précisé l’article. Deux députés et 18 assistants parlementaires ont participé à la première session d’entraînement, selon le fondateur de l’entreprise Mendora Ogbogbo.

« Nous leur apprenons les techniques à utiliser si quelqu’un vient avec un couteau ou une arme afin qu’ils puissent les désarmer et courir. On ne leur apprend pas à combattre, a déclaré Ogbogbo au Daily Mail.

« Une autre technique que nous leur enseignons est appelée le « rhino » où ils savent comment couvrir les parties vulnérables de leur tête si un assaillant les frappe. Cela leur donnera trois ou quatre minutes vitales avant que quelqu’un intervienne.

Ogbogdo a déclaré que les leçons seront concentrées sur les formes pratiques d’attaques physiques, y compris « un coup de poing circulaire à la tête », « une attaque à la bouteille, au verre, au cendrier à la tête », une « attaque avec un couteau, le plus souvent un couteau à cran d’arrêt d’environ 10 cm ou un couteau de cuisine ».

Développé en Israël pour la première fois en 1940 par un Juif hongrois, le Krav Maga, l’hébreu pour « combat rapproché », emprunte des techniques de la boxe, la lutte et le jiu-jitsu.

Avec la montée du nazisme et du fascisme dans l’Europe de années 1930, Imi Lichtenfeld a rassemblé autour de lui des jeunes Juifs qu’il voulait entraîner à l’auto-défense. Après avoir fui l’Europe au début des années 1940, il a rejoint l’armée israélienne à peine formée en 1948, où il a essayé de créer une méthode d’auto-défense qui était simple, efficace et rapide à apprendre pour correspondre aux besoins de l’armée.

https://youtu.be/CCoMpBRQrgk

Le Krav Maga est imméditament devenu une partie de la doctrine de l’armée, et a ensuité évolué au fil des années en fonction des besoins et des remarques de soldats de terrain.

Plusieurs armées étrangères ont depuis lors développé la méthode, recrutant des anciens instructeurs israéliens pour former leurs troupes.

La députée travailliste Jo Cox, âgée de 41 ans, a été abattue et poignardée par un activiste d’extrême droite le 16 juin dans la circonscription du Yorkshire alors qu’elle faisait campagne au Royaume Uni pour rester dans l’Union Européenne à l’approche du référendum.

La députée britannique Jo Cox (Crédit : Facebook)
La députée britannique Jo Cox (Crédit : Facebook)

Thomas Mair, âgé de 52 ans, a été inculpé de meurtre. On a précisé que la police a retrouvé des objets Nazi et de la littérature d’extrême droite dans sa maison à la suite du meurtre. Lorsqu’on lui a demandé son nom au tribunal, il a déclaré « mort aux traitres, liberté pour la Grande Bretagne ».

Le mois dernier, un homme britannique a été accusé d’harcèlement pour avoir envoyé des menaces de mort et des messages antisémites à un député juif du Parti travailliste.

John Nimmo, âgé de 28 ans, a été inculpé de deux chefs d’accusation pour avoir causé du stress et de l’angoisse à Luciana Berger après lui avoir envoyé des photos de couteaux avec des messages d’avertissement qu’elle aurait le « même traitement que Jo Cox » et de « regarder dans son dos de sale juive, avec les respects de votre ami le nazi ».

Berger a déclaré au tribunal que les menaces de Nimmo lui ont causé une « énorme détresse » et qu’elle était « préoccupée pour sa sécurité et s’est immédiatement sentie menacée ».

« La plus grande peur était de ne pas savoir qui me menaçait, parce que l’assaillant aurait pu habiter juste à côté de chez moi, a-t-elle déclaré lors de l’audience. J’avais déjà reçu des messages antisémites avant, mais recevoir les deux ensemble, avec la référence à ma collègue Jo Cox, c’était terrifiant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...