Après les frappes, Moscou appelle à la « retenue » sur le Golan
Rechercher

Après les frappes, Moscou appelle à la « retenue » sur le Golan

Le ministre russe des Affaires étrangères a défendu le droit du régime syrien à combattre les groupes terroristes

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (à gauche) et le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov (à droite) pendant une conférence de presse sur la crise syrienne à Genève, le 9 septembre 2016. (Crédit : AFP/Fabrice Coffrini)
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (à gauche) et le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov (à droite) pendant une conférence de presse sur la crise syrienne à Genève, le 9 septembre 2016. (Crédit : AFP/Fabrice Coffrini)

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé mardi à la retenue sur le plateau du Golan, dans un contexte de tensions croissantes à la frontière israélo-syrienne, alors que l’armée israélienne continue à cibler le régime syrien en réponse à des tirs de mortiers transfrontaliers.

La déclaration a eu lieu alors qu’Israël, dont les avions ont visé mardi des positions militaires syriennes à deux occasions après des tirs de mortiers qui sont des « balles perdues » de la guerre civile, qui s’intensifie dans la région.

Lavror a défendu les offensives du régime syrien pour reprendre la zone au groupe rebelle Fatah al-Shams, autrefois Front al-Nosra, qui ont entraîné l’intensification des combats, et ses débordements en Israël.

« Il faut montrer de la retenue et n’autoriser aucune provocation sur le plateau du Golan », a déclaré Lavrov selon l’agence de presse russe Tass.

« Il y a des terroristes, universellement reconnus comme des ennemis de l’humanité, sur le plateau du Golan. Mais, évidemment, les affronter comprend des frappes aériennes qui doivent s’inscrire dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU dédiées au plateau du Golan et avec une retenue générale, éviter toutes provocations », a-t-il déclaré selon l’agence de presse Sputnik.

Dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu, le régime peut continuer à combattre les groupes terroristes au sein des rebelles syriens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...