Après une baisse, Israël assiste à une hausse hebdomadaire record des infections
Rechercher

Après une baisse, Israël assiste à une hausse hebdomadaire record des infections

Avec 443 nouveaux cas de COVID-19 enregistrés depuis mardi matin, le nombre total de malades est de 14 326 avec 187 décès ; cette hausse accompagne un bond du nombre de tests

Un employé contrôle la température d'un client avant qu'il n'entre dans un magasin de Jérusalem, le 20 avril (Crédit : Emmanuel Dunand/AFP)
Un employé contrôle la température d'un client avant qu'il n'entre dans un magasin de Jérusalem, le 20 avril (Crédit : Emmanuel Dunand/AFP)

Le nombre de malades atteints par le coronavirus en Israël s’élevait à
14 326 mercredi matin. Trois personnes sont décédées des suites de la maladie pendant la nuit, ce qui porte le nombre de morts des suites du coronavirus à 187.

Les 443 nouveaux cas enregistrés au cours des dernières vingt-quatre heures représentent la plus forte hausse du nombre d’infections en un jour depuis le 15 avril. Ce chiffre reste toutefois inférieur à celui des patients qui ont été déclarés guéris lors de la journée passée (668), ce qui confirme une tendance qui a commencé la semaine dernière.

Il est impossible pour le moment de créer un lien de cause à effet entre ce nombre de nouveaux cas et l’augmentation des dépistages. Le ministère de la Santé a annoncé mardi qu’il avait procédé à 12 281 tests de dépistage – un record – dans la journée de lundi.

Parmi les dernières victimes du coronavirus, une femme âgée de 95 ans qui est décédée au centre médical Soroka de Beer Sheva et qui souffrait d’une maladie sous-jacente. Une femme de 52 ans avec comorbidité a également succombé des suites du COVID 19 au centre médical Soroka de Jérusalem.

Un professionnel de santé reçoit un patient du coronavirus à l’hôpital Shaaré Zedek à Jérusalem, le 16 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 148 personnes se trouvent actuellement dans un état grave, ce qui représente une hausse de 4 % depuis mardi matin. Onze personnes sont placées sous respirateur – un chiffre en légère baisse depuis hier.

124 Israéliens sont dans un état modéré. Les autres ne présentent que des symptômes légers.

Un total de 4 961 personnes, dans le pays, ont guéri du virus.

Le total de tests de dépistage effectués lundi avait battu le record établi jeudi dernier, lorsque le ministère avait fait savoir qu’il avait réalisé 11 908 tests.

Dans les trois jours qui ont suivi, ce nombre s’est situé entre 9 419 et
10 038.

Les chiffres, la semaine dernière, ont marqué une forte augmentation du nombre de tests par rapport à une longue période où seuls 6 000 à 7 000 tests au quotidiens étaient réalisés au sein de l’Etat juif.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait établi un objectif de 30 000 tests par jour, mais une pénurie de réactif avait amené Israël à lutter pour approcher les 10 000 tests quotidiens.

Un membre de l’équipe médicale du Magen David Adom, portant un équipement de protection, manipule un test de coronavirus effectué sur un patient à Jérusalem, le 17 avril 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le nombre croissant de guérisons ainsi que le rythme apparemment ralenti de nouvelles infections surviennent alors qu’Israël commence à mettre en place une légère levée des restrictions qui avaient été imposées à cause du virus et tente de rouvrir l’économie. Les responsables ont toutefois averti que les mesures pourraient être remises en place si le nombre de cas devait recommencer à grimper.

Le cabinet a voté, mercredi matin, la limitation sévère des commémorations et célébrations lors des prochaines fêtes – notamment celle de l’indépendance et autres journées de commémoration ainsi que celles qui devaient marquer le mois sacré du Ramadan pour les musulmans – dans le but de prévenir une nouvelle propagation du virus.

Le ministère de la Santé a expliqué, mercredi, qu’il lançait une campagne de relations publiques consacrée au mois sacré du ramadan, qui commence le 23 avril.

Des gens déambulent sous les lumières qui décorent la porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, alors que les musulmans du monde entier se préparent à fêter le Ramadan dans un contexte de pandémie de coronavirus, le 19 avril 2020 (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le ministère a indiqué que la campagne appellera tous ceux qui font le ramadan à n’organiser la prière marquant la rupture du jeûne quotidien qu’en présence de ceux qui partagent le même foyer, et à passer le dîner de l’Iftar dans les mêmes conditions.

« Cette année, nous célébrerons la fête séparément de manière à pouvoir, l’année prochaine, la passer avec nos familles », clame un message de la campagne, selon un communiqué du ministère de la Santé.

En plus des affiches, la campagne comportera également un certain nombre de publicités qui seront publiées sur les sites d’informations et sur les réseaux sociaux arabophones, ainsi que l’envoi de messages textos.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...