Aqaba attire les touristes israéliens en proposant des vacances à prix cassés
Rechercher

Aqaba attire les touristes israéliens en proposant des vacances à prix cassés

Les vacanciers affirment que les prix dans la station balnéaire jordanienne de la mer Rouge représentent un quart de ceux d'Eilat, la ville israélienne voisine

Vue de la ville jordanienne d'Aqaba, vue depuis la ville israélienne d'Eilat. Le 10 novembre 2019. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Vue de la ville jordanienne d'Aqaba, vue depuis la ville israélienne d'Eilat. Le 10 novembre 2019. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Aqaba, le passage reliant la station balnéaire d’Eilat, au sud du pays, à sa voisine jordanienne, a rouvert dimanche. Selon les médias israéliens, les prix des vacances, qui représentent une fraction du coût en Israël, incitent les touristes à franchir la frontière. Comme l’a déclaré un touriste à la Douzième chaîne, Aqaba est « proche d’Eilat, avec l’atmosphère d’Eilat et la moitié du prix d’Eilat ».

Les prix en Israël ont été poussés à la hausse alors que les industries hôtelières et touristiques luttent pour survivre après les pertes dévastatrices causées par les fermetures prolongées et les restrictions pendant la pandémie de coronavirus. Le passage Yitzhak Rabin d’Eilat est prévu pour fonctionner du dimanche au jeudi, de 8 heures à 15 heures.

Des Israéliens qui attendaient de passer la frontière ont confié à la Douzième chaîne que ce sont les prix attractifs qui les ont incités à voyager à l’étranger. Un homme a déclaré que des vacances en famille à Eilat lui auraient coûté 16 000 shekels mais que les mêmes vacances à Aqaba ne lui coûteront que 5200 shekels.

Une étude menée par la Douzième chaîne et le radiodiffuseur public Kan a révélé que les prix à Aqaba a révélé que les prix à Aqaba ne représentent parfois qu’un quart du coût d’un séjour dans un hôtel comparable à Eilat.

Pour une famille avec deux enfants, un séjour de quatre jours en milieu de semaine dans un hôtel cinq étoiles à Eilat coûterait 11 905 shekels, selon la Douzième chaîne. À Aqaba, dans un hôtel similaire, le prix était de 4 293 shekels. Un week-end à Eilat pour la même famille coûterait 12 600 shekels contre 3 600 shekels  à Aqaba, selon la chaîne.

Kan a examiné les prix des hôtels pour un couple séjournant le week-end à Aqaba et a constaté que les prix par nuit variaient entre 1 300 et 2 100 shekels. À Eilat, les prix pour une visite similaire à l’hôtel variaient de 2 500 shekels à 8 000 shekels.

Des gens profitent de la plage dans la station balnéaire d’Eilat, le 6 novembre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Les Israéliens vaccinés contre le COVID-19 ne sont pas tenus de passer un test de coronavirus PCR avant d’entrer en Jordanie, mais ceux qui ne sont pas vaccinés, y compris toute personne qui s’est rétablie du COVID-19, doivent présenter un test de virus négatif à la frontière, a précisé la Douzième chaîne.

En rentrant dans le pays, tous les Israéliens doivent subir un test de dépistage du virus dans les 72 heures suivant leur retour. Ceux qui ne sont pas vaccinés, y compris les enfants, devront rester en quarantaine pendant 14 jours à leur retour, cette période pouvant être réduite à 10 jours avec deux tests négatifs.

Alona Tatarsky, propriétaire de l’agence de voyage Roam Jordan, a déclaré à Kan qu’elle avait été contactée par de nombreux Israéliens désireux de passer des vacances en Jordanie. Elle a rejeté toute inquiétude concernant les voyages dans ce pays arabe.

« La Jordanie », a-t-elle dit, « est un pays très sûr, y compris pour les Israéliens ». De nombreux Israéliens auxquels Kan a parlé se sont plaints de ce qu’ils ont appelé les prix injustifiés à Eilat.

Les prix des hôtels ont attiré l’attention du ministre du Tourisme Yoel Razvozov, qui a déclaré le mois dernier à la Douzième chaîne qu’il avait décidé de retirer de l’antenne une campagne publicitaire pour le tourisme intérieur, lancée avant son entrée en fonction début juin, en raison des coûts élevés des logements de vacances.

« Je ne vois pas de raison de poursuivre la campagne alors que les prix des vacances sont si élevés – il est dommage de gaspiller des fonds publics à ce sujet », a déclaré M. Razvozov. « Les vacances ne sont pas réservées aux riches. » Le ministre s’est engagé à « agir de toute urgence » afin de résoudre le problème.

Le nouveau ministre du Tourisme Yoel Razvozov lors d’une cérémonie de passation de pouvoir, le 15 juin 2021. (Crédit : Moshe Hermon/Benovich Communications)

La semaine dernière, le ministère du Tourisme a annoncé une initiative visant à demander à l’Association hôtelière israélienne (IHA) de dresser une liste des hôtels prêts à accorder des réductions aux clients potentiels. L’IHA devrait publier une liste de plus de 100 hôtels du pays offrant au moins 15 % de réduction, ainsi que d’autres offres.

Le ministère a déclaré que les prix en Israël étaient particulièrement élevés en raison de la crise de la COVID, qui a entraîné une grave pénurie de travailleurs, et des restrictions imposées aux touristes entrant en Israël. Un représentant du ministère du Tourisme a déclaré que les hôtels de la mer Morte et d’Eilat, deux des plus grandes destinations touristiques d’Israël, avaient refusé de participer à l’initiative, en partie parce que les hôtels tournent déjà à plein régime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...