Arabes israéliens et participation, Raam est à la limite du seuil électoral
Rechercher
Analyse

Arabes israéliens et participation, Raam est à la limite du seuil électoral

Les sondages prévoient une baisse du vote arabe par rapport à 2020, la Liste arabe unie qui avait obtenu 15 sièges est sur le point de tomber à 7 ou 8, et Raam pourrait être exclu

Mansour Abbas, candidat du parti Raam, s'adresse aux électeurs arabes à Kafr Kanna, le 22 février 2021. (Autorisation de la Liste arabe unie)
Mansour Abbas, candidat du parti Raam, s'adresse aux électeurs arabes à Kafr Kanna, le 22 février 2021. (Autorisation de la Liste arabe unie)

Le taux de participation élevé et l’enthousiasme des Arabes israéliens ont propulsé la Liste arabe unie à 15 sièges à la Knesset en mars 2020. Mais les partis arabes ont obtenu relativement peu de réalisations législatives, malgré le grand nombre de sièges de leur liste commune.

Mardi, meurtries par une année de luttes intestines au sein de leur coalition éclatée, les quatrièmes élections israéliennes trouvent les Arabes israéliens divisés et désabusés, avec moins de personnes susceptibles de voter qu’en 2020.

Selon un récent sondage d’opinion, seuls environ 59 % des Arabes israéliens prévoient de voter lors des prochaines élections, soit une baisse de six points par rapport à 2020. Des enquêtes antérieures avaient prédit des chutes encore plus sévères, bien que l’enthousiasme ait semblé légèrement croître ces dernières semaines.

« Il y a une sorte de dépression politique », a déclaré Yousef Makladeh, sondeur arabe israélien chevronné, qui attribue cette situation au conflit incessant entre les partis actuels de la Liste arabe unie et le parti dissident Raam.

Le chef de Balad, Sami Abou Shehadeh, s’adresse aux électeurs à Arraba, le 13 mars 2021. (Liste arabe unie)

Raam s’est séparé de la Liste arabe unie au début du mois de février en raison de la volonté de son dirigeant, Mansour Abbas, d’adopter un style différent de politique arabe israélienne. M. Abbas avait provoqué une vaste controverse parmi les Arabes israéliens en déclarant qu’il accepterait de faire partie d’un gouvernement dirigé par M. Netanyahu, franchissant ainsi ce que les trois autres partis arabes considèrent comme une ligne rouge.

Makladeh a souligné au Times of Israel que la situation reste fluide. De nombreux facteurs, tels que le nombre élevé d’Arabes israéliens en quarantaine, pourraient faire baisser encore plus le taux de participation.

« Si le taux de participation est plus proche de 55 % – ce qui avait été prédit auparavant – la Liste arabe unie pourrait obtenir sept sièges et Raam ne passerait pas du tout », a déclaré M. Makladeh.

Les factions arabes opposées ne cessent de s’affronter depuis que la scission est devenue officielle en février. Les deux parties n’ont même pas réussi à signer un accord sur les votes excédentaires, la tentative s’étant soldée par des récriminations.

« Lorsque tout est si violent sur le plan verbal, que tout le monde s’attaque, se traite de traître et se diabolise mutuellement, les premiers à en profiter sont les partis sionistes, même si le nombre d’électeurs diminue », a déclaré Makladeh.

Mais la participation des électeurs arabes israéliens ce mardi ne va pas seulement façonner l’avenir de la politique arabe israélienne. Elle a le potentiel de changer la carte politique israélienne.

Plus important encore, si Raam franchit le seuil des 3,25 % d’électeurs requis pour entrer à la Knesset, la politique israélienne verra entrer en scène un nouveau et puissant faiseur de roi. Pour la première fois dans l’histoire d’Israël, un parti arabe pourrait avoir une chance de déterminer qui deviendra le prochain Premier ministre d’Israël.

Le président du parti Raam et député de la Liste arabe unie, Mansour Abbas, à la Knesset à Jérusalem, le 11 novembre 2020. (Hadas Parush/ Flash90)

Un taux de participation arabe légèrement plus élevé, autour de 59 %, serait probablement suffisant pour que Raam passe le seuil et obtienne au moins quatre sièges, a déclaré M. Makladeh.

Il serait politiquement difficile pour Netanyahu d’accueillir les islamistes d’Abbas dans la coalition. En fait, le Premier ministre a déjà renoncé à offrir à Abbas une place dans son gouvernement, et a plutôt exhorté les électeurs de Raam à voter directement pour le Likud.

Mais en politique, les ennemis jurés d’hier sont les partenaires de demain – par la force des choses. Et si beaucoup ont écarté les chances de Raam en février, les sondages donnent aujourd’hui au mouvement d’Abbas plus qu’une chance de se battre lors du vote de mardi.

Si M. Abbas franchit le seuil, son parti pourrait exercer une influence considérable sur le champ de bataille de la politique israélienne, qui est dans l’impasse – quatre sièges qu’il serait difficile de refuser.

« Si Netanyahu a besoin de ces quatre sièges pour conforter son gouvernement, il dira à ses partenaires de droite comme [Itamar] Ben Gvir de se taire, et Raam sera prêt à les rejoindre », a déclaré le chercheur Arik Rudnitsky, qui étudie la politique arabe israélienne à l’Institut israélien de la démocratie.

Lorsque la Liste arabe unie s’est scindée en février, les observateurs ont largement cru que Raam passerait sous le seuil électoral, perdant ainsi des dizaines de milliers de voix arabes. Pourtant, sondage après sondage ces derniers jours, les islamistes ont été annoncés comme devant remporter des sièges à la Knesset.

Une affiche électorale de la Liste arabe unie, représentant le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec une légende en arabe : « Le père de la loi sur l’État-nation, dit ‘une nouvelle approche’, qui trompe-t-il ? », lors d’une manifestation d’Arabes israéliens dans la ville majoritairement arabe d’Umm al-Fahm dans le nord d’Israël, le 5 mars 2021, contre le crime organisé et la violence intra-communautaire. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Certains attribuent le soutien constant à Raam à ses origines en tant que branche sud du Mouvement islamique israélien. Le mouvement gère un réseau d’organisations caritatives et gère des installations éducatives et religieuses, ce qui lui confère des racines profondes, notamment dans le sud d’Israël.

« La force de Raam est bien plus grande que nous ne le pensons. Leur réseau est extrêmement fort, en particulier dans le Néguev, et il leur donne l’infrastructure nécessaire pour développer leur soutien », a déclaré un officiel de la Liste arabe unie au Times of Israel jeudi.

En outre, un nombre surprenant d’Arabes israéliens pourraient en fait soutenir la théorie du changement de Raam – même s’ils hésitent à voter pour les islamistes conservateurs le jour des élections.

Dans un récent sondage réalisé par Rudnitsky, 46 % des Arabes israéliens ont déclaré qu’ils pensaient qu’il était souhaitable que les partis arabes fassent partie de toute coalition gouvernementale – et pas seulement d’une coalition de centre-gauche. Alors que certains membres de la Liste arabe unie hésitent encore à participer à un gouvernement, Raam a accepté cette possibilité.

Abu Yair

La quatrième élection en moins de deux ans pourrait avoir une impression de déjà vu pour de nombreux Israéliens, certains spéculant déjà sur l’imminence d’un cinquième tour.

Cependant, le présent scrutin a été marqué par des éléments totalement nouveaux, notamment la campagne vigoureuse menée par Netanyahu pour gagner des voix arabes.

Les Arabes israéliens ont regardé avec incrédulité Netanyahu – qui se fait appeler par son surnom en langue arabe « Abu Yair (Père de Yair) » – tenir des conférences de presse avec des maires arabes, boire du café avec des chefs bédouins locaux et s’engager à résoudre les problèmes de la communauté arabe.

« Votez Likud, votez Abu Yair », a déclaré Netanyahu dans une vidéo de dernière minute, publiée samedi soir, promettant des vols directs d’Israël à La Mecque pour transporter les Arabes musulmans lors du pèlerinage sacré du Hajj.

Des femmes bédouines passent devant des panneaux d’affichage de la campagne du parti de droite israélien Likud, avec une photo de son leader, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans la ville bédouine de Rahat, près de la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 10 mars 2021. (HAZEM BADER/AFP)

C’est un virage étrange pour Netanyahu, qui n’a pas hésité à vilipender les Arabes lors de précédentes campagnes électorales, et dont le gouvernement que de nombreux Arabes israéliens blâment pour ce qu’ils considèrent comme une législation discriminatoire : la loi sur l’État-nation de 2018, qui a déclassé le statut officiel de la langue arabe, et une loi de 2017 visant les constructions arabes illégales.

Néanmoins, selon l’enquête de Rudnitsky, environ 1,6 siège de votes arabes iront au Likud le 23 mars.

« Le Likud devrait recueillir environ 10 000 voix dans le Néguev parmi les Bédouins. Il recueille également des voix parmi les Druzes, environ 25 à
30 % des voix druzes », a déclaré Makladeh.

M. Rudnitsky a indiqué que le crime organisé était un facteur qui pourrait jouer un rôle dans le soutien direct au Likud parmi les Arabes israéliens. La fin de la violence croissante et du crime organisé dans leurs communautés est régulièrement citée comme la plus grande priorité des Arabes israéliens dans les sondages d’opinion.

Netanyahu a promis d’agir sur la question, affirmant qu’il avait l’intention de faire passer un plan de plusieurs milliards de shekels pour combattre le phénomène. Pour certains, la recherche d’une sécurité personnelle de base pourrait l’emporter sur d’autres préoccupations idéologiques.

« Lorsqu’il s’agit de crime organisé, et de la capacité à obtenir des résultats – cela joue en faveur de Bibi », a déclaré Rudnitsky, en faisant référence à Netanyahu par son autre surnom.

À la fermeture des bureaux de vote demain, que le parti Raam soit élu ou que la Liste arabe unie obtienne sept ou neuf sièges, Netanyahu pourra probablement se féliciter d’une victoire majeure grâce à ses manœuvres politiques auprès des Arabes israéliens.

Un large bloc de rivaux de Netanyahu a passé les élections à se battre entre eux, plutôt que contre lui. Si Raam entre à la Knesset, Netanyahu aura un partenaire potentiel qui pourrait lui offrir un autre mandat au pouvoir – brisant ainsi une impasse qui dure depuis quatre élections.

Mais si Raam ne parvient pas à franchir le seuil, le Premier ministre aura réduit de moitié son opposition arabe en une seule élection. La part relative de la Knesset parmi les partis juifs – y compris parmi les partenaires de droite de la coalition de Netanyahu – augmentera en conséquence.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un centre de vaccination contre le coronavirus dans la ville arabe de Nazareth, le 13 janvier 2021. (Crédit : Gil ELIYAHU / POOL / AFP)

Et, après le succès vertigineux de l’année dernière, la Liste arabe unie devra probablement se présenter devant sa communauté et essayer de justifier une chute vertigineuse de 15 sièges à seulement sept ou huit.

Dans un appel de dernière minute, le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a exhorté les Arabes israéliens à se rendre aux urnes pour empêcher un gouvernement dirigé par Netanyahu.

« Chaque siège que nous obtenons enlève deux sièges à l’alliance de Netanyahu, [Itamar] Ben Gvir et [le chef du Parti sioniste religieux, Bezalel] Smotrich, qui constituent la coalition d’extrême droite la plus dangereuse pour nous et nos enfants », a déclaré M. Odeh.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...