Rechercher

Argentine: une statue d’Anne Frank volée à Buenos Aires, probablement pour le métal

La "mafia du bronze" a commis de multiples vols dans la capitale de l'Argentine ces dernières années ; l'antisémitisme ne serait pas en cause, selon un groupe de veille

Le socle où se trouvait la statue d'Anne Frank qui a été volée à Buenos Aires. (Crédit : Ambassade des Pays-Bas en Argentine/Twitter)
Le socle où se trouvait la statue d'Anne Frank qui a été volée à Buenos Aires. (Crédit : Ambassade des Pays-Bas en Argentine/Twitter)

BUENOS AIRES, Argentine (JTA) — Des vandales ont volé une statue commémorant Anne Frank installé dans la capitale de l’Argentine. Les responsables de la communauté juive ont estimé que ce vol avait été probablement motivé par la valeur du bronze utilisé pour faire la statue, écartant la possibilité d’un crime antisémite.

L’ambassade des Pays-Bas à Buenos Aires a publié sur Twitter une photo du socle de la statue, vendredi, ainsi qu’un message condamnant ce vol. La police n’a pas donné de détail sur l’incident.

Plusieurs statues en bronze et en métal ont été volées dans la ville ces dernières années – des vols qui auraient été commis par un groupe qui a été surnommé par certains « la mafia du bronze ». Le plus important cimetière juif de la province de Buenos Aires a connu des vols répétés depuis l’année dernière.

« Si c’était un cas d’antisémitisme, il y aurait eu des actes de vandalisme sur la statue, certains signes – la statue aurait probablement été détruite », a commenté Ariel Gelblung, directeur du Centre Simon Wiesenthal pour l’Amérique latine auprès de JTA. « Mais ce n’est pas le cas. C’est une histoire de métal ».

La branche latino-américaine du Centre Wiesenthal a réclamé une réponse rapide de la part des autorités.

Cette statue est une réplique de celle qui a été installée à Amsterdam, où Anne Frank et sa famille avaient vécu dans la clandestinité pendant la Seconde guerre mondiale. La version argentine avait été inaugurée en 2014 sur la place du royaume des Pays-Bas, localisée dans le quartier Puerto Madero de Buenos Aires, un quartier touristique populaire.

Le rabbin Awraham Soetendorp, survivant hollandais de la Shoah et ancien président de l’Union pour le judaïsme réformé en Europe, avait été le principal intervenant lors de l’inauguration de la statue. Il avait expliqué qu’une femme au foyer néerlandaise l’avait mis dans une valise, il y a sept décennies, pour lui sauver la vie alors qu’il n’avait que trois mois.

« Si aujourd’hui je suis ici, c’est grâce à la compassion humaine », avait-il déclaré.

Il y a aussi une Maison et un musée Anne Frank à Buenos Aires, qui ont ouvert leurs portes en 2009.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...