Au moins 13 ministres utilisent la Loi norvégienne
Rechercher

Au moins 13 ministres utilisent la Loi norvégienne

La loi norvégienne permet à tout député qui est ministre de démissionner temporairement, ce qui permet au candidat suivant sur la liste du parti d'entrer au Parlement à sa place

Les députés lors d'une session spéciale en l'honneur de la Journée de Jérusalem à la Knesset, le 10 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les députés lors d'une session spéciale en l'honneur de la Journée de Jérusalem à la Knesset, le 10 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs ministres récemment investis ont démissionné de leur poste à la Knesset en vertu de la loi norvégienne, permettant ainsi à de nouveaux députés de prendre leur place.

La loi norvégienne permet à tout député qui est nommé à un poste ministériel de démissionner temporairement de la Knesset, ce qui permet au candidat suivant sur la liste du parti d’entrer au Parlement à sa place.

Jusqu’à présent, 13 ministres auraient démissionné de leur siège à la Knesset ou auraient fait part de leur intention de le faire : Avigdor Liberman, Oded Forer et Hamad Amar de Yisrael Beytenu ; Pnina Tamano, Chili Tropper et Orit Farkash-Hacohen de Kakhol lavan, Orna Barbivai et Yoel Razvozov de Yesh Atid, Zeev Elkin et Yoaz Hendel de Tikva Hadasha Hope, Tamar Zandberg et Issawi Frej de Meretz et Matan Kahana de Yamina.

Le nouveau gouvernement, avait assuré lundi dernier Yair Lapid lors d’une réunion de sa faction Yesh Atid à la Knesset, « va prêter serment et il va durer ». Contrairement aux coalitions précédentes, avait-il expliqué, il est fondé « sur de bonnes choses : sur la confiance, sur la justice et l’équité, sur la bonne volonté ».

Mais, avait-il admis, il y a au moins un point commun entre l’ancien et le nouveau gouvernement – un point commun que lui-même a déploré plus que tous les autres membres de son entourage.

C’est la taille immense du nouveau gouvernement d’unité – avec 28 ministres au cabinet et six vice-ministres – ce qui fera de lui le troisième gouvernement le plus grand en taille de toute l’Histoire d’Israël. A ce point de vue, il se place à la troisième place du classement des 36 gouvernements qui se sont succédés depuis l’établissement de l’État juif, arrivant après le gouvernement sortant (qui comptait 35 ministres au cabinet) et celui que Netanyahu avait dirigé entre 2009 et 2013 (avec 30 ministres).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...