Australie : la cour accorde 500 000 euros à la victime d’un pédophile orthodoxe
Rechercher

Australie : la cour accorde 500 000 euros à la victime d’un pédophile orthodoxe

Manny Waks, qui a été abusé lorsqu'il fréquentait une école juive à Melbourne, a expliqué avoir porté plainte contre David Cyprys pour la "justice et la responsabilité"

Manny Waks devant le Yeshivah College de Melbourne (Crédit : News Corp. Autorisation de Manny Waks)
Manny Waks devant le Yeshivah College de Melbourne (Crédit : News Corp. Autorisation de Manny Waks)

Un tribunal d’Australie a accordé plus de 495 000 euros à un homme qui réclamait des dommages et intérêts au pédophile en série condamné qui avait abusé de lui lorsqu’il était enfant, dans une école orthodoxe dirigée par le Yeshivah Center, appartenant au mouvement Habad, à Melbourne.

D’autres victimes de David Cyprys ont également porté plainte contre le centre, mais Manny Waks a été le tout premier à faire comparaître son agresseur devant la cour.

La magistrate Jacinta Forbes, qui siège à la Cour suprême de Victoria, a accordé la somme de 500 000 euros à la victime, abusée sexuellement au Yeshivah College pour garçons.

« Les deux premières raisons du dépôt de plainte dans ce dossier ont été le souci de justice et de reconnaissance de responsabilité », a commenté Manny Waks, qui est également un éminent avocat défendant d’autres victimes d’abus sexuels, sur sa page Facebook.

« Comme souvent dans ce cas, il est important pour les victimes et pour les survivants de violences sexuelles de faire assumer leurs responsabilités aux auteurs de ces violences. Cela aide dans notre processus de guérison. L’argent est un facteur secondaire – nous ignorons encore si Cyprys dispose des fonds nécessaires pour couvrir les coûts associés à ce jugement », a-t-il ajouté.

Dans son jugement, Forbes a estimé que « la fréquence des violences a été telle qu’elle a entraîné des blessures, des humiliations et des blessures psychiatriques », a fait savoir le journal Guardian. « Il [Waks] déclare qu’il y a des jours où il a le sentiment d’être paralysé et où il est incapable de faire quoi que ce soit ».

Manny Waks « traverse des moments où il est en capacité d’être productif, ce qui lui donne un sentiment d’autonomisation, et des moments où il a des sentiments d’inutilité et des tourments », a-t-elle continué.

David Cyprys, 51 ans, un serrurier à la tête de Shomer Security, avait été reconnu coupable en septembre 2011 de plusieurs actes d’attentats à la pudeur sur des étudiants du Yeshivah College de Melbourne entre 1984 et 1991. Il avait été inculpé pour le viol d’un jeune garçon et d’abus sexuels sur huit autres élèves et condamné à quatre ans de prison.

Il avait été libéré de la prison d’Hopkins au mois d’octobre 2019, puis de nouveau interpellé et transféré à Sydney, où il doit encore répondre d’autres accusations. L’agression sexuelle et les attentats à la pudeur présumés se seraient produits à Bondi, dans la banlieue de Sydney, dans les années 1980, avait rapporté le Sydney Morning Herald en octobre.

Malka Leifer, (à droite), est amenée dans une salle d’audience du tribunal de Jérusalem, le 27 février 2018. (Crédit : AP Photo / Mahmoud Illean, File)

Ces dommages et intérêts ont été accordés à Manny Waks vingt-quatre heures avant qu’un tribunal de Jérusalem n’autorise la présentation d’avis psychiatriques d’experts supplémentaires dans le dossier d’extradition de Malka Leifer, réclamée en Australie pour répondre de dizaines d’accusations d’abus sexuels qu’elle aurait commis alors qu’elle était directrice d’une école ultra-orthodoxe à Melbourne.

En 2008, quand des allégations d’abus sexuels à son encontre avaient commencé à apparaître, Leifer avait quitté son école, en Australie, et était revenue à Jérusalem.

La cour des magistrats de Jérusalem a accepté la demande de ses avocats, qui désiraient soumettre des opinions médicales contredisant les conclusions d’un panel psychiatrique qui avait établi que la pédophile présumée était apte à être extradée en Australie.

La décision d’autoriser les psychiatres Moshe Kotler et Shmuel Tiano, qui avaient témoigné l’année dernière que Malka Leifer souffrait d’une grave maladie mentale et n’était donc pas en mesure d’être extradée, à soumettre leurs avis va presque certainement forcer l’accusation à contre-interroger les deux médecins, prolongeant ainsi la procédure déjà longue de près de six ans, a indiqué un représentant de la justice au Times of Israël.

Manny Waks a réagi à la décision prise par la cour de Jérusalem en disant que cette dernière « tourne en ridicule le système judiciaire israélien », d’après le Guardian.

La semaine dernière, le Parlement australien a adopté à une écrasante majorité une motion bipartite critiquant « les nombreuses tentatives pour empêcher et retarder » l’extradition de Leifer et demandant à Israël de renvoyer immédiatement la pédophile présumée à Melbourne, où elle doit répondre de 74 chefs d’accusation pour abus sexuels sur des enfants.

Manny Waks, qui vit dorénavant en Israël, avait rendu publiques ses accusations contre Cypris en 2011, après les témoignages d’autres victimes. En 2018, il avait conclu un arrangement avec le Yeshivah Center dont les détails font l’objet d’une clause de confidentialité.

En 2016, il avait fondé Kol vOz, un groupe de sensibilisation et de soutien pour les survivants d’abus sexuels dans la communauté juive. Il a également porté plainte contre un autre homme de l’organisation Habad qui, selon lui, aurait abusé de lui quand il était enfant.

Jacob Magid et JTA ont participé à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...