Israël en guerre - Jour 292

Rechercher

Aux funérailles d’Elan Ganeles, les souvenirs éclipsent les appels à la vengeance

Les amis et la famille du jeune homme tué lors d'un attentat rendent tendrement hommage au défunt tandis qu'un ministre d'extrême-droite jure de venger sa mort

L'assistance dans la rue lors des funérailles d'Elan Ganeles, ressortissant israélo-américain originaire West Hartford, dans le Connecticut, âgé de 27 ans, le 1er mars 2023. (Crédit : AP/Tsafrir Abayov)
L'assistance dans la rue lors des funérailles d'Elan Ganeles, ressortissant israélo-américain originaire West Hartford, dans le Connecticut, âgé de 27 ans, le 1er mars 2023. (Crédit : AP/Tsafrir Abayov)

RAANANA (JTA) — Les moments les plus remarquables des funérailles d’Elan Ganeles, le jeune Juif américain de 27 ans et originaire de West Hartford, dans le Connecticut, qui a été tué cette semaine par un terroriste en Cisjordanie, ont probablement été les rires qui se sont élevés périodiquement de l’assistance.

Les descriptions d’un jeune homme incroyablement gentil, drôle, brillant et humble sont venues contraster de manière tranchante avec les interventions du représentant officiel du gouvernement venu à l’inhumation, qui a pour sa part appelé à la vengeance.

« Personne ne lèvera la main sur un Juif sur toute la Terre d’Israël », a dit le ministre du Patrimoine Amichai Eliyahu, membre du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit.

Un contraste qui est resté saisissant pendant toute la cérémonie qui avait été organisée à Raanana, une banlieue de Tel Aviv, en présence de près d’un millier de personnes.

Les amis et les membres de la famille de Ganeles ont évoqué une personnalité bienveillante, unique en son genre, qui apportait de la joie autour d’elle tandis que ceux qui ne connaissaient pas le jeune homme, qui venait tout juste d’être diplômé de l’université de Columbia et qui était venu au sein de l’État juif pour assister au mariage d’un ami, ont replacé son histoire tragique dans le contexte du conflit avec les Palestiniens, qui dure depuis des décennies.

Alors que les frères et les amis de Ganeles se succédaient, debout devant son corps enveloppé dans un linceul, ils ont tout à tour pleuré et ri en racontant leurs histoires sur l’amour que portait leur ami au savoir. Ses amis ont évoqué sa franchise désarmante et son côté tendrement agaçant.

« Elan était intelligent, curieux, maladroit, unique et, plus que tout, il avait ce côté agaçant qui était tellement adorable », a commenté un proche ami du défunt, Elan, qui le connaissait « depuis le berceau », entraînant les rires de l’assistance. « Je suis parfaitement conscient que qualifier quelqu’un d’agaçant à l’occasion de ses funérailles n’est pas vraiment habituel mais Elan était le seul sur cette Terre pour qui cette caractéristique était absolument positive, à tout point de vue. »

L’assistance lors des funérailles d’Elan Ganeles, 27 ans, ressortissant américano-israélien originaire de West Hartford, dans le Connecticut, à Raanana, en Israël, le 1er mard 2023. (Crédit : AP/Tsafrir Abayov)

Ganeles, s’est souvenu Raklin, posait « des questions intrusives » à ses amis les plus proches, « des questions à faire rougir, vraiment gênantes », a-t-il ajouté en riant, mais tous comprenaient bien que ce comportement ne traduisait qu’une chose : une complicité et une bienveillance profondes. « Peu importe les propos qu’il pouvait tenir, peu importe que ce soit irritant ou que ça mette mal à l’aise, on le sentait toujours tellement proche de nous », a-t-il continué, provoquant les rires et les sourires de tous ceux qui, dans l’assistance, le connaissaient bien.

Certains amis de Ganeles sont venus de l’étranger pour ses funérailles, comme l’a fait également le rabbin de sa famille, à la tête de la synagogue Young Israel de West Hartford qui a accompagné les parents du défunt, un couple de médecins, dans leur voyage si particulier au sein de l’État juif.

« Elan était le meilleur ami qu’on pouvait avoir », s’est exclamé Ari Zaken, son colocataire à New York, racontant une conversation que les deux jeunes avaient eue et où Ganeles avait sorti une liste de plus d’une centaine d’amis proches avec lesquels il s’assurait de garder le contact.

Elan Ganeles, au centre, lors d’une randonnée avec des amis. (Autorisation)

Ganeles, avide de connaissances, voyageur et passionné par l’ornithologie, vivait une vie riche et il avait de nombreux amis.

« Il a passé deux diplômes d’enseignement supérieur – il ne prévoyait d’en utiliser qu’un seul – parce qu’il adorait apprendre », a dit Gabe, son jeune frère. « Il avait deux boulots simplement parce qu’il était très intéressé par ce qu’il pouvait en tirer comme leçon. Il était notre expert en géographie, en histoire, en oiseaux. Il adorait la culture générale et il organisait des jeux de culture générale pour la famille et les amis, et il était capable de terminer une grille de mots croisés incroyablement difficile en un temps record. »

Gabe a terminé son hommage en ne pouvant plus retenir ses pleurs : « Elan était mon frère, mon meilleur ami et une source d’inspiration énorme pour moi. Il va tellement me manquer ».

Lundi, Elan avait laissé Gabe dans une gare du nord du pays avant de prendre la route vers le sud, empruntant la Route 90 qui traverse la Cisjordanie. Il devait se rendre au mariage d’un ami qui était organisé à Jérusalem, cette soirée-là. Il avait été tué à l’arme à feu par un terroriste palestinien alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture, à proximité de Jéricho.

« J’ai eu tellement de chance de pouvoir passer la dernière semaine de sa vie avec lui », a ajouté Gabe, qui s’est rappelé leurs visites sur des sites historiques d’Israël, la semaine dernière. « Il avait une audace totale et unique qui lui permettait de rassembler les gens autour de lui en permanence. Et malgré cette audace qui pouvait parfois décontenancer, Elan était l’homme le plus sérieux que je connaissais ».

L’assistance lors des funérailles d’Elan Ganeles, 27 ans, ressortissant américano-israélien originaire de West Hartford, dans le Connecticut, à Raanana, en Israël, le 1er mars 2023. (Crédit : Flash90)

La famille Ganeles avait tenté d’éviter de transformer ses funérailles en événement politique et elle avait apparemment demandé aux chaînes de télévision de ne pas assister à la cérémonie. « C’est notre ami, ce n’est pas seulement une autre victime du terrorisme palestinien », avait expliqué Jamie Landau, 27 ans, qui était restée au Kibboutz Sde Eliyahu lors d’un ulpan de cinq mois avec le jeune homme. Après, tous les deux avaient rejoint l’armée israélienne. Elan avait servi au sein de l’unité Mofet en tant que programmeur informatique, travaillant sur les salaires des soldats.

Toutefois, Eliyahu, le représentant d’extrême-droite du gouvernement, a eu un message clair : « Je vous le dis en tant que ministre de l’État d’Israël… Je vous le dis, ‘nous avons échoué’ et nous devrons faire tout notre possible pour que cela ne se reproduise pas ».

Ce membre du cabinet qui vient d’être nommé et qui n’est pas député a ensuite appelé à la vengeance. « Il n’est pas acceptable qu’un Juif qui vient dans ce pays puisse avoir peur de se trouver ici », a dit Eliyahu. « Et si nous avons des haineux, que Dieu puisse venger leur sang – et nous vengerons leur sang ».

Pendant les funérailles, les forces israéliennes ont mené un raid dans un camp de réfugiés palestiniens adjacent à la ville de Jéricho, pas très loin du lieu où Ganeles avait été tué. Ils ont arrêté quatre Palestiniens, notamment l’auteur présumé de l’attaque de Ganeles et son complice. Un autre Palestinien a été tué pendant ce raid.

L’assistance lors des funérailles d’Elan Ganeles, 27 ans, ressortissant américano-israélien originaire de West Hartford, dans le Connecticut, à Raanana, en Israël, le 1er mard 2023. (Crédit : Flash90)

Ce sont des centaines de personnes qui ont assisté aux funérailles, remplissant le cimetière de Raanana. D’autres ont assisté à la cérémonie depuis l’extérieur, regardant au-dessus des murs du cimetière, écoutant les éloges funèbres par le biais d’une diffusion en direct des interventions sur leurs téléphones portables. La majorité étaient des Juifs religieux qui ne connaissaient pas Ganeles et qui sont venus par sens du devoir et par désir de présenter un dernier hommage au défunt. Des drapeaux israéliens flottaient dans l’air, donnant à cette cérémonie de funérailles privée des allures d’événement national.

Ganeles avait été élevé dans une famille modern-orthodox dans le Connecticut et il avait fait des études dans une yeshiva en Israël après avoir obtenu son diplôme. Il avait alors décidé de rester en Israël et il avait servi pendant deux ans dans l’armée avant de revenir aux États-Unis pour y faire ses études supérieures.

Liora Lutrin, une lycéenne de 15 ans qui est arrivée en Israël il y a un an et demi, est restée aux côtés de ses camarades de classe de l’école religieuse pour filles Amit Rananim, chantant : « Nos frères de toute la maison d’Israël ».

L’assistance lors des funérailles d’Elan Ganeles, 27 ans, ressortissant américano-israélien originaire de West Hartford, dans le Connecticut, à Raanana, en Israël, le 1er mars 2023.

« Nous sommes venus avec notre école pour lui rendre hommage », a déclaré Lutrin, portant un tee-shirt gris une jupe au-dessus du genou en plus de cinq boucles d’oreille accrochées à l’oreille droite. « Il a sacrifié sa vie pour venir ici, pour être soldat en Israël et même s’il n’est pas mort en tant que soldat, il a soutenu notre pays. C’est notre tour aujourd’hui de le soutenir ».

Or Cohen, un étudiant de 25 ans, a profité de la pause déjeuner à sa yeshiva de Ramat Gan pour venir. « C’était la moindre des choses que je pouvais faire », a-t-il dit. Cohen, qui est originaire de l’implantation d’Otnel, a déclaré que « j’ai entendu dire que c’était un nouvel immigrant, quelqu’un dont les parents ne vivent pas ici. Je suis venu parce que je m’identifie à la douleur que ressentent les gens, je suis venu parce que je voulais faire part de mon respect à mon frère qui a été assassiné. Cela nous dépasse tous ».

Ganeles prévoyait de faire son alyah.

Après la fin des funérailles, des dizaines de personnes se sont attardées près de la tombe.

L’assistance place des fleurs sur la tombe d’Elon Ganeles après ses funérailles à Raanana, le 1er mars 2023. (Capture d’écran/ /Youtube; Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Mordechai Goldberg, un mendiant religieux avec un tee-shirt blanc et une veste noire usée, est aussi venu de Jérusalem pour se rendre au cimetière et pour y faire la manche – une vision commune dans les cimetières israéliens. Goldberg est entré dans le cercle, autour de la tombe du jeune homme, pour y dire le kaddish. Après la prière, il a commencé à appeler à la mort des Arabes. « Nous prions tous Dieu que tous les Arabes meurent sous nos pieds, maintenant », a dit Goldberg, une partie de la foule répondant « Amen » et l’autre restant saisie par ces paroles.

« Je ne pense pas que cela représente ce que pensait Elan », a dit une jeune femme religieuse à l’accent américain, les yeux rougis d’avoir pleuré et dont le frère était l’un « des meilleurs amis » d’Elan. « Il n’était pas comme ça », a-t-elle ajouté.

Et en effet, l’oncle d’Elan, Dov Ganeles, a confié à JTA qu’Elan était émerveillé par l’amitié de son oncle avec l’un de ses collègues arabes.

« Il pensait que c’était merveilleux qu’une telle amitié puisse exister et être normale », a dit Dov Ganeles. « Il était fier de ça, que cette relation puisse exister. Il disait qu’il fallait la chérir ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.