Rechercher

Avant les émeutes de ce matin, le Hamas avait appelé à la « mobilisation »

Le chef du groupe terroriste a également salué Moscou pour son soutien

Des Palestiniens assistent aux prières du vendredi à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 1er avril 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)
Des Palestiniens assistent aux prières du vendredi à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 1er avril 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Ce vendredi matin, sur le mont du Temple à Jérusalem, des affrontements entre émeutiers palestiniens et policiers israéliens ont fait au moins 31 blessés parmi les émeutiers, selon le Croissant-Rouge. Une policière a également été blessée au visage. Avant ces émeutes, le groupe terroriste du Hamas avait appelé, jeudi, la population palestinienne à se « mobiliser » en vue des prières du vendredi à la mosquée Al-Aqsa, pour « défendre » le lieu saint et Jérusalem.

Dans un communiqué, l’organisation avait salué la fermeté des manifestants qui « ont repoussé les incursions de l’occupation et de ses colons avec courage et fierté, assurant au monde entier qu’Al-Aqsa a des protecteurs et défenseurs de sa pureté, face à la laideur de l’agression et du terrorisme des occupants ».

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, avait par ailleurs eu un entretien téléphonique avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à propos des problèmes de sécurité dans la bande de Gaza et à Jérusalem, avait indiqué son cabinet.

Selon l’agence de presse palestinienne Shehab, Haniyeh aurait remercié Moscou pour le soutien affiché aux droits des Palestiniens sur la mosquée Al-Aqsa.

Le chef du groupe terroriste a accusé Israël d’empêcher les fidèles de se rendre dans le lieu saint de Jérusalem, de les agresser ou de les interpeler, et de se livrer à des actes de vandalisme.

Poignée de main entre le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, à droite, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, après une conférence de presse conjointe à l’issue de leurs entretiens à Moscou, en Russie, le 15 mars 2022. (Crédit : Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

Selon Shehab, Lavrov aurait déclaré que la Russie avait
« toujours soutenu le peuple palestinien dans la reconnaissance de son droit à l’autodétermination et à établir un État palestinien ».

Il a dénoncé ce qu’il a appelé un usage excessif de la force par Israël contre les civils dans la capitale.

Jeudi matin, des Palestiniens avaient également affronté la police israélienne sur le mont du Temple et Al-Aqsa.

Selon la police, des dizaines d’émeutiers masqués seraient entrés dans la mosquée et en auraient scellé les portes, avant de jeter des pierres et des feux d’artifice sur les policiers, qui ont répondu avec des moyens de dispersion des émeutes.

Le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, fait le V de la victoire avant de s’entretenir avec les journalistes, après sa rencontre avec le Président du Parlement libanais Nabih Berri, à Beyrouth, au Liban, le 28 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Hassan Ammar)

Le Croissant-Rouge a déclaré que 20 Palestiniens avaient été blessés jeudi dans les affrontements.

Jeudi était le dernier jour d’accès au mont du Temple pour les non-musulmans avant la fermeture jusqu’à la fin du Ramadan, le 2 mai prochain, en application d’un protocole déjà ancien limitant l’accès au site aux fidèles musulmans, les 10 derniers jours du Ramadan.

Une vidéo donne à voir des Juifs sur le mont du Temple, au moment même où les affrontements font rage, que s’élève de la fumée et que retentissent des détonations du côté de la mosquée.

Le mont du Temple est le point névralgique des tensions israélo-palestiniennes et les affrontements qui s’y étaient déroulés l’année dernière avaient largement contribué au conflit militaire de onze jours entre Israël et les groupes terroristes dans la bande de Gaza, après des tirs de roquettes par le Hamas sur Jérusalem.

Le site est à la fois le lieu le plus sacré pour les Juifs, car c’est l’emplacement des temples bibliques, et le troisième site le plus saint des musulmans, du fait de la présence de la mosquée Al-Aqsa, au sommet du mont.

Depuis quelques semaines, Jérusalem est une véritable poudrière, en proie aux affrontements entre Palestiniens et forces de police sur le mont du Temple. La ville est visitée par des milliers de fidèles à la faveur des fêtes du Ramadan et de Pessah, tandis que les forces de l’ordre israéliennes luttent contre le terrorisme en Cisjordanie et que les groupes terroristes de Gaza attisent les flammes.

Jeudi, Haniyeh a déclaré que « nous n’en sommes qu’au début du combat » et a mis en garde Israël contre ses activités sur le mont du Temple.

« Nous avons défait la « Marche du drapeau », nous mettrons un terme à la politique d’invasion [d’Al-Aqsa] », a déclaré Ismail Haniyeh, après que la police a interdit aux nationalistes juifs de marcher mercredi à travers la porte de Damas de la Vieille Ville.

Ses commentaires font suite aux affrontements entre Israël et les terroristes basés à Gaza – les plus nourris depuis les combats de l’année dernière. L’armée israélienne a mené des raids aériens dans la bande de Gaza en réaction aux tirs de roquettes et de missiles antiaériens.

Des fidèles musulmans enveloppés de drapeaux palestiniens prient pendant le Ramadan devant la mosquée Al-Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le vendredi 15 avril 2022. (Crédit : AP/Mahmoud Illean)

Aucun Israélien n’a été blessé par les tirs de roquettes plus tôt dans cette semaine, mais trois personnes ont été légèrement blessées dans des chutes, en courrant vers des abris anti-aériens.

Aucun groupe terroriste de Gaza n’a revendiqué la responsabilité de l’un ou l’autre des tirs. Toutefois, plusieurs médias citant des responsables de la sécurité israélienne désignent le Jihad islamique palestinien, rival du Hamas, comme responsable des tirs de roquettes de lundi.

Les tirs de roquettes de cette semaine ont mis fin à une période de calme de près de quatre mois à la frontière avec Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...