Rechercher

Avec 71 000 nouveaux cas, Israël pourrait être au pic de la vague

Une enveloppe d'aide est annoncée pour soutenir le monde de l'art ; la quarantaine des enfants à l'étude

Des employés du Magen David Adom dans un centre de dépistage rapide du coronavirus à Jérusalem, le 17 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des employés du Magen David Adom dans un centre de dépistage rapide du coronavirus à Jérusalem, le 17 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

71 591 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés mardi – ce qui représente un nouveau record, a déclaré le directeur-général du ministère de la Santé, Nachman Ash, au micro de la radio militaire dans la matinée de mercredi.

Ash a ajouté que 526 personnes étaient actuellement hospitalisées pour des complications du coronavirus. Elles étaient 498 mardi soir.

Le ministère de la Santé n’a pas réactualisé son tableau de données sur l’épidémie entre dimanche et mardi, évoquant des problèmes techniques – des problèmes qui, de toute évidence, n’avaient pas été réglés mercredi matin.

Des informations ont par ailleurs laissé entendre, mercredi, que les responsables de la santé réfléchissaient à la possibilité d’abandonner le principe d’une quarantaine obligatoire pour les enfants entrés en contact avec un porteur confirmé du coronavirus mais qui ne développent aucun symptôme.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus dans le pays, Salman Zarka, qui dirige la réponse de l’État juif à la pandémie, aurait rencontré d’éminents pédiatres pour débattre de ce changement dans la politique régissant les règles de mise à l’isolement. Aujourd’hui, ce sont des milliers d’enfants qui restent confinés chez eux.

Yifat Shasha-Biton, ministre de l’Éducation et membre de la coalition, a écrit une Opinion qui a été publiée sur le site Walla, mercredi, où elle explique « se battre » contre la politique de mise en quarantaine gouvernementale en direction des enfants.

Approximativement 24 % des petits Israéliens de 5 à 11 ans seulement ont reçu au moins une dose de vaccin et 12 % en ont reçu deux.

Un centre de vaccination à Rehovot, le 10 janvier 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le nombre de cas graves grimpe encore alors que les responsables semblent tenter de rééquilibrer leur réponse au variant Omicron, qui a entraîné des chiffres sans précédent en termes de contamination ces dernières semaines, mais qui a provoqué moins de décès que lors des précédentes vagues.

Eran Segal, biologiste informatique à l’Institut Weizmann des sciences, qui est l’un des plus hauts conseillers du cabinet Corona, a déclaré au micro de la radio militaire, mercredi, qu’Israël pourrait se rapprocher du pic de la vague actuelle.

« Nous estimons que nous approchons du pic en matière de morbidité, un pic qui pourrait avoir lieu ces prochains jours – et il arrivera cette semaine si nous n’y sommes pas d’ores et déjà aujourd’hui », a commenté Segal. « Nous estimons que le nombre réel de personnes infectées est deux fois celui qui est répertorié dans les données et il est donc très possible que le nombre de cas quotidiens vérifiés soit d’environ 200 000 ».

Parmi les nouveaux cas de coronavirus, celui de Gila Gamliel, députée du Likud, de Yulia Malinovsky, législatrice de Yisrael Beytenu et de Moshe Lion, maire de Jérusalem, dont les tests de dépistage sont revenus positifs. Lion s’est amusé d’avoir attrapé le virus « alors que la mode semble être passée », mais il a ajouté qu’il se sentait bien.

De leur côté, le ministre des Finances Avigdor Liberman et le ministre de la Culture Chili Tropper ont annoncé, mercredi, une enveloppe d’aide financière pour le monde des arts.

Les travailleurs israéliens du monde des arts manifestent à Tel Aviv, le 18 janvier 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Cette enveloppe comprend des dizaines de millions de shekels qui seront alloués aux institutions ainsi qu’au financement de projets artistiques. Cette annonce a été faite après d’importantes manifestations qui ont rassemblé un grand nombre d’Israéliens issus monde de la culture, qui souffrent des restrictions induites par le coronavirus.

« Cette enveloppe d’aide est l’expression de l’importance de la culture et celle de notre engagement en faveur de tous ces gens qui font vivre la culture, de la nécessité de les aider à traverser cette période difficile », a dit Tropper dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...