Marche pour la Justice raciale qui a eu lieu le jour de Yom Kippour: des groupes juifs défileront dimanche à NYC
Rechercher

Marche pour la Justice raciale qui a eu lieu le jour de Yom Kippour: des groupes juifs défileront dimanche à NYC

"C'est nul que la principale manifestation ait lieu le jour de Yom Kippour", a écrit une responsable de WUJS. "Mais nous ne passerons pas outre parce que nous sommes blessés"

Des manifestants contre le racisme à St. Louis, dans le Missouri, le 15 septembre 2017 (Crédit : Michael B. Thomas/Getty Images, via JTA)
Des manifestants contre le racisme à St. Louis, dans le Missouri, le 15 septembre 2017 (Crédit : Michael B. Thomas/Getty Images, via JTA)

Malgré une controverse sur le moment choisi pour la manifestation anti-racisme à Washington qui a été programmée le jour de Yom Kippour, les groupes juifs participeront à des défilés similaires au lendemain du jour saint.

Parmi les groupes juifs qui prendront ainsi part, dimanche, à un événement à New York pour la marche pour la justice raciale, le syndicat universitaire de l’AMUJS (American Union of Jewish Students), le groupe T’ruah: l’Appel rabbinique pour les droits de l’Homme, les organisations JVP (Jewish Voice for Peace) et Torah Trumps Hate, un mouvement de Juifs pratiquants s’opposant à l’administration Trump. Le syndicat étudiant enverra également une délégation à un autre cortège similaire organisé à Providence, à Rhode Island.

Sur son site, la Marche pour la Justice raciale fait figurer trois groupes Juifs parmi ses partenaires – le syndicat universitaire juif et les associations JVP et Jews for Palestinian Right of Return. Ces deux dernières soutiennent le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) contre Israël.

Le syndicat étudiant est partenaire du WUJS (World Union of Jewish Students), dont la mission comprend la mise en contact des étudiants du monde entier avec l’Etat d’Israël. Il encourage les jeunes Juifs à immigrer là-bas.

Dans un courrier écrit au Times of Israël, Hallel Abramowitz-Silverman, directrice de la communication du syndicat international WUJS, a reconnu sa déception concernant la marche principale ayant eu lieu le jour de Yom Kippour et le fait que certaines manifestations récentes aient évité les groupes sionistes.

« Oui – c’est nul que la principale manifestation ait lieu le jour de Yom Kippour », a-t-elle écrit. « Mais nous ne passerons pas là-dessus parce que nous sommes blessés. Les Juifs sont du bon côté en ce qui concerne le mouvement pour les droits civils et cela relève encore de notre responsabilité de nous dresser maintenant pour la justice raciale comme des générations entières l’ont fait avant nous ».

Au mois d’août, les organisateurs du défilé se sont excusés pour avoir prévu la marche le jour de Yom Kippour, la journée la plus sainte du calendrier juif, lorsque les Juifs jeûnent depuis la tombée de la nuit et se rendent à de longs services à la synagogue. Ils ont précisé que l’erreur du choix de la date était non-intentionnelle et qu’ils ne pourraient pas la modifier mais qu’ils « cherchaient des moyens d’inclure la communauté juive ».

La marche se définit comme un « mouvement pluri-communautaire dirigé par une coalition unie dans ses demandes d’équité et de justice raciales ».

Mayim Bialik adore Elvis Costello. Et son époux (Crédit : Mayim Bialik image via Shutterstock)
Mayim Bialik (Crédit : Mayim Bialik image via Shutterstock)

Parmi les critiques du choix de cette date, Mayim Bialik, qui a dit que cette dernière « exclut automatiquement une portion distincte de personnes qui dans l’histoire se sont dressées en faveur de l’égalité raciale de manière conséquente ».

T’ruah lie sa participation à la marche de dimanche aux thématiques de Yom Kippour.

« Comme nous le lisons dans l’extrait de la Torah choisi au matin de Yom Kippour, Aaron, le grand prêtre, doit entrer dans le saint des saints, le coeur le plus intime, pour accomplir le pardon. C’est la même chose pour le racisme », a dit le rabbin Jill Jacobs, sa directrice exécutive, dans un communiqué.

« Si nous voulons le déraciner, nous devons aller le chercher au coeur et reconnaître la manière dont il s’est construit au sein des institutions les plus importantes de notre pays. Nous devons unir nos ressources, nos valeurs et nos actions dans la lutte pour la justice sociale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...